samedi 15 février 2020

TOUT PEUT CHANGER, ET SI LES FEMMES COMPTAIENT À HOLLYWOOD ?


Documentaire/Passionnant, il remet les pendules à l'heure

Réalisé par Tom Donahue
Avec Geena Davis, Meryl Streep, Chloë Grace Moretz, Yara Shahidi, Natalie Portman, Taraji P. Henson, Reese Witherspoon, Jessica Chastain, Rose McGowan, Cate Blanchett, Jill Soloway, Shonda Rhimes, Sandra Oh...

Long-métrage Américain
Titre original : This Changes Everything 
Durée: 01h37mn
Année de production: 2018
Distributeur: Alba Films

Date de sortie sur les écrans américains : 22 juillet 2019
Date de sortie sur nos écrans : 19 février 2020


Résumé : TOUT PEUT CHANGER, est un documentaire qui révèle ce qui se cache derrière l'une des aberrations de l'industrie du cinéma américain : la sous-représentation des femmes à Hollywood. Le réalisateur Tom Donahue met en avant des décennies de discrimination à l'égard des femmes derrière et devant la caméra, grâce notamment à une méthode inédite d’étude des données chiffrées, avec, à l’appui, des centaines de témoignages accablants. Plus important encore, le film cherche et propose des solutions qui vont au-delà de l'industrie du cinéma et bien au-delà des frontières américaines, à travers les témoignages de nombreuses voix d'Hollywood, dont Meryl Streep, Cate Blanchett, Natalie Portman, Reese Witherspoon, Sandra Oh, Jessica Chastain, Chloë Grace Moretz, Shonda Rhimes, ou encore, Geena Davis, également productrice exécutive du film ; pour mettre en exergue ce qui peut et doit changer.

Bande annonce (VOSTFR)


Ce que j'en ai penséTOUT PEUT CHANGER, ET SI LES FEMMES COMPTAIENT À HOLLYWOOD ? Le titre de ce documentaire pose le contexte. Le réalisateur Tom Donahue rassemble des interviews de femmes et d’hommes qui réfléchissent à l’image et à la place de la femme dans l’industrie cinématographique. 

Le réalisateur du documentaire - Tom Donahue

Le constat est accablant à tous les niveaux, on le sait, on le sent depuis longtemps, il est évident et pourtant, il devait être prouvé. Les études ont été menées et les chiffres concaténés et, sans aucune surprise, il est difficile pour une fillette ou une femme de s’identifier à une réalisatrice tant elles sont rares ou aux personnages féminins au cinéma soit parce que ces rôles sont hyper-sexualisés soit parce qu’ils sont inexistants. On a bien en tête quelques héroïnes, mais le problème est dans l’adjectif indéfini. Alors qu’on est tous capable de citer pléthores de héros masculins, il faut déjà se gratter un peu la tête pour penser à une héroïne qui ne soit pas idiote, potiche, inutile, bimbo ou tout autre qualificatif qui participe inlassablement à nous renvoyer une image de la féminité dont on se passerait bien. On découvre au travers de la caméra du réalisateur des femmes de tête, brillantes, intelligentes, qui ont des projets, des idées et qui sont lancées dans la bataille pour faire reconnaître ce truisme, le faire acter et faire bouger les lignes. 


Le réalisateur revient sur l’histoire du cinéma qui n’a pas toujours été défavorable aux femmes et sur comment la hiérarchie masculine actuelle s’est installé et à verrouiller le système. Il parle aussi de celles qui ont osé poser le sujet et qui ont été muselées. Il pose les questions, démontent les habituels arguments qui viennent inlassablement s'opposer à l'ouverture et au mélange. 

Les recherches des six d'origine

Les six d'origine

Les témoignages d'actrices telles que Geena Davis, Chloë Grace Moretz, Reese Witherspoon,   Amandla Stenberg ou Natalie Portman sont tour à tour émouvants, enthousiasmants ou effrayants. 

Amandla Stenberg

Chloë Grace Moretz

Geena Davis
 
Natalie Portman
Copyright photos © courtesy of CreativeChaos vmg, Women In Holllywood LLC 2019
Source photos © 2019 ALBA Films. Tous droits réservés.

Les actions positives des hommes pour soutenir cette remise en question sont impressionnantes dans leur volonté et leur efficacité. Il n'y a pas d'elle sans il, c'est indiscutable, mais l'inverse doit être vrai aussi. On découvre d'ailleurs des points de vue tout à fait complémentaires venant des deux sexes. Le réalisateur met en avant des faits dans un silence et avec une simplicité de mise en scène qui nous hurle une réalité bien blafarde.

TOUT PEUT CHANGER, oui, il le faut, mais sur un chemin semé d'embûches sous forme d'establishment confortable et bien décidé à ne pas se mouvoir, ce changement tant attendu paraît bien long. Ce documentaire est nécessaire et met un certain nombre de pendules à l'heure, il est grand temps. 

NOTES DE PRODUCTION
(À ne lire qu'après avoir vu le film pour éviter les spoilers !)

PROPOS PAR TOM DONAHUE
RÉALISATEUR

En 2012, j’ai eu la chance de réaliser CASTING BY, mon premier long métrage documentaire qui s’attachait à Hollywood. Ce film qui, au départ, était un simple hommage à l’art du casting est rapidement devenu une première approche de la question du sexisme que doit affronter notre industrie. Les directeurs de casting n’étaient pas pris au sérieux parce qu’il s’agit encore de la seule profession à ne pas être représentée aux Oscars. J’ai fini par comprendre pourquoi : c’est une activité majoritairement féminisée dans un secteur dominé par les hommes à tous les niveaux. Cette expérience m’a donné envie d’aller plus loin et de me pencher sur les vrais décideurs, qui, au sein de cette industrie, rabaissent systématiquement les femmes. En 2015, on a entamé un périple qui, au bout de trois ans, a permis d’aboutir à TOUT PEUT CHANGER !

En tant qu’homme réalisateur, j’étais totalement conscient de ma responsabilité en m’attelant à ce projet du fait qu’il y a beaucoup trop peu d’hommes qui s’expriment publiquement sur ce sujet. Cela n’a fait que renforcer ma conviction que de vrais changements ne peuvent se produire que si les hommes prennent position en la matière. Comme le dit Meryl Streep dans le film, «les changements n’interviendront que lorsque les hommes s’engageront». L’inégalité entre les sexes est un problème que notre société toute entière doit affronter – et pas seulement ceux qui en subissent les injustices. À mes yeux, ce film ne se veut pas uniquement une enquête sur la discrimination dans les rapports professionnels à Hollywood, mais une main tendue aux hommes pour qu’ils puissent, eux aussi, proposer des solutions. La situation ne pourra changer réellement et durablement que si les militants sur le terrain travaillent main dans la main avec ceux qui sont au pouvoir, quel qu’en soit le coût personnel ou institutionnel. Comme l’affirme Melissa Goodman de l’ACLU (Union Américaine pour les Libertés Civiles), «Si vous êtes un recruteur et que vous ne cherchez pas activement à embaucher des femmes, alors vous êtes en partie responsable de cette situation problématique».

Au cours de la première année de tournage, nous avons découvert le travail du Geena Davis Institute on Gender in Media (Institut Geena Davis sur les rapports entre les sexes dans les médias, NdT). Grâce à Geena et à son équipe, j’ai fini par comprendre l’impact considérable que peuvent avoir les inégalités entre hommes et femmes sur le monde, dans le petit milieu hollywoodien. Lorsque 50% des membres d’une société ne peuvent pas se faire entendre, c’est toute la culture qui en pâtit. Cela revient à abandonner cette société à une domination masculine toxique qui confie le pouvoir à des gens qui ne travaillent pas dans l’intérêt général.

Les données rigoureuses recueillies par l’Institut Geena Davis et d’autres organismes sur plus de dix ans mettent en lumière l’inquiétante réalité des inégalités qui frappent Hollywood. Ces chiffres ébranlent nos partis-pris inconscients et rendent le problème incontestable. Mais ils résistent aussi farouchement à l’analyse. Je me suis rendu compte que les données chiffrées à elles seules ne suffisent pas pour que ceux qui sont au pouvoir s’attaquent vraiment au problème.

Qu’il s’agisse de banals harcèlements ou d’abus de pouvoir criminels, les violences faites aux femmes et le fait qu’elles soient sous-représentées à Hollywood est une réalité de mieux en mieux connue. Et pourtant, peu de changements véritables ont été initiés dans un système dont le fonctionnement nécessite d’être revu en profondeur. Nous avons eu la chance que plusieurs décideurs d’Hollywood, hommes et femmes confondus, acceptent de répondre à nos questions devant la caméra. En outre, nous avons eu la chance d’assister à une nouvelle vague de féminisme déferler sur la scène médiatique pile au moment le tournage. Ce mouvement a poussé les femmes d’Hollywood à prendre des mesures concrètes en faveur du changement. De plus en plus de gens s’accordent à reconnaître que le temps du débat est révolu, mais ce n’est pas franchement nouveau. Le titre du film vient de mon deuxième entretien avec Geena – lorsqu’elle parle de films axés sur des personnages féminins ayant rencontré un immense succès qui ont dépassé toutes les attentes et dont beaucoup estimaient qu’ils allaient enfin faire bouger les lignes… alors que rien ne s’est passé. TOUT PEUT CHANGER  ! ne cherche pas seulement à exposer l’étendue du problème, mais appelle à passer à la vitesse supérieure pour que des changements majeurs se mettent en place : ils sont en effet nécessaires pour que nous puissions tous, en tant que culture et nation, affronter l’avenir. Meryl Streep, Cate Blanchett, Natalie Portman, Reese Witherspoon, Sandra Oh, Jessica Chastain, Chloë Grace Moretz, Shonda Rhimes, ou encore, Geena Davis, également productrice exécutive du film ; pour mettre en exergue ce qui peut et doit changer.


DERRIÈRE LA CAMÉRA

TOM DONAHUE, Réalisateur

Tom Donahue a récemment signé le documentaire LOS TIGRES DEL NORTE AT FOLSOM PRISON, diffusé cet automne sur Netflix. Le film mêle le concert du plus grand groupe mexicain à la prison de Folsom (en hommage au 50ème anniversaire du concert légendaire de Johnny Cash) aux trajectoires de détenus latinos, hommes et femmes confondus. Tom Donahue a également réalisé THANK YOU FOR YOUR SERVICE, pour Hulu, qui a été présenté à DOC NYC en novembre 2015. Enquête sur l’échec de la politique américaine en matière de santé mentale au sein de l’armée. Film «déchirant et majeur» pour le New York Times. Quant au Hollywood Reporter, il a écrit «Si ce film ne réussit pas à pousser les décideurs politiques à agir, rien ne pourra le faire».

Tom Donahue a encore signé le long métrage documentaire DAVI’S WAY et produit BLEED OUT, documentaire pour HBO, en association avec Impact Partners. On lui doit par ailleurs GUEST OF CINDY SHERMAN. Il a produit MAN PUSH CART (en sélection officielle aux festivals de Sundance et de Venise en 2006), PONIES de Nick Sandow et HIGHWAY COURTESANS, présenté à l’IDFA et au SXSW. En 2003, il a produit et monté WASHINGTON HEIGHTS, premier long métrage d’Alfredo de Villa qui a remporté cinq prix du Meilleur Film dans plusieurs festivals. Tom Donahue a également été auteur, producteur, réalisateur et monteur pour la télévision.

LE GEENA DAVIS INSTITUTE ON GENDER IN MEDIA

Fondé par la comédienne oscarisée et militante Geena Davis, l’Institut est le seul organisme de recherche du secteur médias et divertissement qui s’attache à lutter contre les inégalités entre hommes et femmes et les stéréotypes sexistes.

L’Institut a constitué la plus grande base de données sur la domination masculine dans le secteur du divertissement depuis plus de vingt ans. Il organise tous les deux ans un symposium, unique événement à réunir plus de 300 décideurs, créateurs et leaders d’opinion dans le but de partager les meilleures initiatives et de mettre en place un paysage médiatique plus équitable entre les sexes.

L’Institut travaille avec des décideurs et des créateurs à travers ses ateliers, stages, séances d’évaluation et de recommandations orientées recherche. Ses programmes pédagogiques visent à sensibiliser les auteurs de la nouvelle génération à l’égalité entre hommes et femmes et à les pousser à réduire les stéréotypes dans les médias pour enfants.

L’approche tripartite de l’Institut – recherche, éducation, militantisme – lui a permis de collaborer avec d’importants groupes de médias, écoles et entreprises multinationales. Les études de l’Institut sont souvent citées par de grands médias comme le New York Times, Newsweek, le Chicago Tribune, le Washington Post, USA Today, Variety, le Hollywood Reporter, le Wall Street Journal, CNN et MSNBC.

GEENA DAVIS, (Productrice exécutive)

Enfant, Geena Davis rêvait de devenir comédienne. En 1978, elle s’installe à New York pour entamer sa carrière. Après son premier rôle dans TOOTSIE (1982), elle déménage à Los Angeles où elle décroche le rôle de Wendy dans la série BUFFALO BILL (1983). Elle enchaîne avec SARA (1985). Puis, elle revient au cinéma avec TRANSYLVANIA 6-5000 (1985), FLETCH (1985), LA MOUCHE (1986) de David Cronenberg, BEETLEJUICE (1988) de Tim Burton et VOYAGEUR MALGRÉ LUI (1988) qui lui vaut un Oscar. Après avoir joué dans OBJECTIF TERRIENNE (1988) et QUICK CHANGE (1990), avec Bill Murray, elle obtient un rôle majeur dans THELMA ET LOUISE (1991) de Ridley Scott qui lui vaut une nomination aux Oscars.

En 1992, elle s’illustre dans UNE ÉQUIPE HORS DU COMMUN de Penny Marshall, avec Tom Hanks, plébiscité par la critique. Elle enchaîne avec HÉROS MALGRÉ LUI (1992) de Stephen Frears. En 1994, elle produit CHÉRIE VOTE POUR MOI de Renny Harlin. Un an plus tard, sa société The Forge produit L’ÎLE AUX PIRATES où Geena Davis campe la chef des pirates. Depuis, on l’a vue dans AU REVOIR, À JAMAIS (1996), STUART LITTLE (1999) et la suite en 2002. Côté télévision, elle s’est illustrée dans THE GEENA DAVIS SHOW (2000) et COMMANDER IN CHIEF (2005) qui lui vaut un Golden Globe. En 2008, elle tourne la comédie d’humour noir ACCIDENTS HAPPEN en Australie.



Source et copyright des textes des notes de production 
© 2019 ALBA Films. Tous droits réservés. 

  
#ToutPeutChanger


Autre post du blog lié au documentaire TOUT PEUT CHANGER

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.