mardi 17 décembre 2019

THE POOL


Action/Thriller/Drame/Un film high concept jusqu'au boutiste et fun !

Réalisé par Ping Lumpraploeng
Scénario écrit par Ping Lumprapleng
Photo de Prayuk Srithongkul
Musique de Chapavich Temnitikul
Production : Amornthep Sukmanont, Charoen Kaithitisuwan, Nitcha-on Palakon
Avec Theeradej Wongpuapan, Ratnamon Ratchiratham...

Long-métrage Thaïlandais
Durée : 01h30mn
Année de production : 2018 

Date de sortie sur nos écrans : inconnue


Résumé : à l’issue d’un shooting et surtout de son after, un pubard s’endort sur un matelas pneumatique, au coeur d’une gigantesque piscine. Il se réveille pour constater que le niveau de l’eau a suffisamment baissé pour qu’il se retrouve coincé, sans personne pour le secourir. Un crocodile très joueur le rejoint…

Solide artisan du cinéma populaire thaïlandais des quinze dernières années, dans lequel il n’a cessé d’injecter des éléments bis assez salé, Ping Lumpraploeng plonge avec délice dans le film de genre total. The Pool, pur high concept exploré de fond en comble, invite à frémir au diapason des mésaventures de son héros supplicié. Avec ce qu’il faut d’inventivité dans la torture de ses deux personnages principaux, le film ne cesse de se réinventer pour notre plus grande jubilation. Le dernier Fantastic Fest d’Austin ne s’y est pas trompé, et lui a remis le prix du film “le plus fun à voir en public”. (Source : PIFFF)

Bande annonce (VOSTFR)


Ce que j'en ai pensé : THE POOL a été présenté hors compétition lors du PIFFF 2019.


Partant d'un principe hyper conceptuel qui débute sur une idée simple en rajoutant au fur et à mesure des strates d'obstacles divers mettant à rude épreuve l'endurance physique et morale de ses protagonistes, THE POOL est une réussite dans le genre. 

Pour le réalisateur Ping Lumpraploeng, il s'agit d'une métaphore de la dépression. Un homme est au fond d'une piscine et doit tout faire pour en sortir. Cela correspondrait à son état d'esprit à un moment difficile de sa vie et c'est qu'il a voulu exprimer avec l'écriture du scénario de ce long-métrage. Il excelle en tous cas dans ce dernier pour mettre en place des rebondissements et une suite de péripéties qu'on prend un plaisir malin à suivre, en serrant un peu parfois les dents. Il est très méchant avec ses protagonistes parce qu'il ne leur épargne pas les vacheries et n'hésite pas à jouer avec leur espoir (et donc avec le nôtre) à plusieurs reprises. 

Le contexte est clairement mis en scène et le réalisateur utilise habilement l'environnement de la piscine. Il pointe de sa caméra les éléments qui serviront à relancer régulièrement l'intrigue. Les effets spéciaux sont très convaincants, notamment ceux autour du crocodile, invité inattendu et protagoniste actif dans la narration. Il n'évite pas les incohérences tout au long de l'histoire, mais proportionnellement par rapport au nombre de bonnes idées qu'il insuffle à son récit, elles ne sont pas suffisantes pour nous faire décrocher de cette aventure mordante. Il inclut un peu de romance qui offre une pause aux difficultés que les personnages rencontrent. Ses scènes sont un peu mielleuses et en opposition de ton par rapport au reste du film.

Le personnage principal, Day, est interprété par Theeradej Wongpuapan. L'acteur assure le spectacle physiquement et nous fait croire au désespoir de son personnage. La compagne de Day, Koi, est interprétée par Ratnamon Ratchiratham. L'actrice réussit à nous faire nous préoccuper du sort de sa protagoniste. 

On plonge tête baissée dans THE POOL pour ne pas en décrocher jusqu'à la fin. Ce divertissement assume son genre jusqu'au bout. Il n'y a pas d'enjeux à part profiter du fun proposé par le réalisateur, et ça rend ac-crocs.

Copyright photo @ PIFFF

  
#PIFFF2019
#ThePool

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire