vendredi 20 septembre 2019

THE WOLF HOUR

THE WOLF HOUR

Thriller/Drame/Un film qui passe à côte de son potentiel

Réalisé par Alistair Banks Griffin
Avec Naomi Watts, Emory Cohen, Jennifer Ehle, Kelvin Harrison Jr., Brennan Brown, Jeremy Bobb...

Long-métrage Américain
Durée: 01h54mn
Année de production: 2018
Distributeur: Bac Films

Date de sortie sur nos écrans : prochainement


Résumé : Juillet 1977. New York. June Leigh, ancienne romancière à succès en panne d'inspiration, est retranchée dans son appartement du Bronx. Alors que de violentes émeutes et pillages plongent la ville dans le chaos, June est harcelée par un mystérieux individu... 

Ce que j'en ai pensé : le long-métrage THE WOLF HOUR était présenté en compétition du 45ème Festival du film américain de Deauville.


Le réalisateur Alistair Banks Griffin passe à côté de ce qui aurait pu être un super thriller avec THE WOLF HOUR. Pourtant, il maîtrise l'atmosphère de ce huis clos qui nous plonge efficacement dans l'ambiance du Bronx à New York au cours de l'été 1977. Avec peu de moyens, il nous fait ressentir cette ambiance particulière. La moiteur persistante et l'agressivité omniprésente sont très bien retranscrites. L'appartement de l'héroïne, vieillot, avec ses codes couleurs sombres et harmonisés, est un personnage à part entière. Les sons intérieurs et extérieurs forment un élément intrusif et perturbant qui donne du relief à l'ensemble.

L'agoraphobie de son héroïne est également adroitement mise en scène. Cette dernière est interprétée par Naomi Watts qui prête donc ses traits à June Leigh, une femme qui suite à un traumatisme panique à l'idée de mettre le nez dehors. L'actrice est tout à fait convaincante dans ce rôle. Elle porte le film sur ses épaules avec brio. 


Source photos @ Allocine.fr

Malheureusement, on n'adhère pas à l'histoire. En effet, le réalisateur place tout un contexte avec des éléments qui nous laissent penser que les faits pourraient prendre une certaine tournure. Il est très malin et original que cela ne se passe pas comme on pense, cependant, il aurait fallu qu'il mène à un ou des événements marquants. Mais on attend et rien qui soit surprenant ne se passe vraiment. Toute l'intrigue finit par tourner autour de l'écriture d'un livre. Et le problème est là. On a la promesse de quelque chose de palpitant et on se retrouve à regarder un roman s'écrire. 

Certes, la fin laisse la place à l'interprétation, ce qui est assez sympa, mais THE WOLF HOUR déçoit par son manque d'ambition. Dommage, parce qu'on aurait vraiment envie qu'il aille au bout de ses possibles intentions.

#TheWolfHour

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire