dimanche 27 janvier 2019

DESTINY: THE TALE OF KAMAKURA

DESTINY: THE TALE OF KAMAKURA

Fantastique/Drame/Un voyage fantastique original et bien agréable, malgré des longueurs

Réalisé par Takashi YAMAZAKI 
Avec Masato Sakai, Mitsuki Takahata, Shinichi Tsutsumi... 

Long-métrage Japonais 
Titre original : Destiny: Kamakura Monogatari
Durée: 02h09mn 
Année de production: 2017 

Date de sortie sur nos écrans : pas de date prévue pour le moment, mais il est projeté dans le cadre de Kinotayo

Source affiche @ IMDB

Résumé : Lorsque la jeune Akiko épouse l’auteur de roman à mystères Masakazu Isshiki et emménage avec lui, sa vie devient une source constante d'émerveillement. Elle découvre le bestiaire qui hante la petite ville de Kamakura, peuplée d’esprits, de fantômes et de créatures surnaturelles en tous genres. Un matin, Masakazu se réveille et constate que sa femme a disparu. Au confluent du Magicien d'Oz et de la série Harry Potter, ce conte fantastique et romantique nous émerveille par ses qualités visuelles et son imaginaire foisonnant.

Bande annonce (Version originale non sous-titrée)


Ce que j'en ai pensé : une petite vidéo a été diffusée avant la projection de ce film dans laquelle le réalisateur Takashi Yamazaki explique que DESTINY: THE TALE OF KAMAKURA est une adaptation du manga intitulé Kamakura Monogatari de Ryohei Saigan. Il a souligné le fait que ce n'est pas la première fois qu'il adapte les œuvres de Saigan et qu'il apprécie le monde mignon sur fond de sujets sérieux que l'auteur dépeint dans ses histoires.

Takashi Yamazaki nous entraîne ici dans un univers fantastique très lié à la culture japonaise puisqu'il évoque les croyances sur les fantômes et met en scène des yôkai ou créatures surnaturelles qui font partie du folklore japonais. Cela lui donne l'occasion à la fois d'insérer des effets spéciaux dans des contextes habituels, rendant le décalage amusant, et aussi de jouer avec des événements inattendus et a priori inexplicables. Il fait un bon travail pour amener le spectateur néophyte sur le chemin de la compréhension de la logique surnaturelle qui régit la petite ville de Kamakura en utilisant son héroïne qui découvre, comme nous, avec étonnement, les kappas et autres êtres plus ou moins bienfaisants. 



Il offre une grande place à l'imagination et sa mise en scène sur les moments intimes ainsi que ceux qui sont spectaculaires est réussie. Le film souffre cependant d'un rythme saccadé dû au fait que le scénario navigue entre des styles différents (policier, comédie romantique, fantastique, drame) en ayant des difficultés à s'ancrer dans un flux narratif. On s'intéresse à un aspect et finalement, il va vers un thème différent dans la scène suivante. De plus, il insiste parfois sur des idées redondantes qui provoquent des longueurs. Cependant, il conserve un sens et une cohérence à son histoire et tous les éléments sont utilisés. Il y a pas mal de surprises et des moments rigolos. Les deux personnages principaux, Masato Sakai, qui interprète Isshiki et Mitsuki Takahata, qui interprète Akiko, sont attachants, car ils s'aiment, se découvrent et doivent faire face à des esprits qui n'ont pas que des bonnes intentions.

Copyright photos © 2017 “Destiny: The Tale of Kamakura” Film Partners

DESTINY: THE TALE OF KAMAKURA, malgré quelques défauts, est une découverte originale qui nous fait porter un regard curieux sur le folklore et les croyances japonaises. C'est un voyage fantastique agréable et surprenant qui place avec détermination l'amour au cœur de son histoire.

A propos du réalisateur

Takashi YAMAZAKI

Né en 1964 à Matsumoto dans la préfecture de Nagano, Takashi Yamazaki fait ses premiers pas au sein du studio d’effets spéciaux Shirogumi, qu’il intègre en 1986. Reconnu comme l’un des principaux experts en effets spéciaux numériques du Japon, il fait ses débuts de réalisateur avec Juvenile en 2000. En 2005, son long métrage ALWAYS – Sunset on Third Street remporte 12 prix lors de la 29ème édition de l'Académie Japonaise. Le film rencontre un tel succès qu'il est adapté en série. Véritable champion du box office japonais, on lui doit les super-productions Space Battleship (2010), adapté de l'oeuvre de Leiji Matsumoto, le controversé Kamikaze, le dernier assaut (2013) ou encore l’adaptation en deux parties du manga SF Parasite. 

Source Kinotayo

Vous pouvez encore découvrir ce film dans le cadre de Kinotayo pendant les séances suivantes : 
  • 29/01/2019 19:45 Le Star St-Exupéry - Strasbourg
  • 01/02/2019 18:45 Le Club de l'Etoile - Paris
  • 02/02/2019 17:30 Le Cannet Toiles - Le Cannet
  • 03/02/2019 14:00 Le Méliès - Pau
  • 07/02/2019 19:15 L’Olympia - Cannes
  • 09/02/2019 20:00 L'Astrée - Chambéry
  • 09/02/2019 20:30 Marlymages - Marly
 
#DestinyTheTaleOfKamakura

Autre post du blog lié à KINOTAYO

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire