samedi 23 février 2019

NICE GIRLS DON’T STAY FOR BREAKFAST


Documentaire/Au-delà du portrait, le témoignage d'une époque - Un film touchant sur une légende du cinéma

Réalisé par Bruce Weber
Avec Robert MitchumJohn Mitchum, Marianne Faithfull, Dr. John, Rickie Lee Jones, Al Ruddy, Bo Derek, Danny Trejo, Benicio Del Toro, Polly Bergen, Nastassja Kinski, John Savage, Brenda Vaccaro, Johnny Depp, Clint Eastwood 

PRODUCTION DÉLÉGUÉE Nan Bush PRODUCTION Eva Lindemann & Emie Amemiya 
PHOTOGRAPHIE Lance Acord [Marie Antoinette, Lost in Translation, Adaptation, Being John Malkovich] 
PHOTOGRAPHIE SECONDE ÉQUIPE Jim Fealy [Rock Star, Chop Suey, Being John Malkovich] Theo Stanley [Hierophant, Our City Dreams] Doug Cooper [Brother’s Keeper] 
SON Glen Marullo [Let’s Get Lost] David Pruger [American On Stage] 
MONTAGE Chad Sipkin [A Letter To True] 
SOUND DESIGN Maurice Schell [Chicago, L’oeuvre de Dieu, la part du diable, Scarface, Apocalypse Now] Richard King [La Vie est belle] 
MIXAGE SON Tommy Fleischmann [Aviator, Gangs of New York, Le Silence des agneaux] 

Long-métrage Américain
Durée: 01h30mn
Année de production: 2017
Distributeur: La Rabbia 

Date de sortie sur nos écrans : 27 février 2019


Résumé : "Bob Mitchum est arrivé au Beverly Hills Hotel le 21 février 1991, pile à l’heure, accompagné de son frère, John, et s’est mis à chanter l’une de ses chansons préférées de Cole Porter, But In the Morning, No. Il a commencé à nous raconter des histoires de tournages, de bagarres dans les bars, de femmes. Il a parlé de son tournage favori et nous a fait part de son aversion pour les restaurants ne servant que du vin. L’histoire du cinéma à Hollywood du début des années 40 à 1997 se déroulait sous nos yeux à mesure qu’il racontait ses frasques les plus folles." - Bruce Weber

Bande annonce (VOSTFR)


Ce que j'en ai pensé : il y a le mythe et il y a l'homme. Il semble que Robert Mitchum n'ait jamais souhaité rendre la ligne de démarcation trop évidente. Il a joué de sa légende vivant comme il l'a souhaité entre désinvolture et attachement pour ce qui lui tenait à cœur. Le réalisateur Bruce Weber ne peut donc pas nous fournir toutes les clefs du mystère Mitchum avec son documentaire. Cependant, il nous livre sa déclaration d'amour platonique pour l’acteur et le chanteur, à grand renfort d’admiration pour le bonhomme plus grand que nature, géant hollywoodien d'un autre temps qui assumait pleinement ses frasques et ne se laissait pas marcher sur les pieds. 

Il est impressionnant de constater à quel point les interviewés, parmi lesquels on retrouve les acteurs Johnny Depp et Benicio del Toro, ont été marqués par leur rencontre avec cet artiste qui avait une présence physique hors norme et une aura qui envahissait l'endroit où il se trouvait. Bruce Weber nous fait ressentir cela et bien plus encore avec sa narration et son montage qui suivent une ligne indirecte vers l’âme de son sujet. Il revient sur la carrière au long cours de Robert Mitchum au travers d’extraits de film, d'entretiens et de photos. Il n’élude pas le côté mauvais garçon avant-gardiste qui faisait partie intégrante de la personnalité de son sujet, mais il le montre sous un aspect plus complexe que celui qui se chuchote en surface et qui explique l’attachement profond que les personnes qui l’ont connu avaient pour lui. 



Copyright photos @ Collection Bruce Weber

Plus qu’un portrait, NICE GIRLS DON’T STAY FOR BREAKFAST est le témoignage d’une époque et d’une figure marquante du cinéma. À la fois instructif et drôle, ce documentaire n’en oublie pas pour autant d’être très touchant notamment dans ses dernières images qui en disent long, pourtant sans qu'un mot ne soit prononcé, sur la solitude des grands.

LE LIVRE

À l’occasion de la sortie du film de BRUCE WEBER “NICE GIRLS DON’T STAY FOR BREAKFAST”, consacré à ROBERT MITCHUM, qui sortira au cinéma en France le 27 février 2019, le célèbre photographe de mode (Calvin Klein, Abercrombie & Fitch, Ralph Lauren, APC…) et cinéaste (LET’S GET LOST, son film magistral sur CHET BAKER) a décidé de s’associer à LA RABBIA pour éditer un ouvrage unique consacré à cette LÉGENDE DU CINÉMA que fut l’acteur, associant ses propres clichés (pour la plupart inédits) à d’étonnantes IMAGES D’ARCHIVES et coupures de presse.

Cet ouvrage à la fois unique et accessible à tous, est dès à présent proposé dans une édition limitée et numérotée (1 500 exemplaires dans le monde), français-anglais, disponible pour le monde entier au prix de 30 €.



Copyright photos @ Collection Bruce Weber

Editeur : La Rabbia
Diffuseur Actes Sud
68 pages - 30 euros

NOTES DE PRODUCTION
(A ne lire qu'après avoir vu le film pour éviter les spoilers !)

BRUCE WEBER 
Note du réalisateur 

Un jour, un célèbre acteur m’a dit que l’une des meilleures prestations qu’il ait vues était celle de Bob Mitchum lors d’un dîner. 

En réalisant ce portrait de Bob, je veux montrer que cet homme – qui a tourné dans plus de 130 films – s’est cherché toute sa vie. Bob était très cultivé et écrivait de la poésie, ce qui surprend la plupart des gens qui ne voient en lui qu’un dur à cuire qui jouait dans des films de guerre et des westerns. 

Dans un premier temps, ce film avait été inspiré d’un livre que Bob a écrit avec son frère, John : Them Ornery Mitchum Boys (que l’on pourrait traduire par Ces mauvais garçons de frères Mitchum). 

Puis, avec l’aide de Dr. John, Marianne Faithfull et Rickie Lee Jones, c’est devenu un film musical. 

Tout en poursuivant la recherche du Bob que je commençais à connaître et à admirer, je me suis rendu compte que je réalisais en fait un film sur un sex-symbol vieillissant qui se trouvait être un homme – et non pas comme d’habitude Jane Russell ou Lana Turner. 

Bob n’aimait pas parler de son enfance car, avant même son adolescence, il avait fugué de son foyer plusieurs fois. Jeune homme, il avait connu la prison et avait travaillé dans un pénitencier en Géorgie. 

Comme beaucoup d’hommes de sa génération, il avait du mal à exprimer ses sentiments. 

À travers des interviews, des séquences musicales et des extraits de films de Bob, le film cherche à montrer la difficulté de l’existence quand on passe sa vie à tenter de fuir son foyer. 

NICE GIRLS DON’T STAY FOR BREAKFAST 
UN PORTRAIT DE ROBERT MITCHUM 

Dans Nice Girls Don’t Stay for Breakfast, Bob se joint à Dr. John, Marianne Faithfull et Rickie Lee Jones et chante des standards comme Cheek to Cheek ou Jersey Girl de Tom Waits. Le film se compose également d’extraits de l’une de ses premières prestations dans La Justice du Lasso jusqu’à ses fameux rôles dans La Nuit du Chasseur et Les Nerfs à Vif, ainsi que ses rares apparitions dans les shows télévisés de Jimmy Durante, Dean Martin et Ed Sullivan. 

Shelley Winters se souvient du moment où Bob a été nommé aux Oscars en 1946 pour son interprétation dans Les Forçats de la Gloire. Sa femme avait appelé Shelley et lui avait dit : « Je ne crois pas que nous assisterons à la cérémonie – nous n’avons rien à nous mettre ». Shelley leur avait expliqué qu’ils pouvaient louer un smoking et elle avait prêté une robe à sa femme. 

Lorsque Bob a reçu le Cecil B. DeMille Award aux Golden Globes en 1992, on a dû le chercher car il était introuvable en coulisses. Alors que Michael Caine faisait l’éloge de sa carrière, on a finalement trouvé Bob, seul, sur le parking, en train de fumer une cigarette Pall Mall. 

La dernière fois que j’ai vu Bob, il avait 77 ans et se rendait chez son avocat pour rédiger son premier et unique testament, et il m’avait parlé de la jolie brune qui était passée au studio d’enregistrement quelques jours plus tôt. 
«On me dit toujours, “Fais gaffe. Ne prends pas de risque, fais attention”
Mais ça m’étouffe.
À quoi bon ? La prudence, c’est pas la vie. C’est bon pour le cimetière.
»
ROBERT MITCHUM 
BRUCE WEBER 
À propos de ROBERT MITCHUM 

Bob Mitchum me rappelle l’époque où j’étais enfant, que mes parents ne s’entendaient pas et qu’ils allaient bientôt divorcer. 

Ma mère venait me chercher à la sortie de l’école à 15 heures précises et roulait jusqu’à un bar à la sortie de l’autoroute non loin de chez nous, en Pennsylvanie. Elle y retrouvait son petit ami. 

Je m’asseyais au bar et je faisais mes devoirs de mathématiques, d’histoire et de littérature. Il était 16h-16h30 et la plupart des gars au bar regardaient le sport ou les informations à la télévision. 

Parfois, certains m’aidaient à faire mes devoirs ; nombre d’entre eux me faisaient penser à Robert Mitchum. Ils étaient grands et très athlétiques – avec de grandes mains et une voix grave de buveur de whiskey. Ces après-midis m’ont aidé à définir la façon dont je regarde les hommes que je photographie – comme s’ils appartenaient à cette époque. Et ils m’ont donné une confiance en moi que je n’avais jamais eue. 

AL RUDDY 
À propos de ROBERT MITCHUM 

Bob m’a raconté une histoire qui lui est arrivée le dernier jour du tournage de La Fille de Ryan. Il attendait sa bière dans un bar quand un jockey a tiré sur sa manche et lui a dit : « M. Douglas (il prenait Bob pour Kirk Douglas), puis-je avoir un autographe pour ma femme, Colleen ? » Bob lui a dit : « Dans une minute, là 

j’attends mon verre ». Le type a refusé de le laisser tranquille et a continué à tirer la manche de Bob en disant : « M. Douglas, ça signifierait beaucoup pour moi ». Bob a pris le morceau de papier et a écrit : « Va te faire foutre, signé Kirk Douglas ». Le jockey l’a apporté à Colleen qui a hurlé. Le jockey est revenu au bar, a bondi et flanqué une droite à Mitchum qui est tombé par terre. Bob m’a dit : « Assis, je faisais la même taille que lui debout. Je n’arrêtais pas de me marrer. » Voilà le genre de mec qu’il était. 

ROBERT MITCHUM 
À propos du travail de comédien 
«Je suis comme une vieille pute, je n’ai pas besoin de me préparer. Je me pointe et je m’y mets. »
ROBERT MITCHUM 
Biographie – casier judiciaire 

1925 Ses poèmes d’enfance paraissent dans The Bridgeport Post-Telegram qui publie également un article sur le jeune auteur de 8 ans. 

1928 Fugue de chez lui pour la première fois avec son ami d’enfance, Manuel Barque. 

1932 Après une scolarité autodidacte accélérée, décroche son diplôme de fin de lycée à 14 ans et est major de sa classe de terminale au lycée Felton (Etat du Delaware)… 

1932 ...mais part à nouveau en voyage avec Barque avant la remise des diplômes. 

1933 Arrêté pour vagabondage à Savannah, en Géorgie pendant sa première expérience de vie de hobo (vagabond) et de voyage en train de marchandise. Il est condamné à rejoindre un camp de forçats au Chatham County Camp No1, Brown Farm, Pipemaker Swamp. 
Il s’échappe au bout de trente jours. 

1938-1939 Écrit les pièces pour enfant, Smiler’s Dragon et The Moss Green Bird, mises en scène par la Player’s Guild de Long Beach. 

1938-1939 Écrit des chansons et des textes osés pour les chanteuses de cabaret Nan Blacksone, Belle Barth et le travesti Rae Bourbon. 

1943 Fait ses débuts au cinéma dans La Justice du Lasso. 
Cette même année, joue dans 19 films. 

1943 Épouse Dorothy Spence à Dover, dans le Delaware. 

1945 Incarcéré pour « état d’ivresse sur une propriété privée » par le juge Cecil Holland. 

1946 Nommé à l’Oscar du Meilleur second rôle pour sa prestation dans Les Forçats de la Gloire. 

1948 Arrêté au 8443 Ridpath Drive, Laurel Canyon. 

Inculpé pour possession de marijuana et association de malfaiteurs. 

1949 Condamné à 60 jours de prison pour association de malfaiteurs. Purge une partie de sa peine dans la ferme Wayside Honor près de Castaic, en Californie. 

1949 Le juge Clement Nye revient sur l’inculpation de possession de marijuana, remplace la défense de Mitchum qui était nolo contendere par « non coupable » et efface l’affaire. 

1951 Lors d’une bagarre à Colorado Springs, met KO Bernard Reynolds, l’un des 10 meilleurs boxeurs poids lourd du monde. 

1955 Viré du tournage de L’Allée Sanglante à San Rafael, en Californie pour farces douteuses. 

1955 Fonde DRM Productions (acronyme de Dorothy et Robert Mitchum) avec un contrat de cinq films avec United Artists. 

1955 Poursuit Confidential, un journal à scandales, pour 1 million de dollars pour l’article salace et mensonger : « Robert Mitchum... Celui qui vient dîner nu ». 

1955 Les sorties de La Nuit du Chasseur et Pour que Vivent les Hommes font de lui un des acteurs importants de l’époque 1957 Sortie de son album 33 tours Robert Mitchum – Calypso Is Like So. 

1958 Produit, interprète et compose les chansons de Thunder Road. La chanson, The Ballad of Thunder Road est classée 62ème des ventes de disques de pop. 

1960 Nommé Meilleur Acteur de l’année par le National Board of Review pour ses prestations dans Celui par qui le scandale arrive et Horizons sans frontières. 

1968 Sa chanson Little Old Wine Drinker Me est classée numéro 9 des ventes country et entre dans le top 100 des ventes pop. 

1976 L’école Lake Forest du Delaware, (qui comprend l’ancien lycée Felton High de Mitchum) lui remet son diplôme, 44 ans après la fin de ses études. 

1984 Reçoit le Cecil B. De Mille Award pour l’ensemble de sa carrière aux Golden Globe Awards. 

1980 La Los Angeles Film Critics Association remet à Mitchum son Prix saluant l’ensemble de sa carrière. 

1984 Se voit attribuer la 1 775ème étoile sur le Hollywood Walk of Fame, au 6240 Hollywood Boulevard. 

ROBERT MITCHUM 
À propos des tabloïds 
« L’alcool, les filles — tout est vrai.
Inventez d’autres trucs si ça vous chante.
»
ROBERT MITCHUM 
À propos de son sex-appeal 
«Je devais débuter dans des rôles d’obsédé sexuel, mais j’ai échoué à l’examen médical. »
ROBERT MITCHUM 
BENICIO DEL TORO 
À propos de ROBERT MITCHUM 

J’ai grandi avec deux images de croquemitaine : le premier était Dracula de Bela Lugosi, l’être mystérieux qui entre par la fenêtre. Le second était fait de chair et de sang et c’était Robert Mitchum dans Les Nerfs à Vif. 

La première fois que j’ai vu ce film avec mon père et mon frère sur une télévision en noir et blanc, je devais avoir 8 ou 9 ans et je vivais à Puerto Rico. Il était très effrayant dans ce film. Mitchum est le premier acteur à m’avoir fait forte impression. Quand j’ai débuté en tant qu’acteur, j’essayais d’imiter sa démarche dans ce film : le torse fixe et le pas d’un paso fino (cheval argentin, connu pour l’élégance de son pas). 

Des années plus tard, j’ai rencontré Bob Mitchum lors d’une séance photo pour L.A Magazine. Le thème était le film noir et on m’avait demandé d’y participer à cause de mon rôle dans The Usual Suspects. Quand on m’a dit que Robert Mitchum allait faire partie des personnes photographiées, j’ai immédiatement accepté. La séance a eu lieu au Four Seasons de Santa Barbara. Nous attendions tous dans une salle - Bryan Singer, Lara Flynn Boyle – chacun avec son entourage et son manager. Soudain, je me suis tourné et j’ai vu LA démarche – celle de Mitchum. Il est entré dans la pièce, a traversé la foule sans dire un mot ou adresser un regard à quiconque, et s’est assis dans un coin. Je n’avais jamais vu personne changer l’ambiance d’une pièce de la sorte. Les gens ont commencé à parler plus bas et à partir. 

C’était comme si une étoile filante avait atterri dans la pièce. La pièce était à présent presque vide. Je devais lui parler – j’avais un compte à régler avec lui, il était mon croquemitaine. Je me suis avancé et j’ai dit : « M. Mitchum, je m’appelle Benicio Del Toro ». Il s’est tourné et a répondu : « Je n’ai aucune raison d’en douter ». J’ai éclaté de rire et j’ai ajouté : « J’admire beaucoup votre travail », ce à quoi il a répondu : « Je parie que vous dites ça à toutes les filles ». Ensuite, on a discuté tout l’après-midi. 

ROBERT MITCHUM 
À propos de son travail 
« Les jeunes ne veulent parler que de la méthode et de la motivation de leur personnage. À mon époque, on parlait de baise et d’heures sup’. »
ROBERT MITCHUM 
Filmographie 

La Justice du Lasso (1943) 
Border Patrol (1943) 
Terreur dans la Vallée (1943) 
Follow the Band (1943) 
Colt Comrades (1943) 
Et la vie continue (1943) 
We’ve Never Been Licked (1943) 
Beyond The Last Frontier (1943) 
Bar 20 (1943) 
Doughboys In Ireland (1943) 
Corvette K-225 (1943) 
Aerial Gunner (1943) 
La Revanche de Blaise Barker (1943) 
False Colors (1943) 
Les Maîtres de Ballet (1943) 
Riders On The Deadline (1943) 
Gung Ho! (1943) 
Minesweeper (1943) 
Cry Havoc (1943) 
Johnny Doesn’t Live Here Anymore (1943) 
L’Etrange Mariage (1944) 
Trente Secondes sur Tokyo (1944) 
The Girl Rush (1944) 
Mr. Wrinkle Goes To War (1944) 
Nevada (1944) 
A l’Ouest du Pecos (1945) 
Les Forçats de la Gloire (1945) 
Till The End Of Time (1945) 
Lame de Fond (1946) 
Le Médaillon (1946) 
La Vallée de la Peur (1947) 
Feux Croisés (1947) 
La Femme de l’autre (1947) 
La Griffe du Passé (1947) 
Rachel et l’étranger (1948) 
Ciel Rouge (1948) 
Le Poney Rouge (1949) 
Ça commence à Vera Cruz (1949) 
Un Mariage Compliqué (1949) 
Voyage sans Retour (1950) 
Cœurs Insondables (1950) 
Fini de Rire (1951) 
Racket (1951) 
Le Paradis des Mauvais Garçons (1952) 
Une Minute avant l’Heure (1952) 
Les Indomptables (1952) 
Un si Doux Visage (1952 ) 
La Sorcière Blanche (1953) 
Passions sous les Tropiques (1953) 
She Couldn’t Say No (1954) 
La Rivière sans Retour (1954) 
Track Of The Cat (1954) 
Pour que Vivent les Hommes (1955) 
La Nuit du Chasseur (1955) 
L’Homme au Fusil (1955) 
L’Enigmatique Monsieur D (1956) 
Bandido (1956) 
Dieu Seul le Sait (1957) 
L’Enfer des Tropiques (1957) 
Torpilles sous l’Atlantique (1957) 
Thunder Road (1958) 
The Hunters (1958) 
Trahison à Athènes (1959) 
L’Aventurier du Rio Grande (1959) 
Celui par Qui le Scandale Arrive (1960) 
The Night Fighters (1960) 
Ailleurs, l’Herbe est plus Verte (1960) 
Les Horizons sans Frontières (1960) 
The Last Time I Saw Archie (1961) 
Les Nerfs à Vif (1962) 
Le Jour le plus Long (1962) 
Deux sur la Balançoire (1962) 
Le Dernier de la Liste (1963) 
Massacre pour un Fauve (1963) 
L’Affaire Winston (1964) 
Madame Croque-maris (1964) 
L’Aventurier du Kenya (1965) 
La Route de l’ouest (1967) 
El Dorado (1967) 
Anzio (1968) 
Pancho Villa (1968) 
Cinq Cartes à Abattre (1968) 
Cérémonie Secrète (1968) 
La Vengeance du Shérif (1969) 
Un Homme fait la Loi (1969) 
La Fille de Ryan (1970) 
L’Affrontement (1971) 
La Colère de Dieu (1972) 
Les copains d’Eddie Coyle (1973) 
Yakuza (1975) 
Adieu ma Jolie (1975) 
La Bataille de Midway (1976) 
Le Dernier Nabab (1976) 
De la neige sur les Tulipes (1977) 
Le Grand Sommeil (1978) 
Matilda (1978) 
La Percée d’Avranches (1978) 
Les Espions dans la Ville (1979) 
That Championship Season (1982) 
Maria’s Lovers (1985) 
L’Ambassadeur (1985) 
Mr. North (1988) 
Fantômes en Fête (1988) 
Présumé Dangereux (1990) 
Les Nerfs à Vif (1991) 
Midnight Ride (1992) 
Tombstone (1993) 
Woman Of Desire (1993) 
Backfire! (1994) 
The Sunset Boys (1995) 
Dead Man (1996) 
James Dean: Race With Destiny (1997) 

BRUCE WEBER 
Biographie et filmographie du réalisateur 

Bruce Weber est né le 29 mars 1946 à Greensburg, en Pennsylvanie. Photographe et réalisateur mondialement connu, il a travaillé pour les plus grands magazines et a 35 livres à son actif. 

Son travail a été exposé dans 65 galeries et musées à travers le monde. Ses photographies font partie de la collection permanente du Victoria and Albert Museum de Londres et du Fonds Photographique de la ville de Paris. 

Bruce Weber est également reconnu pour ses films et a produit sept courts et longs métrages. 

Ses deux premiers films, Broken Noses et Let’s Get Lost ont remporté le Prix du meilleur documentaire remis par la International Documentary Association. Let’s Get Lost a été nommé à l’Oscar du Meilleur documentaire en 1988. La bande-originale du film a été classé numéro 1 des ventes jazz et reste l’album de Chet Baker le plus vendu. Son documentaire Chop Suey est sorti en 2001 et son film le plus récent, A Letter To True, à l’automne 2004. Bruce Weber a également réalisé des clips pour Chris Isaak et The Pet Shop Boys ; ce dernier a remporté le prix de la Vidéo de l’année remis par Music Week. Il a réalisé des publicités pour Moncler, Calvin Klein, Ralph Lauren, Abercrombie & Fitch, Volvo, Dior Homme et Armani. Bruce Weber vit à New York. 

BROKEN NOSES 1987 
AVEC Andy Minsker & the kids from Mt. Scott Boxing Club 
PRODUCTION Nan Bush PHOTOGRAPHIE Jeff Preiss 
International Documentary Association 1988 (IDA Award Winner) 
Sundance Film Festival 1988 (Nommé, Grand Jury Prize, Documentaire) 

THE BEAUTY BROTHERS 1987 (COURT MÉTRAGE) 
AVEC Matt & Tim Dillon 
PRODUCTION Nan Bush PHOTOGRAPHIE ET MONTAGE Constance Rodgers 

LET’S GET LOST 1989 
AVEC Chet Baker PRODUCTION Nan Bush PHOTOGRAPHIE Jeff Preiss 
MONTAGE Angelo Corrao 
Oscars, USA 1989 (Nommé à l’Oscar du Meilleur documentaire / Bruce Weber, Nan Bush) 
Festival de Venise 1989 (Prix de la critique et Prix de l’International Documentary Association) 
Festival de Sundance 1989 (Nommé, Grand Jury Prize–Documentaire Bruce Weber) 

BACKYARD MOVIE 1991 (COURT MÉTRAGE) 
PRODUCTION Nan Bush PHOTOGRAPHIE Jeff Preiss & Jim Fealy 
MONTAGE Angelo Corrao 
Présenté au New York Film Festival en 1991 

GENTLE GIANTS 1994 (COURT MÉTRAGE) 
Dédié à River Phoenix 
PRODUCTION Nan Bush PHOTOGRAPHIE Lance Acord & Jim Fealy 
MONTAGE Angelo Corrao 

THE TEDDY BOYS OF THE EDWARDIAN DRAPE SOCIETY 1996 
(COURT MÉTRAGE) 
PRODUCTION Nan Bush PHOTOGRAPHIE Lance Acord MONTAGE Phyllis Famiglietti 

CHOP SUEY 2000 
AVEC Peter Johnson & Frances Faye 
PRODUCTION Nan Bush PHOTOGRAPHIE Lance Acord, Douglas Cooper & Jim Fealy 
MONTAGE Angelo Corrao 
American Cinema Editors, USA 2002 (Nommé, Eddie – Meilleur montage de documentaire : Angelo Corrao) 
Festival International de Berlin 2001 (Teddy Award – Mention spéciale : Bruce Weber) 

A LETTER TO TRUE 2003 
AVEC True, Tai & Dirk Bogarde VOIX OFF Marianne Faithfull & Julie Christie 
PRODUCTION Nan Bush PHOTOGRAPHIE Evan Estern, Pete Zuccarini, Shane Sigler & Theo Stanley MONTAGE Chad Sipkin 

LIBERTY CITY IS LIKE PARIS TO ME 2009 (COURT MÉTRAGE) 
PRODUCTION Nan Bush PHOTOGRAPHIE Theo Stanley MONTAGE Antonio Sanchez

  
#NiceGirlsDontStayforBreakfast

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire