dimanche 24 décembre 2017

PITCH PERFECT 3


Comédie musicale/Comédie/Les numéros musicaux sont supers, et malgré un scénario léger, on a plaisir à retrouver les Bellas pour cette dernière aventure.

Réalisé par Trish Sie
Avec Anna Kendrick, Rebel Wilson, Hailee Steinfeld, Brittany Snow, Anna Camp, Hana Mae Lee, Ruby Rose, Alexis Knapp...

Long-métrage Américain
Durée: 01h33mn
Année de production: 2017
Distributeur: Universal Pictures International France

Date de sortie sur les écrans américains : 22 décembre 2017
Date de sortie sur nos écrans : 27 décembre 2017


Résumé : Après avoir remporté les championnats du monde, les Bellas se retrouvent séparées et réalisent qu’il n’existe pas de perspective de travail qui permette de faire de la musique avec sa bouche. Mais lorsqu’on leur offre la chance de se retrouver une nouvelle fois sur scène pour une tournée à l’étranger, ce groupe de nerds se réunit pour une dernière nouvelle aventure musicale.

Bande annonce (VOSTFR)


Extrait "Un Toast Pour Les Bellas" (VOSTFR)



Extrait "Les Bellas Reprennent Cheap Thrills" (VOSTFR)



Extrait "Riff Off" (VOSTFR)



Featurette "Best Of Beca" (VOSTFR)



Featurette "Best Of Fat Amy" (VOSTFR)



Featurette "Final Performance" (VOSTFR)



Ce que j'en ai pensé : les Bellas nous offrent un dernier tour de chants et de chorégraphies tous plus enchanteurs les uns que les autres. La sympathique dynamique de ce groupe de jeunes femmes, pleines de doutes dans la vie, ne faillit jamais quand elles sont réunies. Et ce troisième opus leur donne l'occasion d'interagir ensembles plus souvent, ce qui est très bien. Le scénario utilise les ficelles qui ont fonctionné dans les films précédents. Il est très mince, mais fonctionne bien pour permettre à la fois au fil conducteur de se mettre en place et pour laisser la place au spectacle, ce qui est finalement ce qu'on attend le plus. 

La réalisatrice, Trish Sie, met en scène de très jolis numéros musicaux. Il y a une belle énergie qui se dégage dans sa façon de filmer ses actrices. Elle conserve intact l'esprit de copinage, les interactions décalées entre les Bellas, ainsi que la solidarité dont elles font preuve face aux épreuves. Elle respecte le concept mis en place dans le premier opus et équilibre bien intrigue globale, moments de compétitions et sentimentalisme.

Côté actrices, les Bellas sont toujours toutes supers. Bien sûr, Anna Kendrick est toujours aussi touchante, marrante et talentueuse dans le rôle de Becca et, à ses côtés, Rebel Wilson casse toujours la baraque avec sa Fat Amy qui ne connaît pas de limites. John Lightgow est un Fergus inquiétant et bien hypocrite, son personnage et la paternité ne sont pas faits pour s'entendre.




Crédit Photos @ Quantrell D. Colbert

PITCH PERFECT 3 est un divertissement léger et enthousiasmant qui demeure aligné avec les thématiques propres aux Bellas. On a plaisir à les retrouver pour cette nouvelle aventure internationale et fun. C'est la dernière opportunité de passer un bon moment avec elles au ciné, alors autant en profiter et laisser leur talent opéré.


NOTES DE PRODUCTION 
(A ne lire qu'après avoir vu le film pour éviter les spoilers !)

Dernier rappel pour les aca-pétasses :
C’est parti pour PITCH PERFECT 3 !

Le succès retentissant des deux premiers opus de la saga PITCH PERFECT a naturellement encouragé la mise en chantier d'un troisième volet. Les producteurs Paul Brooks de Gold Circle et Max Handelman et Elizabeth Banks de Brownstone Productions étaient convaincus qu’il y avait encore matière à nourrir un nouveau récit, mais aussi qu’il fallait prendre son temps afin que le résultat soit impeccable. 

″On a travaillé d’arrache-pied afin de concevoir un scénario convaincant pour le deuxième opus ; on voulait donc prendre notre temps et réfléchir à ce que devait être la prochaine étape de l’histoire des Bellas. Ça nous a pris du temps, mais on a réussi″, explique Paul Brooks. ″Elles ont toutes terminé leurs études, et réfléchissent désormais à ce qu’elles veulent faire de leur vie ; comme pour beaucoup de jeunes de cet âge, c’est la panique…″. 

Pour Elizabeth Banks, cet opus était l’occasion de boucler la boucle. Avec les autres producteurs, elle était à l’origine de la saga, et avait même pris les commandes de PITCH PERFECT 2 en tant que réalisatrice. Elle tient aussi le rôle de Gail, commentatrice obsédée d’a cappella qui, flanquée de son fidèle compagnon John, suit les Bellas à la trace. Les auteurs tenaient à faire prendre une direction nouvelle à la saga. ″Non seulement il y a plus de chant et de danse que dans les précédents épisodes, mais c’est aussi un véritable film d’action″, raconte Elizabeth Banks. ″On était impatients à l’idée de faire des Bellas de vraies héroïnes de film d’action, surtout Amy la Baleine″. 

″Dans PITCH PERFECT 3, les Bellas se retrouvent confrontées à la réalité parfois brutale du monde qui les entoure″, ajoute Max Handelman. ″On a mis la barre encore plus haut, avec l’objectif de donner aux fans ce qu’ils adorent : des chansons, de la chorégraphie et des gags, mais on voulait aussi placer les jeunes femmes dans des situations nouvelles, drôles et inattendues. C’est un film beaucoup plus tourné vers l’action : la séquence d’ouverture annonce d’emblée que la situation a bien changé. Les héroïnes sont plus âgées, et chacune suit une trajectoire différente. Vous n’allez pas être déçus !″. 

PITCH PERFECT 3 est réalisé par Trish Sie, réputée pour ses chorégraphies qu’on peut admirer dans les clips de Ok Go (cités aux Grammy Awards) et dans le sulfureux SEXY DANCE 5. Trish Sie, folle de joie à l’idée de participer au projet, révèle : ″Je suis une grande fan de PITCH PERFECT depuis que j’ai vu le premier au cinéma. C’est un de ces films qui m’ont mise dans une sorte de colère existentielle parce que je me suis dit que j’aurais adoré faire partie de l’équipe… Mais que je n’en aurais jamais l’occasion″. 

Ayant elle aussi fait ses études à l’Université de Pennsylvanie, elle s’est tout de suite bien entendue avec Elizabeth Banks et Max Handelman lors de leur première rencontre. ″Lorsque j’ai appris qu’on recherchait quelqu’un pour réaliser PITCH PERFECT 3, je me suis dit que c’était trop beau pour être vrai″, confie-t-elle. ″Je ne les connaissais pas à l’époque, mais Liz, Max et moi étions dans la même université au même moment. J’espérais que cela nous rapproche et ça a affectivement été le cas. Ça a tout de suite bien fonctionné entre nous″. 

″Trish a commencé avec Ok Go pour qui elle a réalisé des clips qui comptent parmi les plus spectaculaires de ces dernières années″, confie Elizabeth Banks, admirative. ″Elle a débuté en tant que chorégraphe et apporte cette énergie dont on a besoin dans un film de la saga PITCH PERFECT. Et puis, elle comprend notre humour décalé. Après quelques conversations avec elle, on s’est dit que c’était le choix idéal. Et c'était parti !″

Trish Sie a mis tout son talent au service de ce film qui compte parmi les projets dont elle est la plus fière de toute sa carrière. ″On est ravis d’avoir une réalisatrice pour ce film au casting exclusivement féminin, et de pouvoir mettre en valeur des histoires de femmes drôles et captivantes″, suggère Elizabeth Banks. ″Il n’y a pas assez de films qui le font. On aime faire passer aux jeunes filles ce message sur la solidarité, l’amitié, et les ambitions qu'on peut avoir dans sa vie. Trish a insufflé son énergie débordante et sa passion communicative à chaque réunion et elle avait toutes les compétences requises. On s’est dit qu’on avait trouvé la personne idéale pour mener à bien ce projet, et il s’avérait que c’était une femme. C’était la cerise sur le gâteau″. 

Les Bellas font leur grand retour sur scène

Toutes les Bellas, à l’exception d’Emily, ont terminé leurs études à Barden et se retrouvent livrées à elles-mêmes. ″Elles commencent à se rendre compte que le chant a cappella ne va pas leur payer le loyer″, résume Trish Sie. ″C’était parfait à la fac, lorsqu’elles évoluaient dans la bulle fermée de l’université. Il fallait maintenant faire en sorte qu'elles soient un peu plus mûres, mais de manière réaliste. Il était important de les sortir de leur campus et de les confronter au monde réel″. 

La réalisatrice nous révèle ce que sont devenues les Bellas : ″Beca s’est lancée dans une carrière de productrice de musique. Elle travaille pour un label où elle produit principalement du hip-hop assez mauvais. Amy la Baleine a son propre one woman show qu’elle essaye de monter à Broadway. Elle se produit donc dans la rue à Times Square, interrompue sans arrêt par les vendeurs de hot dogs et les passants″. 

Rebel Wilson a été sensible au fait qu’on en apprenne davantage sur Amy la Baleine. Ce que ce personnage énigmatique révèle aux Bellas dépasse tout ce qu’elles auraient pu imaginer. ″On apprend à mieux connaître Amy la Baleine dans cet opus, ce qui est super″, remarque Rebel Wilson. ″Au début du film, elle essaye de percer à Broadway. Elle a créé un spectacle qu’elle a appelé Amy la Baleine Winehouse, un one woman show incroyablement drôle qu’elle joue dans la rue. Mais quelqu’un de très mystérieux n’arrête pas de la contacter…″

Chloé, elle, tente d’entrer à l’école vétérinaire mais regrette le temps où sa vie était plus simple. ″Chloé a toujours eu un faible pour les animaux, mais aussi pour les Bellas et elle n’arrive pas à tourner la page″, explique Brittany Snow. ″Elle vit tout près de chez Beca et Amy, et elle essaye sans grand enthousiasme de devenir vétérinaire″. 

″Je n’arrive pas à croire que les Bellas sont à nouveau réunies, mais c’est génial″, poursuit l’actrice. ″On a tellement de chance ! Les deux premiers films m’ont permis de me faire des amies très proches, et sur le tournage du troisième, parfois, je regardais autour de moi et je me disais ‘je suis payée à passer du temps avec des gens que je vois tout le temps de toute façon'. C’est assez génial″. 

On découvre que Cynthia Rose, jouée par l’inénarrable Ester Dean, suit une formation de pilote, dont elle est sur le point d’être renvoyée parce qu’elle rate tous ses examens. ″Cynthia Rose tente de devenir pilote, si bien qu'on m’a donné rendez-vous au musée d’aviation Delta à Atlanta où il fallait que je me plante lamentablement au simulateur de vol vingt fois de suite. Mais je n’ai eu aucun effort à faire : j’étais tellement nulle que de toute façon je me plantais. Ça n’est vraiment pas un métier pour moi !″

Hailee Steinfeld, actrice nominée aux Oscars, reprend le rôle d’Emily pour son deuxième film de la saga. Depuis ses débuts remarqués au cinéma il y a quelques années, la jeune femme est très sollicitée, comme actrice mais aussi comme musicienne. Elle se souvient : ″Il m’a fallu tout le tournage du deuxième opus pour commencer à prendre conscience que j’en faisais partie″. 

Hailee Steinfeld, interprète et performeuse de grand talent, avait hâte d’être de retour en studio d’enregistrement. ″On a repris un entraînement intensif de chant a cappella et on s’est remises au travail immédiatement comme si on s’était quittées la veille. C’est toujours des moments vraiment super, où on passe d’une répétition de danse à une séance d’enregistrement, et on se remet tout de suite dans le bain″. 

L’équipe ne serait pas au complet s’il manquait des Bellas à l’appel, surtout le duo inséparable. ″On retrouve Ashley et Jessica fidèles à elles-mêmes″, ajoute la réalisatrice. ″Toutes essayent de démarrer une carrière quand elles se trouvent à nouveau réunies pour les retrouvailles des Bellas ; elles n’ont qu’une envie, c’est de se produire à nouveau ensemble″. 

Enfin, et surtout, on ne pourrait pas imaginer un PITCH PERFECT sans John et Gail. ″À nouveau, ils ont un projet bien à eux qu’on voit évoluer tout au long du film″, révèle Trish Sie. ″John et Liz sont à mourir de rire. Il suffit de tourner la caméra vers eux et de les laisser improviser ; parfois j’en oubliais de dire ‘coupez’. Ils finissaient par me demander s’ils pouvaient s’arrêter, pendant qu’on riait à s’en faire pipi dessus″.

De petits nouveaux dans la famille

PITCH PERFECT ne manque pas de nouveaux talents. Parmi les nouveaux venus remarqués, on compte John Lithgow, l’acteur aux multiples récompenses, qui joue le rôle de Fergus, le père carrément louche d’Amy la Baleine. 

Max Handelman nous livre quelques éléments à son sujet : ″Amy la Baleine a quitté l’Australie et son gangster de père sept ans auparavant et a débarqué à Barden afin de lui échapper. C’est un type malveillant, et c’est pour ça qu’elle a tenté de s’inventer une nouvelle identité en tant qu’Amy la Baleine au lieu de Patricia, son véritable nom. Maintenant qu’elle a quitté les États-Unis, il a réussi à la localiser et tente de reprendre contact avec elle. Au départ, il semble qu'il ait des intentions louables, mais on finit par découvrir ses véritables motivations″. 

″Si l’on veut en apprendre encore plus sur ces jeunes femmes, alors il faut aussi se tourner vers leur passé et les pousser à résoudre leurs problèmes. J’ai toujours été étonnée qu’on en sache si peu sur Amy la Baleine″, confie Trish Sie. ″On a fait la connaissance du père de Beca, on a entendu Aubrey parler du sien, mais on ne sait pas qui est vraiment Amy la Baleine, pourquoi elle a quitté la Tasmanie pour atterrir à Barden″. 

″Plutôt qu’un admirateur secret un peu flippant, on s’est dit que ce serait amusant que le type à ses trousses soit son père″, poursuit Trish Sie. "Elle a toujours dû surmonter les conséquences de sa fugue, et à présent, il a retrouvé sa trace. Ce qui a été vraiment génial avec ce film, c’était de rencontrer John Lithgow et de travailler avec lui : c’est une vraie légende ! C’est un type vraiment gentil qui a le cœur sur la main. Un vrai pro. Il a beaucoup d’humour, et il est prêt à entrer dans notre jeu″. 

Rebel Wilson nous donne un avant-goût du personnage de Fergus : ″On apprend que son père a retrouvé sa trace. Il ne pouvait pas entrer aux États-Unis parce qu’il a fait des choses un peu louches, mais quand les filles arrivent en Europe, il peut aller à la rencontre d’Amy la Baleine qu’il n’a pas vue depuis sept ans″. 

L’actrice partage l’avis de la réalisatrice au sujet de son partenaire : ″Je n’ai que des compliments à faire à son sujet″, s’exclame Rebel Wilson. ″Dès qu’on m’a expliqué que John Lithgow jouerait le rôle de mon père, je me suis dit ‘c’est une star de la télé, du cinéma, de Broadway, et je l’ai vu à la télé toute mon enfance’. J’étais aux anges à l’idée qu’il joue le rôle de mon père ; et il ne lui a fallu que trois jours pour prendre l’accent australien, c’est incroyable″. 

John Lithgow ne tarit pas d’éloges au sujet de sa partenaire à l’écran : ″Rebel est formidable. Elle est naturellement hilarante, mais elle a aussi les pieds sur terre et est très généreuse. Amy la Baleine est un personnage particulièrement original et Rebel est prête à endosser ce rôle complètement antipathique et au final c’est ce qu’on adore chez elle″. 

Dragons, whisky et… Evermoist :
Une compétition acharnée

S’il y a bien une chose dont les Bellas ne peuvent se passer, c’est leurs adversaires. ″Toutes les Bellas sont de retour et embarquent pour une tournée de soutien aux troupes déployées à l’étranger, ce qui est plutôt chouette″, révèle Rebel Wilson. ″Au départ, on ne pensait pas qu’il y aurait de compétition, et puis en fait, si ! Et on est bien contentes″. 

″Les Bellas font leur apparition et se rendent compte que même ces groupes accompagnés d’instruments sont meilleurs qu’elles a cappella″, raconte Anna Kendrick. ″Dans l’univers de PITCH PERFECT, tout le monde pratique le chant a cappella. C’est un peu comme dans les films de Jackie Chan où tout le monde maîtrise les arts martiaux″. 

Pourtant, les Bellas brillent encore plus quand elles partent perdantes. ″On voulait les faire participer à ce concert de soutien aux troupes, exactement comme ceux qu’on organise dans la réalité, dans lesquels plusieurs artistes se produisent″, explique Elizabeth Banks. ″C’est un spectacle de variétés en fait, si bien qu'on a cherché d’autres groupes avec lesquels elles puissent être en contact″. 

Les Bellas sont considérablement désavantagées par le fait qu’elles doivent affronter des groupes accompagnés d’instruments. ″La compétition est rude cette fois encore″, note Ed Boyer. ″Dans un groupe, on a des instruments parfaitement accordés et un dispositif sonore très puissant. La batterie et les basses sont deux octaves plus graves que le timbre d’une chanteuse. Ces musiciens chevronnés jouent de la musique et font des tournées depuis des années alors que les Bellas sortent tout juste de l’université″. 

Cependant, il ne faut jamais les sous-estimer. Rebel Wilson nous fait le compte-rendu détaillé des adversaires qui les attendent sur scène : ″Il y a un nouveau groupe appelé Evermoist dont la chanteuse est l’Australienne Ruby Rose. Elles sont sexy, torrides, je dirais. Il y a aussi Saddle Up, qui est en fait un véritable groupe de country, et du coup, tout cela est très facile pour eux : ils jouent leur musique et ça déménage ! Et puis, il y a DJ Dragon Nuts et DJ Looney qui sont aussi hyper bons″. 

Trish Sie livre quelques informations supplémentaires sur le groupe Evermoist, qui représente l’adversaire le plus redoutable que les Bellas aient jamais eu à affronter. Elle raconte : ″C’est un groupe exclusivement féminin dont les musiciennes sont arrogantes, fières, séduisantes et bourrées de talent. Je voulais pour leurs rôles de vraies musiciennes extrêmement douées. On trouve donc Venzella Joy Williams, la batteuse de Beyoncé, Andy Allo, qui était l’une des protégées de Prince, une guitariste, auteur-compositeur-interprète incroyable, et Hannah Fairlight, une vraie rockstar, chanteuse, auteur et musicienne de génie. Et puis, il y a Ruby Rose, leadeuse incontestée qui chante et joue de la guitare, grande, séduisante, narquoise. Comment rivaliser avec cette équipe de choc ?" 

Ruby Rose a été choisie pour interpréter le rôle de Calamité, la chanteuse et guitariste du groupe dont elle nous présente les membres : ″Il y a Charité, Véracité et Sérénité. Des compositeurs incroyables nous ont écrit la chanson qu’on interprète dans le film, et elle est super efficace. C’est une chanson pop-rock qui parle d’un chagrin d’amour, et ça a été un pur bonheur de l’interpréter devant tant de monde. À la fin, tout le monde l'entonnait en chœur″. 

Une fois leurs rivales trouvées, les producteurs se sont mis à la recherche avec Trish Sie d’un groupe de country pour les accompagner. Pour Saddle Up, il fallait dénicher un vrai groupe de musiciens talentueux qui maîtrisent des instruments intéressants. ″Le groupe s’appelle en réalité Whiskey Shivers et c’est Trish qui est amie avec certains des membres qui nous les a présentés″, explique Elizabeth Banks. 

″Il y a trois autres groupes qui jouent, en plus de DJ Khaled et des Bellas″, rapporte Trish Sie. ″Il y a notamment Saddle Up, un groupe de musique country. Quand je leur ai demandé de participer au film, ils ont cru que je plaisantais, ou que j’étais folle, ou que j’avais trop bu. Ils passent leur temps pieds-nus et ils se déplacent en van. Ils se servent d’une valise comme grosse caisse. Ce sont des types hyper simples et vraiment cool″. 

″Puis, il y a Young Sparrow et DJ Dragon Nuts″, poursuit-elle. ″Eux aussi sont interprétés par de véritables artistes, Trinidad James et DJ Looney. Ces types sont à mourir de rire. J’ai fait leur connaissance à Atlanta mais ils vivent à Los Angeles. Trinidad est un rappeur plutôt sérieux, et je n’étais pas sûre qu’il soit partant pour autant d’autodérision. Je l’ai prévenu qu’il aurait peut-être à chanter des chansons de Blondie ou de Beyoncé, et que DJ Looney devrait pousser des cris de corbeau et manger d’étranges morceaux de papier avec Lilly. Leur enthousiasme immédiat m’a beaucoup impressionnée″. 

Pour Rebel Wilson, le résultat est magique. ″La musique est encore plus incroyable dans ce film parce que non seulement on a du chant a cappella mais aussi du chant accompagné d’instruments de musique. Ça permet de créer un son encore plus puissant sur certaines prestations. C’est vraiment top et ça nous change″, suggère-t-elle. 

Avec autant d’artistes de talent réunis, la battle finale a pris forme tout naturellement. ″L’idée essentielle, c’était que quand on réunit des musiciens, c’est ce qu’ils font″, explique Elizabeth Banks. ″Ils vont discuter, puis prendre une guitare et se mettre à chanter. Ils maîtrisent plusieurs styles et connaissent toutes les chansons mythiques. Quand on en est venus à la scène de battle, on s’est dit que ce serait naturel pour des musiciens et on a eu raison″. 

″Qui gagne ? Ça dépend à qui vous posez la question. Les membres d’Evermoist considèrent que leur groupe a triomphé″, raconte Ruby Rose. ″Les Bellas estiment que l’on a été disqualifiées parce qu’on s’est alliées à un autre groupe et qu’on a utilisé des instruments de musique. Mais moi je crois que personne ne perd une battle, parce que tout le monde est bourré de talent″.

Remise en forme :
Le Aca-camp d’entraînement des Bellas

Pour l’ancienne équipe de PITCH PERFECT comme pour les nouveaux acteurs et techniciens, le Aca camp d’entraînement s’est avéré être une expérience inoubliable. Trish Sie nous présente l’équipe sans qui ce camp d’entraînement n’aurait pas existé : “AJ [Aakomon “AJ” Jones] s’est chargé de la chorégraphie avec sa compagnie de danse. Binkie était son assistante. Ensuite, Deke Sharon et Ed Boyer se sont occupés de tous les arrangements a cappella. Alana Da Fonseca s’est chargé de produire les morceaux. C’est une grosse équipe de musiciens, de techniciens et de danseurs, qui ont tous travaillé ensemble. Ils ont accompli énormément de choses en très peu de temps, car le planning était très serré”.

Comme il était déjà chorégraphe sur les deux premiers films, les producteurs étaient ravis que Jones revienne orchestrer chaque numéro de PITCH PERFECT 3 aux côtés de Kyndra “Binkie” Reevey. “Cinq, six, sept et huit !”, a incessamment répété Jones au cours de ces trois intenses semaines de répétitions. Alors qu’elles apprenaient leur ordre de marche, les Bellas ont très vite compris ce qu’il fallait faire, et se sont rapidement mises dans le bain des échauffements, et des longues journées d’entraînement.

Bellas chevronnées ou toutes nouvelles membres du groupe, il a cependant fallu aux actrices un petit moment d’adaptation pour trouver leurs marques dans la salle de danse. Anna Camp explique ce qui lui a traversé l’esprit à ce moment-là : “Quand on est arrivées en répétitions et qu’on a commencé à apprendre les chorégraphies, il m’a fallu une bonne minute. J’étais assez paniquée, et je pense que ça se lisait sur mon visage, parce que ça faisait une éternité que je n’avais pas pris de cours de danse”. Elle rit : “Mais une fois qu’on a soufflé et qu’on s’est un peu détendues, nos extraordinaires chorégraphes, AJ et Binkie, nous ont rappelé qu’ils croyaient en nous. Et les performances qu’on a filmées sont vraiment géniales. Le tournage de ces scènes était tellement marrant que, la plupart du temps, je n’avais pas envie que ça s’arrête”.

Si l’univers de PITCH PERFECT est aussi unique, c’est grâce aux talents bien spécifiques de chacune des actrices. Mais pour les Bellas possédant moins d’expérience de chant ou de danse, il était nécessaire de faire appel à une équipe de professionnels reconnus pour que le tournage se passe en douceur. “Je n’avais jamais fait partie d’un groupe d’a cappella auparavant”, reconnaît Brittany Snow. “Je n’ai pas non plus fait carrière dans la chanson durant mon enfance. Du coup, quand je me rends en studio, je ne suis pas aussi à l’aise qu’ Ester et Hailee, qui sont sensationnelles. Je dois vraiment me sentir à l’aise et en confiance, et c’est le cas avec cette équipe”.

Après avoir démarré le tournage sur les chapeaux de roue, les actrices ont souvent plaisanté en répétant qu’il fallait qu’elles aillent faire des étirements. “Les chorégraphies et la musique sont plus intenses et meilleures que jamais”, confie Kelley Jakle, de retour sous les traits de la très discrète et néanmoins fascinante Jessica.

Dès que les Bellas ont dû monter sur scène devant des centaines de personnes, c’est là que le vrai boulot a commencé, explique la productrice et arrangeuse Sharon. “Les Bellas avaient déjà enregistré leurs voix, mais sur un plateau, il est difficile de ne pas se laisser entrainer par l’excitation de la foule—sans compter les nouvelles chorégraphies et les caméras tout autour. Elles devaient veiller à synchroniser les mouvements de leur bouche avec leur voix et à garder leurs micros près de la bouche, comme le ferait un chanteur en live”.

Les Bellas se sont senties en confiance grâce au soutien de leurs professeurs. “Au tout début du tournage, on nous donne un aperçu des chansons et des chorégraphies, et ça a l’air franchement impossible”, raconte Anna Kendrick. “Mais Deke, Ed et AJ sont là pour nous dire ‘Tout va bien se passer, on va travailler ensemble’. Du coup, ça a l’air faisable parce qu’on a un filet de sécurité grâce au département de musique et de danse”.

Pour monter sa chorégraphie très complexe, Jones a tenté de faire ressortir le contraste entre les Bellas plus expérimentées et les petites nouvelles. “On a voulu avoir une approche un peu plus mature”, explique-t-il. “Il fallait prendre en compte le fait qu’il y a un nouveau groupe de Bellas, dont les performances doivent être différentes de celles des anciennes. On a gardé le côté plus classique, plus structuré des chorégraphies des anciennes Bellas, sans pirouettes, sans tours de passe-passe ou effets spéciaux incroyables”.

Jones raconte son expérience de tournage avec Trish Sie : “Trish aime beaucoup travailler en équipe. On échangeait plein d’idées et on parlait de chaque choré avant que je n’entre dans la salle avec les filles, ou bien elle me laissait faire comme je le sentais, et après elle venait me confier quelques suggestions. Par exemple, elle pouvait me demander, ‘J’ai besoin de me focaliser sur ces deux personnages sur ce temps-là. Tu peux rajouter un temps à la chorégraphie ?’ Ça nous a permis de travailler ensemble sur tous les petits ajustements nécessaires”.

Lithgow a adoré le camp d’entraînement. “AJ excelle vraiment à transformer les acteurs en danseurs. Il a beaucoup de personnalité et il vous met totalement en confiance”, commente l’acteur. “J’étais tellement fier de moi ! Quand j’étais plus jeune, je travaillais dans une compagnie de danse classique de New York, et je jouais à Broadway dans la comédie musicale 'Dirty Rotten Scoundrels'. Et juste avant, j’ai même gagné un Tony pour 'Sweet Smell of Success' !”

Ce comédien reconnu a trouvé jubilatoire de camper un méchant, et était tout aussi ravi d’avoir conservé ses affaires de danse. “Je suis vraiment content d’avoir gardé ma ceinture, mon pantalon et mes chaussures de danse jazz. Je n’y avais pas touché depuis des années, mais je les ai amenées à Atlanta pour répéter avec AJ et Binkie ! Comme je n’avais pas touché à ces chaussures depuis 12 ans, elles se sont cassées… Mais heureusement, ils m’ont trouvé des baskets rouges. Comme quoi, ils avaient tout prévu !”

Bella 2.0 :
Les petites nouvelles entrent en piste

C’est après avoir assisté à la performance d’Emily et de son groupe de nouvelles Bellas que les anciennes Bellas, emplies de nostalgie, décident de partir en tournée. Jones, le chorégraphe, explique la différence entre les deux groupes en matière de technique : “Avec les nouvelles Bellas, la chorégraphie et les pas sont beaucoup plus énergiques. Pour les anciennes Bellas, on voulait que leur style ait quelque chose à la fois de naturel et de réfléchi—la chorégraphie devait plutôt se faire l'écho des personnes et des artistes qu’elles sont devenues”.

“La chorégraphie des nouvelles Bellas a été tournée à l’Aquarium de Géorgie, et c’était vraiment génial—imaginez, le mur du fond, c’est le bassin aux requins, avec d’immenses prédateurs qui nagent en arrière-plan et qu’on voit passer de temps en temps”, ajoute Jones. “La majorité des nouvelles Bellas sont des danseuses, si bien qu'on a pu monter une chorégraphie très intense et très technique en peu de temps. Hailee Steinfeld, qui est maintenant une star de la pop et une très bonne danseuse, a réussi à se mettre au niveau des filles et à les mener”.

Le public fait la connaissance du groupe d’Emily alors qu’elles enflamment la piste avec leur interprétation du titre “Sit Still, Look Pretty” de Daya, et Hailee Steinfeld comme chanteuse principale. Toute l’équipe du film a été bluffée par le talent et les progrès spectaculaires de la jeune fille depuis son arrivée dans l’univers de PITCH PERFECT il y a quelques années. “Ce qui est génial avec ce morceau, c’est qu’on peut vraiment entendre la voix de Hailee tout au long de la chanson. Et quelle voix ! Quel talent, alors qu’elle est si jeune !”, s’extasie Sharon.

L’aquarium de Géorgie a offert un arrière-plan absolument fabuleux pour la performance des nouvelles Bellas. Sharon raconte : “À l’aquarium, nous avons tourné en dehors des horaires d’ouverture, et on avait donc l’aquarium juste pour nous. On a tourné cette scène sans nous arrêter jusqu’à l’aube, entourés par l’eau et les poissons du plus grand aquarium d’Occident. C’était vraiment la nuit la plus cool de tout le tournage de PITCH PERFECT 3”.

Divertir le monde entier :
La tournée du USO

L’un des objectifs du film était de trouver des lieux originaux pour les performances. Elizabeth Banks explique : “Comment pouvait-on donner à ce film un esprit et un aspect différents des deux premiers ? J’ai eu la chance d’être invitée à suivre la tournée du USO l’année dernière avec le comité des chefs d’état-major interarmées. Je me suis rendue en Afghanistan, au Bahreïn, à Djibouti, en Afrique, et on s’est dit que c’était une expérience à la fois cool et intéressante que pourraient vivre les Bellas. On savait aussi que les lieux des concerts seraient radicalement différents”. 

Le cœur brisé après la performance des nouvelles Bellas, nos héroïnes sont déterminées à trouver un moyen de remonter le groupe. “Aubrey entend parler de la tournée du USO par son père, qui est un militaire haut gradé”, explique Anna Camp. “Cette idée lui vient lorsque les Bellas veulent chanter toutes ensemble encore une fois. Une tournée de l’USO est annoncée, et elle se dit que ce serait un bon moyen pour elles de se réunir et de monter sur scène, une dernière fois”.

DJ Khaled est la tête d’affiche de la tournée du USO : la présence de cet artiste, emblème de la pop culture, dans PITCH PERFECT est inattendue, comme le souhaitait l’équipe du film. Pour les producteurs, comme pour Trish Sie, il était important de faire venir des artistes qui sont à la fois connus du public, mais dont la présence dans le film est surprenante. “DJ Khaled est vraiment très marrant, il apporte beaucoup de fraicheur et quelque chose de vraiment unique—c’est un personnage totalement à part dans l’univers de PITCH PERFECT”, détaille Brooks.

La réalisatrice a énormément apprécié l’enthousiasme de la superstar : “Il se donne à fond dans tout ce qu’il fait”, raconte Trish Sie. “Il saute sur scène, et il dit simplement ‘Allons-y. Je suis prêt.’ Il fait tout ce qu’on lui demande, encore plus à fond. Il suit vraiment très bien les consignes, et il improvise comme un fou ! Et en plus, il est drôle”.

“Quand on est invitées sur la tournée du USO, on s’imagine d’abord qu’on va chanter surtout pour le fun, mais on se rend compte très vite qu’il s’agit d’une compétition”, raconte Chrissie Fit. “À la fin de la tournée, DJ Khaled va choisir l’un des groupes pour un concert en direct à la télé. Évidemment, dès que quelqu’un prononce le mot ‘compétition’, on est hyper contentes et prêtes à nous battre pour être choisies”.

“Je pense que quand ce genre d’opportunité se présente, il faut la saisir et en faire quelque chose d’intéressant. Et c’était vraiment une occasion géniale de faire partie de ce (troisième) super film”, raconte Khaled. “Mon personnage est là pour repérer une future star mais en même temps, je suis un performeur. Il n’y a pas de mots pour expliquer ce qu’on peut ressentir : il faut que vous alliez voir le film, parce qu’il y a une énergie dingue, et ça a donné lieu à de super moments”.

L’équipe de tournage s’est réjouie d’avoir l’honneur de travailler pour certains de ses héros. “Nous avons beaucoup de chance d’être partenaires de la U.S. Airforce, de la Garde Nationale et de l’association USO”, précise Trish Sie. “Nous avons pu tourner à la base militaire Clay et à celle de Fort McPherson, et tout le monde a fait en sorte que cette expérience soit vraiment agréable. J’ai appris beaucoup de choses sur la façon dont le USO soutient nos soldats stationnés à l’étranger, et à quel point cela leur permet de supporter le fait d’être loin de leur famille”.

Les Avengeuses :
Scènes d’action et cascades

Enfreindre les règles : c’est peut-être ça, le mot d’ordre de PITCH PERFECT 3. “On aimait bien dire pour plaisanter que les Bellas de Barden étaient un peu nos Avengeuses à nous”, s’amuse Elizabeth Banks, “et du coup, on était vraiment impatients de les mettre face à de réels dangers—loin de l’université et de leur univers très protégé”.

La productrice est d’ailleurs la première à admettre qu’elle a été impressionnée par le courage des actrices, surtout Rebel Wilson. “Dans le dernier film, Rebel a travaillé avec le Cirque du Soleil pour apprendre à faire du trapèze avec des foulards, et s’est retrouvée harnachée et suspendue 9 mètres au-dessus de la scène”, raconte Elizabeth Banks. “Elle a fait preuve de beaucoup de courage et de volonté. Elle a enfilé une combinaison et s’est fait attaquer par des chiens parce qu’elle savait très bien que ce serait marrant, et c’est une scène vraiment hilarante. L’état d’esprit de Rebel est le même qu’Amy la Baleine. On a l’impression qu’Amy la Baleine n’a peur de rien et serait prête à tout, et c’est exactement ce que fait Rebel”. 

“Rebel devient l’héroïne d’un film d’action dans cet opus, et ça lui va vraiment bien. Elle est très sportive, forte, et surtout, extrêmement drôle”, poursuit Trish Sie. “Ce n’est même pas qu’elle n’a peur de rien : elle arrive à surmonter ses peurs. Elle s’écrase à travers un velux, et elle casse la gueule d’au moins quatre personnes différentes ! Dans la scène complètement déjantée où elle se bagarre dans la cuisine, elle se sert de saucisses comme de nunchakus, et elle empale un œil avec du wasabi. Elle saute du pont d’un yacht, et elle a aussi toute une scène où elle actionne des extincteurs comme si c’étaient des armes automatiques”.

“Prends garde Tom Cruise, j’arrive !”, déclare Rebel Wilson, dont c’est le premier rôle dans une comédie d’action. “Je n’ai jamais tourné une seule scène de combat dans aucun film, et là j’ai deux énormes scènes de bagarre, et quelques autres scènes d’action. C’est tellement génial ! J’adore les films d’action ! J’ai toujours été certaine que j’avais un certain talent pour me bagarrer : j’ai enfin l’opportunité de montrer ce que je sais faire à l’écran ! Bon, évidemment, je me suis fait quelques bobos au cours du tournage, mais je ne me suis jamais autant marrée !”

Malgré tout, pour parvenir à un résultat aussi audacieux, il a fallu d’abord gérer quelques coups de panique. “La cascade qui m’a le plus traumatisée, c’est celle où je dois sauter d’un bateau : c’est une chute de presque 6 mètres de haut ! J’ai le vertige, mais heureusement, cette fois Anna Kendrick m’a tenu la main pendant qu’on sautait. J’ai eu de la chance qu’elle soit là, parce que, franchement, j’ai vraiment cru que j’allais faire une crise cardiaque quand on a fait cette prise !”, ajoute l’actrice.

Durant le tournage au Musée de l’aéronautique de Marietta, entourées d’avions historiques—parmi lesquels un Air Force One ayant transporté (entre autres) un certain John Fitzgerald Kennedy—Rebel Wilson et les autres Bellas ont participé à un montage vidéo militaire… avec tout ce que cela comporte de chorégraphies et de cascades. “Hormis les scènes de combat et ma chute du haut d’un yacht en feu, on a aussi une scène avec des chiens, dans laquelle je me suis portée volontaire pour me faire attaquer par les chiens. En plus, on a tourné cette scène le jour de mon anniversaire, si bien que c’est une scène qui me tient vraiment à cœur !”, s’esclaffe Rebel Wilson.

L’une des scènes du film s’est même inspirée de faits réels, raconte Elizabeth Banks : “La scène dans l’appartement-terrasse s’est directement inspirée d’une histoire qu’on a entendue au sujet d’une rock star qui habitait l’une des suites de l’hôtel où on était logés. Le mec avait son propre barman pour lui faire ses cocktails, et se faisait livrer du miel fraichement extrait des ruches se trouvant sur le toit de l’hôtel. J’ai trouvé cette histoire complètement extravagante et géniale. Si un jour quelqu’un me dit que cette anecdote d’abeilles est invraisemblable, je pourrai lui dire ‘Si, si, c’est possible !’” 

Après l’échec cuisant des Bellas lors de leur match d’impro, leur objectif principal est de convaincre DJ Khaled qu’elles ont réellement du talent. Une fois qu'elles ont trouvé le moyen d’accéder à son appartement luxueux, elles s’invitent à la soirée qu’il a organisée. En attendant qu’il ne monte pour s’entretenir avec elles, les filles trouvent le moyen d’enchaîner les catastrophes…

S’ensuit un chaos sans nom, que Trish Sie s’applique à nous décrire : “Beca a mis la main sur le matos de producteur de DJ Khaled et s’amuse à faire des boucles vocales. Pendant ce temps-là, Aubrey renverse une bougie sur un rideau, qui se décroche et tombe sur Emily, qui atterrit sur Ashley et Jessica, qui passent au travers d’une table basse. Elles renversent un canapé, Chloé bouscule Flo qui renverse accidentellement un blender plein de jus de betterave, qui arrose généreusement Lilly. Puis, les Bellas se cognent contre une ruche qui s’écrase par terre. C’est une scène complètement folle et chaotique. On a essayé d’en tourner la majeure partie en un seul plan à la Steadycam, et c’était super marrant !”

Alterner séquences d’a cappella et scènes d’action peut parfois donner un mélange un peu étrange, et l’équipe savait qu’il fallait absolument choisir la bonne musique. En tournant l’une des scènes, Boyer a pensé à nulle autre que Britney. “La première chanson que l’on entend dans le film, c’est ‘Toxic’, et on y a pensé parce que c’était la toute première scène d’action qu’on tournait”, explique-t-il. “On avait besoin d’une chanson qui ait un petit côté James Bond, mais qui soit aussi très outrée, et très pop. ‘Toxic’ était la chanson parfaite”.

Au revoir : 
La dernière chanson

Il est très rare de tourner un film dans la continuité, mais il s’est avéré que la dernière scène filmée à Atlanta a été l'ultime performance des Bellas. “Le tournage du final a été le moment le plus gratifiant de tout le film”, raconte Trish Sie. “Ça a été très long de mettre ce final au point, mais c’est parce qu’on savait à quel point c’était une scène importante. Il y avait énormément d’objectifs à atteindre : il fallait que ce soit une bonne chanson d'adieu, et qu’on ouvre un nouveau chapitre avec une chanson qui va de l’avant. Il était également important que ce soit une chanson sur l’amitié, et sur la nécessité de prendre en main son destin”. 

Le tournage des toutes dernières scènes a été une expérience assez cathartique pour les comédiens et les techniciens. Comme le résume Anna Kendrick : “À ce jour, j’ai pleuré à chaudes larmes devant mes collègues de travail au moins sept fois”.

“Ça fait cinq ans qu’on se connaît, et cette séquence finale était vraiment émouvante ; on essaie de garder en mémoire tout ce que les Bellas ont signifié pour nous”, analyse Rebel Wilson. “Ces films ont vraiment eu un impact sur nos vies et sur nos carrières, si bien que quand on a terminé le tournage, il y a eu beaucoup d'effusions et pas moins de larmes !”

Pour dire au revoir, l’équipe s’est mise d’accord sur la chanson, et a choisi l’emblématique “Freedom ! 90” de George Michael. Brooks raconte la genèse de ce choix : “C’était compliqué de trouver la chanson qui corresponde à la performance finale. Il s'agissait à la fois délivrer un message aux spectateurs, et d'expliquer le chemin qu’allait emprunter le personnage de Beca. Et on devait aussi faire en sorte que ce final réunisse une dernière fois les Bellas toutes ensemble”.

“Sur un plan technique, cette dernière chanson n’a vraiment pas été facile”, raconte Boyer. “Dans le final, Beca chante ‘Freedom !’ de George Michael, et on entend un petit extrait de la chanson quand elle s’amuse à enregistrer des voix et qu’elle fait quelques boucles vocales à la suite de DJ Khaled. Plus tard, elle se remet à chanter avec ces mêmes boucles sonores, et ça devient ‘Freedom !’ La chanson commence avec sa voix, et après ça se transforme en un merveilleux festival sonore”.

Pendant les repérages, l’équipe a décidé que le lieu du final serait la Citadelle. “C’est une vieille forteresse circulaire au bord d’une falaise, marquée par de nombreuses inspirations romaines”, remarque Trish Sie. “Il y a souvent des concerts organisés dans la citadelle, et on s’est dit que ce serait l’endroit idéal. Donc on l’a reconstituée ici. On a vraiment sculpté de la mousse pour construire la scène. On voulait que la lumière procure une touche rock’n’roll, mais qu’elle donne aussi un aspect classique, voire antique. Pour mettre en valeur la scène au milieu de ce magnifique et sublime décor, au charme européen très intemporel, on a même fait appel à un éclairagiste qui règle les éclairages pour des concerts de rock”.

Une fois sur scène, les Bellas ont vraiment ressenti les efforts fournis pour sublimer leur performance. Trish Sie développe : “Il y a tellement de gens qui aiment ce film, ces personnages, et tout ce qu’elles ont traversé. Créer cette scène féerique, qui est vraiment l’apogée du film, c’était vraiment très fort. L’émotion qui se lit dans la scène était vraiment palpable et sincère. Même au cours des répétitions, les filles avaient déjà du mal à se retenir de pleurer. Elles ont tout donné ce soir-là et tous ceux qui étaient présents l’ont ressenti”.

Handelman analyse les raisons du succès de la trilogie auprès d’un public très varié : “PITCH PERFECT a beaucoup de qualités, mais c’est un film qui fonctionne encore mieux quand il se situe à mi-chemin entre l’absurdité et la coolitude la plus totale ! Ce qui est drôle dans cet univers, c’est que tous ces personnages sont très premier degré. Mais par la suite, le public se rend compte qu’elles sont réellement talentueuses, et qu’elles ont confiance en elles”.

Trish Sie est ravie que ces personnages aient trouvé un équilibre entre ce grain de folie complètement absurde et caricatural, et l’ancrage très réaliste du film dans le monde réel. “C’est facile de faire l’idiot et d’en faire des tonnes, ou bien de s’en tenir à des situations très familières. Ce qui est difficile, en revanche, c’est d’alterner entre les deux registres, comme un équilibriste. PITCH PERFECT a un côté très réaliste, et présente des situations qu’on peut tout à fait retrouver dans notre propre vie. Ces jeunes femmes traversent des situations finalement très communes—se sentir un peu à part, faire partie d’un groupe d’amies, ou essayer de trouver sa voie après la fac”.

Une fois ce chapitre clos, nous concluons avec une remarque de la productrice sans laquelle rien n’aurait été possible : “Avec ces films, j’ai l’impression qu’on a touché du doigt quelque chose d’important - cette recrudescence de femmes, d’héroïnes qui prennent le pouvoir, pas seulement à Hollywood ou dans l’industrie du cinéma, mais dans le monde entier”, déclare Elizabeth Banks. Et si cette prise de pouvoir se manifeste sous la forme d’un divertissement pour le public, c’est tant mieux. Elle conclut : “En plus, s’il y a du chant, de la danse, et que les gens se marrent, ça marche à tous les coups !”

  
#PitchPerfect3

Autre post du blog lié à PITCH PERFECT 3

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire