lundi 5 novembre 2018

FESTIVAL UTOPIALES 2018 - APRES LE FESTIVAL


Festival International de Science-fiction de Nantes
Du 31 octobre au 05 novembre 2018


Et voilà, l'édition 2018 des UTOPIALES se termine déjà et cette année encore le programme était riche au point de ne pas réussir à tout faire même en courant dans les allées du festival du matin jusqu'au soir. Le thème principal de cette année était le corps et en voyant les films, en écoutant les tables-rondes, en regardant les expositions, il était aisé de constater combien ce sujet est vaste tant la science-fiction trouve mille et une manière de l'utiliser, de l'imaginer, de le transformer, de le sublimer.

LES EXPOSITIONS

Exposition Beb-Deum
Depuis plus de trente ans Beb-deum porte un regard critique sur la société humaine par le prisme de ses créations graphiques. Que ce soit par ses travaux dans Métal Hurlant, ses bandes dessinées tels que Bürocratika, ses commandes pour la presse ou plus récemment cet immense album qu’est MONDIALE™ avec l’auteur Alain Damasio, cet artiste s’attache à dépeindre ses contemporains en scrutateur méticuleux, souvent acide, et toujours juste, pour le meilleur et pour le pire.

Beb-deum met sa virtuosité technique et son sens du détail au service d’un seul but : incarner l’humain en devenir, donner chair à l’hybride, donner corps au mutant techno-organique que nous devenons. (Source : Utopiales)

L'exposition de cet artiste, qui a également réalisé l'affiche du festival interpelle visuellement, par ses couleurs vives, ses portraits semblant venus d'une époque futuriste. Il passe des messages sur l'évolution du corps, la post-humanité et les limites qui définissent l'humain.













Exposition Cabinet de curiosités
Cette année, le cabinet de curiosités a été mis en scène par les élèves de l'Ecole d'Architecture de Nantes autour de la thématique du "Recyclage" des corps. Semblant sortir d'une autre époque, cette exposition d'objets étranges a offert au spectateur une ballade entre imaginaire et inventions scientifiques.




 



Mandragore officinale, sculpture en résine de Thierry Boisgard
 


Exposition Exoplanètes
L'illustrateur Manchu nous entraîne à la rencontre des exoplanètes (planète orbitant autour d'une étoile autre que le soleil). Ses magnifiques dessins sont mis en valeur par des textes de David Fossé. C'était une belle invitation à la rêverie spatiale.












Exposition Playmobil
Tous les romans de Jules Verne dans une mise en scène réalisée avec des Playmobil. Une exposition aussi amusante que divertissante qui a ravi les grands et les petits.













Exposition Thomas Olivri - Mister Hope
Les illustrations de Mister Hope sont super mignonnes et réunissent les éléments clés qui font la substance des personnages qu'il représente. Le Petit Bestiaire Fantastique est un livre de Thomas Olivri qui rassemble plus de 100 monstres issus de la pop-culture. 
















LE CINÉMA

Le festival est aussi l'occasion de découvrir des courts-métrages, des longs-métrages en avant-première, des documentaires et des films en rétrospective. Je vous partage mes posts Instagram sur les films que j'ai vu ce week-end :









LE PALMARÈS

Comme tout festival, UTOPIALES décerne des prix. La preuve ci-dessous avec le palmarès officiel de cette édition :

PRIX DU MEILLEUR SCÉNARIO DE JEU DE RÔLE - Ex Aequo
Tolkraft pour son scénario Make Oneida great again
Et Sébastien Mège pour son scénario Seul un fou ne sait pas qu'il l'est

PRIX DU MEILLEUR JEU VIDEO REALISÉ À LA GAME JAM
Arena Spirit par Argann Bonneau, Youri Bossus, Étienne Cassin, Rémi Laot, François Mauxion

PRIX UTOPIALES BANDE-DESSINÉE
Ces jours qui disparaissent, de Thimoté Le Boucher, Éd. Glénat, 2017

MENTION SPÉCIALE // PRIX UTOPIALES BANDE-DESSINÉE
Alt-Life, de Joseph Falzon et Thomas Cadène, Éd. Le Lombard, 2018

PRIX DU JURY // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE COURTS-MÉTRAGES
Edge of alchemy, Stacey Steers tats-Unis, 2017

MENTION SPÉCIALE DU JURY // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE COURTS-MÉTRAGES
Rust in peace, Will Welles, États-Unis, 2018

PRIX DU JURY CANAL + // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE COURTS-MÉTRAGES
The Replacement, Sean Miller, États-Unis, 2018

PRIX DU PUBLIC // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE COURTS-MÉTRAGES
Irony, de Radheya Jegatheva, Australie, 2017

GRAND PRIX DU JURY // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE LONGS-MÉTRAGES
Assassination Nation, de Sam Levinson, États-Unis, 2018

MENTION SPÉCIALE DU JURY // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE LONGS-MÉTRAGES
The Man with the magic box, Bodo Kox, Italie-Pologne, 2017

PRIX DU PUBLIC // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE LONGS-MÉTRAGES
Freaks, de Zach Lipovsky & Adam B. Stein, États-Unis, 2018

PRIX JULIA VERLANGER (prix hébergé par Les Utopiales)
L’Enfant de poussière, Patrick K. Dewdney, Éd. Au Diable Vauvert, 2018

LITTÉRATURE // PRIX UTOPIALES JEUNESSE
Les puissants, T1 : Esclaves, de Vic James, Éd. Nathan, 2017

LITTÉRATURE // PRIX UTOPIALES
L’âme des horloges, de David Mitchell, Éd. de L’Olivier, 2017

PRIX EXTRAORDINAIRE DES UTOPIALES 2018
Elisabeth Vonarburg

TABLE RONDE : LE CORPS DANS LES UNIVERS CYBERPUNKS ET TRANSHUMANISTES

Samedi 3 Novembre -- 10h00 -- Salle Hypérion

En jeu de rôle, les genres cyberpunks et transhumanistes offrent des expériences ludiques et narratives intéressantes. Implants, enveloppes, prothèses, sauvegarde de l’être, qu’est-ce que cela change dans notre approche du jeu ? Comment aborder le traitement du corps dans ces œuvres ? (source : programme Utopiales)

Avec : 
Romain Mckilleron (fait découvrir l'univers des jeux de rôles, travaille dans l'IT)
Sarah Newton (autrice de jeux de rôle et joueuse)
Julien Pirou (ancien présentateur de jeux de rôle sur la chaîne No Life, écrivain pour jeux de rôle, fan de Shadowrun, un jeu de rôle dans un univers cyberpunk)
Modération : Adrien Toulon

La discussion a débuté avec une question générale du modérateur : qu'est-ce qui vous plaît dans les jeux de rôles cyberpunk ou transhumaniste ?
SN On a de l’émerveillement dans les romans, c’est la même sensation avec les jeux de rôles qui sont un forum pour explorer ces thèmes tout en s'amusant.
RM Il y a un éventail de possibilités illimitées dans les jeux de rôle, de créativité sans codes imposés. 
JP Le cyberpunk, c’est 20 minutes dans le futur, c’est une extrapolation de maintenant, un exagération du monde d'aujourd'hui tout en étant un miroir du monde présent.
SN Les 20 minutes dans le futur sont déjà démodées, nous avons déjà dépassés les technologies de base du cyberpunk. On est déjà dans une singularité cyberpunk où il faut se projeter dans le futur.
RM Il faut extrapoler les côtés noirs du monde avec des concepts cyberpunk pour éveiller les consciences sur le futur. Le cyberpunk est une vision plus sombre de notre société dans le futur.

Quelle est la différence du jeu de rôles par rapport à la télévision ou aux films ?
RM Le joueur n'est pas que spectateur, il est acteur, il vit l'émotion.
JP Il y a moins de leçons données que dans un roman par exemple. Moins d'aprioris négatifs aussi sur des actes difficiles comme se couper un bras pour le remplacer par un bras mécanique. Le choix se fait naturellement, ce sont des options sans blocage moral.
SN Encore une fois, les jeux de rôles sont un forum pour explorer ces thèmes. Il y a des thèmes récurrents comme la mort, comment contrôler la société, une vision du futur plus libre qu’à travers le prisme des medias classiques. Les jeux ont un rôle éducatif important.

Dans le transhumanisme, on change d'enveloppe par exemple. Comment utiliser tous les outils à notre disposition pour que ce soit ludique ?
SN Avec le transhumanisme on aborde le sujet de l'identité personnelle : les implants neuronaux ou encore l’échange de mémoire l’impactent. 
JP Les implants sont traités de manière différente entre les différents jeux. Dans Shadowrun, il y a une dichotomie entre la technologie et la magie, on ne peut pas être les deux. Dans le cyberpunk, plus il y a de la technologie, plus l'empathie est impactée, plus le personnage devient froid, cynique et s'éloigne de l'humain. Les outils de role play permettent de  rendre la partie plus intéressante.
RM Le cyberpunk et le transhumanisme sont des boîtes à outil pour les joueurs. On ouvre les possibilités. Le jeu de role play n'est plus cantonné à son avatar, on prend ce qu'on veut pour s'éclater.
JP Dans le transhumanisme, on adapte le corps.
RM Il y a une possibilité de perdre le contrôle du corps. En allant dans l'extrême, on paye le prix.
SM Dans le jeu Mindjammer, la longévité va avoir une influence dans notre société. Avec l’âge, on devient moins patient, on tolère moins d'erreurs. On a l’expérience en plus, mais moins d'empathie pour les nouvelles générations.

On fait des sauvegardes de l'ego du personnage, on transcende la mort. Les outil servent-ils à inciter les nouveaux joueurs à ne pas se méfier de la mort?
SN On ne peut pas transcender la mort, elle reste une menace. Transférer une conscience dans un autre corps n’est pas évident. Dans Mindjammer on peut faire une copie, mais on ne peut pas transférer le soi. On peut avoir une vie très longue, mais il faut prendre des décisions mesurées. Retirer l'idée de la mort pose des questions sur l'évolution d'une espèce.
RM La mort donne la peur. Il faut donc déterminer la prise de risque, la mortalité est toujours présente. On peut améliorer le corps, mais il faut payer le prix. Les joueurs ont la protection de pouvoir payer des améliorations, mais celui d'en face peut être plus puissants, donc il faut se méfier, ce qui enclenche d'autres mécaniques.
JP Dans Shadowrun, il n'y a pas de super-héros. Les coûts des améliorations même pour un bras de mauvaise qualité sont très importants. Les maîtres de jeu peuvent jouer avec cela pour rappeler aux joueurs de faire attention.
SN Dans Mindjammer, il n’y a pas d'argent,  pas de manque. Il y a un sens de l'émerveillement. On joue pour l'avenir, pour déterminer s'il va être sombre ou non. On peut menacer des cultures. L'enjeu n'est pas que sur la personne, il est plus large. L'identité doit être en jeu dans le transhumanisme.

Comment gérer l'accès à toute l'information ?
SN Le problème n'est pas l'accès à l'information, mais ce qu'on en fait. C'est la créativité qui fait la différence dans un univers qui foisonne d'information.
RM Dans Shadowrun, il faut faire le tri entre le bon et mauvais. Il y a des secrets qui sont gardés et pour lesquels il faut payer. Encore une fois, une nouvelle mécanique se met en place, une réflexion créative est nécessaire pour aller chercher l'information.
JP Ou alors il faut rendre des services ce qui emmene aussi sur d'autres chemins.
SN On peut se demander à qui appartiennent les mémoires stockées dans Mindjammer ? On peut être créatif avec ces mémoires.
JP Dans Shadowrun, des puces peuvent permettre d'acquérir des compétences en accéléré. Ce sont des raccourcis, mais pas des solutions miracles.
SN L’intégrité du corps fait aussi parti des jeux transhumanistes.
RM Je vous conseille l'animé Psychopath, car le système s’y fait juge et bourreau.
JP Dans Shadowrun, une corporation se base sur un algorithme qui prend en compte toutes les décisions des employés, cela soulève la question sur le bien et le mal de ce genre de gestion.

Pour finir, avec l’aide des questions du public, les intervenants ont parlé, entre autres, du fait que dans les univers transhumanistes, il y a une ultra surveillance, quel que soit la mauvaise décision qu'on veuille prendre elle sera connue et également du fait que le transhumanisme est une approche qui est déjà accessible. Il y a des personnes avec des bras mécaniques connectés aux liaisons nerveuses.

LE COSPLAY

Le dimanche après-midi aux Utopiales, il y a un concours de Cosplay. Les cosplayeurs présentent un costume qu'ils ont fait par eux-mêmes lors d'une courte mise en scène autour de l'univers ou de la personnalité du personnage qu'ils interprètent.

Cette année, il y avait 7 participants :

La Sorcière blanche, personnage de la saga Le Monde de Narnia écrite par C.S. Lewis



Poppy, personnage du jeu vidéo de type arène de bataille en ligne League of Legends



Corvo, personnage du jeu vidéo en vue subjective Dishonored



Saniwa, personnage du jeu en ligne Touken Ranbu



Ezio Auditore Da Firenze, un des personnages principaux de la série de jeux vidéo Assassin's Creed



Batman qui rit, personnage de la série de comics Batman Metal



Rain Dancer de l'illustratrice BeaGifted



Et une petite photo de groupe pour finir


LES PARTENAIRES DE LA CITÉ DES CONGRÈS ET DU FESTIVAL LES UTOPIALES


  
#utopiales2018

Autre post sur le FESTIVAL UTOPIALES 2018

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire