jeudi 31 octobre 2019

FIONA MONBET EN CONCERT À LA CIGALE

Fiona Monbet

Le concert du 30 octobre 2019 à la Cigale

Une création en compagnie d'un orchestre de chambre et d'un quintet de jazz


La violoniste Fiona Monbet a dévoilé le 30 octobre à la Cigale sa nouvelle création en compagnie d'un orchestre de chambre et d'un quintet de jazz. Cette création de Fiona Monbet mêle écriture et improvisation en une grande forme lumineuse et ouverte : un quartet de jazz, un guitariste folk irlandais, et un orchestre symphonique d'une vingtaine de musiciens.

Avec ce nouveau répertoire qui fait suite à la sortie de son second album Contrebande l'année dernière, la virtuose dévoile ainsi les différentes facettes qui font partie de sa vie artistique, fruit d’un parcours musical considéré comme atypique.

Chaque matière qu’elle travaille, le violon classique, l’improvisation, le jazz, la direction d'orchestre, vient nourrir et cultiver l’autre, sous forme de variations qui paraissent infinies.

Au delà de toute forme démonstrative, Fiona Monbet cherche un espace singulier, où voisinent avec bonheur les différents univers musicaux qu’elle explore, dans un dialogue des genres, sans mélange, où chacun d’entre eux conserve son identité. A ne pas rater le 30 octobre à la Cigale.


Repérée très jeune par Didier Lockwood, ce dernier l’a présentée sur les plus grandes scènes et festivals, et la propulse dans le monde de l’improvisation et de la musique actuelle où elle rencontre et collabore avec de nombreux artistes.

Contrebande, c’est le titre choisi par Fiona Monbet pour son second album… Cinq ans après O’Ceol, la violoniste a bel et bien changé, affirmant plus sa différence de styles qu’une simple virtuosité. Son registre ? Ne pas choisir entre toutes les musiques qui l’animent, composer avec pour élaborer un voyage tout à la fois érudit et sensible, où elle peut aussi bien accoster du côté des rivages du Brésil qu’aborder les terres fertiles de la musique balkanique.

D’une frontière à l’autre, cet album vagabonde parmi les gammes pour mieux défier les œillères qui trop souvent contraignent le regard à un seul prisme, et proposer ainsi un horizon aux larges perspectives, en accord avec sa vision du monde de la musique. Du swing ouvert par ici, du tango tendance nuevo par-là, on peut aller sur le terrain de la valse et la country.

A chaque fois, cet affleurement ne néglige pas d’aller au fond de l’esprit d’une musique. Esthète mais sans épate, à l’image de Fiona Monbet, qui a mené une carrière en double, pour ne pas écrire plus : entre jazz et classique, puis bien vite à l’écoute des musiques folk irlandaises, du swing manouche, des partitions contemporaines…

À ses côtés, elle s’est choisie un trio aux influences tout aussi multiples : le guitariste Antoine Boyer a pour dominante le classique et jazz, le contrebassiste Damien Varaillon, est solidement arrimé au jazz, tandis que l’accordéoniste Pierre Cussac évolue aux frontières des musiques classiques, traditionnelles et improvisées.

Aujourd'hui, Fiona Monbet continue à faire bouger les lignes du classique, du jazz, et de l'impro avec une création qui sera révélée le 30 octobre à la Cigale. Pour ce concert Fiona Monbet choisit de réunir un quartet de jazz, un guitariste folk irlandais, et une vingtaine de musiciens pour une création mêlant écriture et improvisation en une grande forme lumineuse et ouverte.


Ce que j'en ai penséFiona Monbet nous a présenté ses trois reflets hier soir. Dans la vie, elle est soliste classique, soliste jazz et chef d'orchestre, rien que ça ! Sur la scène de La Cigale, elle a décidé de mener ses trois passions de front en étant accompagnée d'un magnifique orchestre de chambre et d'un sublime quintet de jazz. Et il fallait voir ce petit brin de femme mener tout ce monde à la baguette pour que la musique s'écoule libre, fluide et belle à entendre. On apercevait le sourire des musiciennes et des musiciens, on ressentait leur envie de nous partager leur bonheur d'être sur scène avec Fiona, au milieu, qui dirigeait en douceur et qui écoutait chacun de ses artistes avec amour. L'harmonie a alors envahit la salle et on se sentait transporté par un tempo enjoué ou par une embardée mélancolique. 


Fiona, tour à tour, a échangé sa baguette contre son violon et laissait les grappes de notes, parfaites, s'envoler de son instrument. 



Ce dernier entamait ici un dialogue avec le quintet de jazz, là allait chercher une réponse du côté de l'orchestre, puis s'engageait dans un monologue, avant de faire se rejoindre tous les instruments dans des morceaux qui nous ont enchanté. Chaque style, jazz et classique, a eu son moment dans la soirée pour s'exprimer pleinement dans sa spécificité musicale. 





Et toujours avec l'impressionnante performance de Fiona en ligne de mire, ils se sont accordés pour faire également vibrer de la musique Irlandaise, entraînante et joyeuse. 



La mise en scène était d'une élégante simplicité et était très joliment mise en valeur par un superbe jeu de lumière habile et présent tout en demeurant discret.


Copyright photos et vidéos @ Epixod

Il n'y avait qu'une représentation à La Cigale ce mercredi, mais sa carrière de chef d'orchestre amènera Fiona Monbet à prendre parfois la tête de l’Orchestre symphonique de Bretagne pendant les deux années à venir. Des chanceux auront donc des occasions de la voir à l'œuvre et de profiter de son talent qui ravit notre précieux sens de l'ouïe avec de l'excellente musique.


#FionaMonbet

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire