mercredi 24 février 2016

GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL



Comédie/Espionnage/Action/Très trash, trop pour moi

Réalisé par Louis Leterrier
Avec Sacha Baron Cohen, Mark Strong, Ian McShane, Penélope Cruz, Rebel Wilson, Gabourey Sidibe, Isla Fisher, Annabelle Wallis...

Long-métrage Américain
Titre original : The Brothers Grimsby 
Durée: 01h23mn
Année de production: 2016
Distributeur: Sony Pictures Releasing France 

Date de sortie sur les écrans américains : 11 mars 2016
Date de sortie sur nos écrans : 13 avril 2016


Résumé : Nobby Butcher n’a pas de boulot, mais cela ne l’empêche pas d’être heureux. Il a tout ce dont il peut rêver dans la vie : le foot, une petite amie géniale… et neuf gamins. Pour que son bonheur soit complet, il ne lui manque que son petit frère, Sebastian, dont il a été séparé quand ils étaient enfants. Après trente ans de recherches, Nobby retrouve finalement la trace de Sebastian à Londres. Il ignore que celui-ci est devenu le meilleur agent du MI6… Leurs retrouvailles tournent à la catastrophe, et voilà les deux frères en cavale. C’est alors qu’ils découvrent un complot visant à détruire le monde… Pour sauver l’humanité – et son frère – Nobby va devoir se lancer dans sa plus grande aventure. Pourra-t-il passer de l’état de bouffon niais à celui d’agent secret ultrasophistiqué sans faire trop de dégâts ?

Bande annonce (VOSTFR)


Ce que j'en ai pensé : GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL est super trash. Le film assume parfaitement cette position et y va à fond. La réalisation de Louis Leterrier est en adéquation avec le genre du film et je l'ai trouvé très maîtrisée. Il donne le ton qu'il veut, quand il veut à son film en quelques secondes. Il est aussi bon pour les scènes d'action que les moments d'émotion ou encore les mises en scène trash. Je n'ai pas du tout adhéré à la vulgarité de plusieurs moments, mais je ne me suis pas ennuyée car le rythme est soutenu et la réalisation cohérente. Il y a une histoire (évidemment pas hyper développée mais elle est là) qui se déroule au fur et à mesure que l'action avance. Donc le film se suit facilement, il faut juste que le type d'humour utilisé ici vous convienne. 
Les deux acteurs principaux Sacha Baron Cohen qui interprète Nobby et Mark Strong qui interprète Sebastian forment un très bon duo. On savait déjà que Sacha Baron Cohen adore personnifié des idiots tellement bêtes qu'ils finissent par en être attachants, ce qu'il fait très bien et c'est encore une fois réussi. Mark Strong est également coutumier des rôles de costauds secs, sérieux et agiles qui créés un décalage avec un cadre délire. Il va ici encore plus loin que d'habitude et il réussit tout de même à maintenir le charisme de son personnage. C'est bien joué !


GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL est une comédie trash (je le répète...) qui bénéficie d'une réalisation solide et d'acteurs qui assurent. Concernant l'humour, je ne suis pas fan d'autant que le film s'adresse à une cible jeune et que dans ce cas, je le trouve même parfois très choquant. Mais les adultes savent si ce genre de films peuvent les faire rire ou non. Je vous laisse juge...


NOTES DE PRODUCTION
(A ne lire qu'après avoir vu le film pour éviter les spoilers !)

Couronné aux Golden Globes et nommé aux Oscars, Sacha Baron Cohen, le créateur de Borat, Brüno et Ali G, est de retour avec un nouveau personnage, Nobby Butcher, un chômeur fan de foot qui se retrouve obligé de sauver le monde…

Sacha Baron Cohen est connu pour ses personnages complètement barrés et hilarants qu’il place dans les situations les plus invraisemblables. Du faux rappeur devenu présentateur de talk-show au journaliste kazakh qui découvre l’Amérique, en passant par l’icône de la mode autrichienne en quête de gloire, l’acteur a créé une galerie de personnages inoubliables. Dans son nouveau film, GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL, il raconte l’histoire d’un type idiot (qu’il incarne), qui retrouve son frère devenu espion (Mark Strong) 28 ans après leur séparation. 

Comme dans ses précédents films, Sacha Baron Cohen s’est attaché à rendre son personnage aussi réaliste que possible. Il déclare : « J’ai toujours fait très attention à ce qu’Ali G, Borat et Brüno soient des personnages crédibles. Aucun d’entre eux n’aurait pu faire quelque chose qui ne lui ressemble pas. Lorsque nous écrivons un film, nous nous interrogeons toujours sur la manière dont réagirait le personnage face à telle ou telle situation. Il nous arrive parfois de penser à des blagues hilarantes, mais nous les écartons si elles ne cadrent pas avec le personnage. L’authenticité et la crédibilité sont essentielles, c’est pourquoi nous nous attachons à placer nos personnages dans le monde réel pour souligner leur caractère comique. »

Pour GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL, le défi a donc consisté à recréer l’univers de l’espionnage de manière aussi réaliste, vraisemblable et approfondie que dans n’importe quel film d’action. Pour résumer, il ne pouvait s’agir d'une parodie. L’acteur reprend : « Nous voulions que le film ait les mêmes enjeux, les mêmes cascades et les mêmes dangers qu’un vrai film d’action, pour voir comment ce personnage stupide s’en sortirait au milieu de tout ça. » 

C’est dans cet esprit que l’équipe a approché Louis Leterrier, l’un des réalisateurs de films d’action les plus sollicités de l’industrie, à qui l’on doit entre autres INSAISISSABLES et LE TRANSPORTEUR. GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL était l’occasion rêvée pour le cinéaste de collaborer avec un acteur qu’il admirait depuis longtemps. Il confie : « Au début de l’ère des DVD, les gens se faisaient passer des coffrets de « Da Ali G Show ». Je me souviens aussi être allé voir BORAT, LEÇONS CULTURELLES SUR L’AMÉRIQUE AU PROFIT GLORIEUSE NATION KAZAKHSTAN le jour de sa sortie. Il était 11 heures, c’était la première séance et j’étais plié en quatre. J’y suis retourné avec mes amis le week-end suivant. Ce qui me plaît avec les films de Sacha, c’est qu’on veut être le premier à les voir, et ensuite on veut les partager avec ses amis pour voir leurs réactions. J’étais très impressionné lorsque j’ai rencontré Sacha parce que c’est un artiste que j’admire profondément. »

Todd Schulman, le partenaire de production de Sacha Baron Cohen, déclare : « Lorsque Sacha fait un film, il ne cherche pas à offenser mais à faire rire, c’est son ambition première. Et cela amène tous ceux qui l’entourent à repousser leurs limites parce qu’il cherche toujours à rendre une scène plus cocasse, plus déjantée et en définitive, plus efficace. »

LE BOUFFON ET L’ESPION

Si à première vue Nobby, le nouveau personnage créé par l’acteur-scénariste, n’est qu’un bon à rien, il n’est peut-être pas si mauvais que cela en réalité. Sacha Baron Cohen raconte : « Il a neuf enfants et use et abuse du système pour recevoir le plus d’aides de l’État possible. Mais le fait est qu’il adore ses enfants et sa petite amie, une femme plantureuse (interprétée par Rebel Wilson) dont il est fou amoureux. C’est aussi un bon père prêt à tout pour sa famille. Toute sa vie tourne d’ailleurs autour de sa famille, mais celle-ci n’est pas au complet : son frère manque à l’appel. »

Les deux frères ont été séparés il y a 28 ans lorsque Sebastian a été placé dans une famille d’accueil. On pourrait donc penser que ce dernier – aujourd’hui devenu espion – mène une vie de rêve. Mais lorsque Nobby le retrouve, Sebastian découvre combien son frère lui a manqué.

Sebastian est incarné par Mark Strong, auréolé du récent succès de KINGSMAN : SERVICES SECRETS. Sacha Baron Cohen déclare : « Nous voulions un acteur capable de jouer dans un vrai film d’action, et c’est le cas de Mark qui est un véritable athlète. Il réalise lui-même toutes ses cascades, il sait se battre et il est parfaitement crédible dans le rôle d’un espion. »

Mark Strong confie : « Je connaissais les films de Sacha, mais pour être honnête, je ne me doutais pas de ce que cela impliquait. Il s’agit d’un processus assez surprenant. Sacha s’est donné pour mission de se moquer de tout et de semer le désordre partout où c’est possible. Mais malgré cette apparente anarchie, faire rire repose en réalité sur un processus réglé au millimètre. La trame narrative est très structurée et les scénaristes sont très précis dans leur écriture et dans le choix des mots. Chaque mot compte car ils sont essentiels dans le rythme de la comédie. »

Louis Leterrier déclare : « Mark Strong est le parfait faire-valoir, le type normal face au rigolo. Il est élégant, drôle et intelligent, il comprend les blagues mais ne s’appesantit pas dessus. Les spectateurs ont souvent la même réaction que le faire-valoir – c’est donc sur les réactions de Mark face à Sacha que repose l’humour du film. Nous n’aurions pas pu trouver de meilleur acteur que Mark pour le rôle, Sacha et lui se sont comportés en frères sur le tournage. »

Pour Todd Schulman, l’expérience de Louis Leterrier dans le cinéma d’action et sa personnalité en faisaient le metteur en scène idéal pour réaliser le film. Le producteur exécutif explique : « Pour que GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL fonctionne, il fallait que l’action soit crédible, qu’on ait l’impression d’être devant un film d’action musclé dans lequel se serait égaré l’idiot du village. Nous étions tous conscients de son talent pour réaliser des séquences d’action dignes de blockbusters, mais tout le monde a été impressionné par son sens de l’humour. Il est vraiment drôle, ce qui était parfait pour le film. »

Le cinéaste confie cependant que tourner une comédie s’est révélé très différent de tout ce qu’il avait pu faire auparavant. Il détaille : « Je faisais de longues prises de 45 minutes filmées avec plusieurs caméras, selon différents axes et différents angles. Tout ça était nouveau pour moi, mais c’est ce que demande un tournage avec Sacha Baron Cohen. Sacha fonctionne comme un courant de conscience, une sorte de monologue intérieur qui s’extériorise en permanence : il déverse ses pensées devant la caméra, il ne s’arrête jamais ! Il a un esprit surréaliste qu’il faut capter. » 

Cet esprit particulier a mis les partenaires de Sacha Baron Cohen à rude épreuve, comme le raconte Mark Strong : « Un jour, Sacha m’a fracassé une bouteille sur la tête à plusieurs reprises ; un autre, je me suis retrouvé dans une voiture qui se remplissait d’eau, ou encore pris au piège dans un minuscule costume de la taille d’un sac de couchage. J’ai dû passer une journée dans une plaine africaine battue par des vents glacials et trois jours dans une petite maison avec toute la famille de Nobby. Il n’y avait pas que Sebastian qui devait endurer ces épreuves, moi aussi ! »

Louis Leterrier commente : « Quoi qu’il demande à ses partenaires, Sacha en fait dix fois plus. Il est prêt à tout pour faire rire. » Par solidarité, le cinéaste s’est lui aussi exposé aux mêmes épreuves que ses deux acteurs principaux : « Lorsqu’ils étaient trempés, je l’étais aussi ; pareil quand ils avaient froid, ou qu’ils étaient nus. En tant que scénariste du film, Sacha était préparé, mais je ne voulais pas que Mark se sente maltraité, c’est la raison pour laquelle j’ai tout fait avec lui. »

LES AUTRES PERSONNAGES

La présence de Sacha Baron Cohen dans le rôle principal et de Mark Strong dans celui de son frère a permis à l’équipe d’attirer une distribution éclectique. 

Isla Fisher, qui incarne Jodie, la jeune femme pour qui le cœur de Sebastian bat dans le film, déclare : « Regarder Sacha faire l’idiot, c’est un peu comme regarder Michael Jordan mettre des paniers, il est passé maître dans l’art d’être hilarant. J’ai beaucoup appris à ses côtés. Il fallait cependant que nous, ses partenaires, gardions notre sérieux, car son personnage est tellement déjanté qu’il était essentiel que le reste du film soit ancré dans la réalité. »

GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL a permis à l’actrice, qui a fait l’école du cirque, de renouer avec ses premières amours. Elle commente : « Lorsque j’interprète un personnage comique, cela me permet faire ressortir le clown qui sommeille en moi et cela me procure énormément de plaisir. »

Isla Fisher avait déjà collaboré avec le réalisateur Louis Leterrier sur INSAISISSABLES. Elle commente : « C’est intéressant de le voir ajouter une nouvelle corde à son arc en s’attaquant à une comédie parce que Louis est un réalisateur original. Avec lui, la caméra est toujours en mouvement, ce qui confère à ses films un caractère imprévisible, instinctif, presque animal. Il est capable de créer cet univers d’espionnage tout en y instillant un formidable sens de l’humour. »

L’actrice, qui est la femme de Sacha Baron Cohen à la ville, affirme que Nobby est un des personnages imaginés par son mari qu’elle préfère… et ce pour des raisons très personnelles. Elle confie : « J’ai eu de la chance avec ce personnage parce que Sacha pouvait enlever sa perruque, alors que par le passé, il a fallu que je dorme à ses côtés quand il portait la moustache en guidon de vélo de Borat ou la crête peroxydée de Brüno ! Parmi ses alter ego, Nobby est mon préféré parce qu’en dépit de l’accent du nord de l’Angleterre qu’il ne quittait jamais, au moins il ressemblait à l’homme que j’ai épousé ! »

Rebel Wilson, qui a entamé le tournage de GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL seulement deux semaines après la fin de celui de PITCH PERFECT 2, a immédiatement entamé ses recherches sur son rôle. Elle commente : « Sacha tenait à ce que Dawn soit une authentique fille du nord de l’Angleterre, j’ai donc passé six jours en immersion dans la région de Manchester. Je suis allée dans les salons de coiffure et de manucure, et j’ai même vendu des fish-and-chips à Blackpool pendant un après-midi. Ça a été très intense, mais aujourd’hui je sais tout ce qu’il y a à savoir ou presque sur le fish-and-chips… » 

Après s’être imprégnée de l’atmosphère du nord de l’Angleterre, l’actrice a travaillé avec un coach vocal pour acquérir l’accent typique de la région. Elle se souvient : « Sacha me mettait la pression, il n’arrêtait pas de me répéter qu’il lui avait fallu un mois pour maîtriser cet accent. Il tenait à ce que je le maîtrise moi aussi parfaitement. J’ai travaillé d’arrache-pied et j’espère bien que mon accent est authentique dans le film. »

Contrairement à ses partenaires, Gabourey Sidibe n’a pas rejoint le casting de GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL de manière traditionnelle. Sacha Baron Cohen et elle se sont rencontrés lors de la soirée privée organisée par Madonna et son manager, Guy Oseary, pour les Oscars. Les deux nommés – Gabourey Sidibe pour son rôle dans PRECIOUS, Sacha Baron Cohen pour le scénario de BORAT, LEÇONS CULTURELLES SUR L’AMÉRIQUE AU PROFIT GLORIEUSE NATION KAZAKHSTAN – ont alors évoqué un rôle dans le prochain film de l’acteur. Elle raconte : « Sacha m’a dit qu’il me trouvait hilarante. Bien sûr, je ne l’ai pas cru. Il m’a alors demandé si je savais faire l’accent africain, j’ai menti et lui ai répondu que oui, puis il m’a demandé par qui j’étais représentée, je lui ai indiqué la direction de mon manager et ils ont discuté. Deux semaines plus tard, mon manager m’a envoyé un email pour me dire que le projet dont nous avions discuté lors de cette soirée était sérieux et que Sacha me trouvait réellement drôle. »

Penélope Cruz vient compléter la distribution principale dans le rôle de Rhonda George, la directrice d’une organisation de santé internationale. L’actrice déclare : « J’étais très enthousiaste à l’idée de prendre part à ce film parce que Sacha est un acteur unique en son genre. C’est très agréable de se débarrasser de ses inhibitions ! »

GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL est également interprété par Annabelle Wallis, qui déclare : « J’incarne Lina Smit, une véritable chipie qui appartient au camp des méchants et qui doit séduire Sebastian pour lui soutirer des informations. Si la situation tourne mal pour elle à la fin, elle n’en est pas moins un personnage fabuleux et ultra glamour. »

LE GOÛT DU RISQUE

GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL s’ouvre sur une séquence d’action explosive filmée du point de vue de Sebastian, le meilleur agent secret du Royaume-Uni. Cette scène d’ouverture a immédiatement séduit le coordinateur des cascades Adam Kirley, qui y a vu un défi passionnant. Il se souvient : « Pendant les 30 ou 40 premières pages du scénario, on se serait cru dans un véritable film d’action. »

Oliver Wood, le directeur de la photographie du film, est aussi à l’aise dans l’action (il a notamment pris part à LA MORT DANS LA PEAU et LA VENGEANCE DANS LA PEAU) que dans la comédie (il a collaboré à plusieurs reprises avec Adam McKay et Will Ferrell, que ce soit sur RICKY BOBBY, ROI DU CIRCUIT ou LÉGENDES VIVANTES). Louis Leterrier commente : « Je voulais qu’il filme les cascades automobiles comme dans la franchise JASON BOURNE, mais avec Sacha Baron Cohen au volant. »

Pour la spectaculaire scène d’ouverture du film, le réalisateur et le directeur de la photo ont collaboré avec Chad Stahelski, que Louis Leterrier qualifie de « réalisateur de la deuxième équipe et chorégraphe des cascades de génie. » Il ajoute : « Je ne l’avais encore jamais rencontré, mais j’ai découvert un homme plein d’énergie qui fourmillait d’idées. Lors de notre deuxième réunion, il avait préparé des story-boards de la séquence d’ouverture, tous en caméra subjective, avec des drones, des avions, des trains, des automobiles, des hélicoptères, des courses-poursuites à moto, à pied et en voiture, et même des prises de vues sous un camion dans lesquelles on voit les essieux tourner sous nos yeux. »

Mais il ne s’agissait que des 30 ou 40 premières pages… Adam Kirley reprend : « Vient ensuite la séquence de l’éléphant. On est toujours dans l’action, il s’agit de cascades que l’on pourrait voir dans un véritable film d’action, mais réalisées dans un cadre comique. Il y a des scènes qui se déroulent dans un lieu confiné où l’eau monte et où les personnages doivent se battre pour leur survie. Il n’y a que l’environnement qui change par rapport à un film d’action classique. »

Le coordinateur des cascades assure : « Le talent de Louis Leterrier pour filmer l’action et la sensibilité comique de Sacha Baron Cohen se complètent parfaitement. Louis a réalisé de nombreux films d’action au cours de sa carrière, ce qui apporte du réalisme au film, tandis que Sacha et les scénaristes lui confèrent un élément comique. Le plus enrichissant pour moi a été de créer des cascades réalistes tout en restant dans le domaine de la comédie. »

Une mission difficile non seulement parce que les cascades sont aussi dangereuses que dans n’importe quel film d’action, mais également parce que le ton du film se devait de rester léger en dépit du sérieux des cascades. Adam Kirley poursuit : « Louis a pris tout cela avec beaucoup de calme, il a brillamment réussi à mêler l’action au burlesque. »

Le tournage de GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL s’est révélé très différent des précédentes expériences du coordinateur des cascades. Pour la sécurité de tous, les cascades doivent être chorégraphiées, chronométrées et exécutées à la perfection ; les films d’action ont donc tendance à être très préparés, chacun sachant exactement quand et dans quelles circonstances les cascades seront réalisées. Sur les comédies en revanche, l’atmosphère est généralement plus détendue. Le réalisateur laisse souvent tourner la caméra de longues minutes pour laisser le temps à ses acteurs de trouver leur tempo. Adam Kirley commente : « Sur ce film, tout évoluait d’un jour à l’autre, voire même d’une prise à l’autre, car Louis et les acteurs essayaient plusieurs versions d’une même scène. Mon équipe devait donc s’adapter, car la plupart du temps cela provoquait des modifications dans l’action, et lorsqu’une séquence est modifiée, il faut pouvoir changer avec elle. »

DES EFFETS TRÈS TRÈS SPÉCIAUX

Si GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL a pu voir le jour, c’est en partie grâce au concours des meilleurs spécialistes d’effets spéciaux et techniciens de l’industrie. Steven Warner, à qui l’on doit les effets spéciaux de SEUL SUR MARS de Ridley Scott, a supervisé les effets spéciaux physiques du film, et pour ce faire, il s’est associé avec le maquilleur prosthétique Conor O’Sullivan, qui est non seulement un collaborateur de choix de Ridley Scott, mais également celui à qui l’on doit les cicatrices du Joker interprété par Heath Ledger et le nez de Nicole Kidman dans THE HOURS.

Dans leur filmographie viennent aujourd’hui s’ajouter les extravagants et ridicules effets de GRIMBSY, comme par exemple lorsque les deux frères trouvent refuge dans une réserve naturelle d’Afrique du Sud et n’ont d’autre endroit où se cacher que dans les parties intimes d’une éléphante… en pleine saison des amours. 

Conor O’Sullivan a conçu et fabriqué le fameux accessoire de sorte qu’il puisse être contrôlé par des marionnettistes et actionné par l’équipe de Steven Warner.

L’équipe des maquillages spéciaux a également créé l’organe d’un éléphant mâle, tandis que celle du superviseur des effets spéciaux s’est chargée de son fonctionnement mécanique.

Pendant ce temps, Steven Warner a élaboré le faux sperme d’éléphant en laboratoire. Il raconte : « Sacha, Mark et toute l’équipe technique allaient devoir être recouverts de cette substance pendant plusieurs jours, il fallait donc qu’elle puisse être ingérée et qu’ils puissent en avoir dans les yeux et les oreilles sans danger pour leur santé. »

Sacha Baron Cohen ajoute : « Nous avons rencontré plusieurs responsables de zoos et spécialistes des pachydermes et avons découvert que ce qui ressemblait le plus au sperme d’éléphant était le milkshake de McDonald’s. » Malheureusement pour l’acteur, Steven Warner a opté pour de la simple crème hydratante. Il commente : « Tous les membres de l’équipe étaient ravis parce qu’ils avaient la peau toute douce ! »

Mais tout cela n’était que le début de l’histoire – passons sur les détails concernant le volume et les tests de pression… Finalement, il aura fallu tout le talent des techniciens les plus respectés de l’industrie pour donner vie à cette séquence aussi ridicule qu’hilarante. 

D’autres défis attentaient Steven Warner. Pour la scène finale du film, le superviseur des effets spéciaux a dû trouver le moyen d’attacher des feux d’artifice au derrière de Nobby. Il raconte : « On pensait devoir fabriquer une prothèse de fesses, mais Sacha tenait à réaliser la scène sans trucage. Ça a été un vrai défi de réussir à lui accrocher une fusée de feux d’artifice sur le point de décoller sans le blesser. » Grâce à une séries de différents dispositifs et à plusieurs tests réalisés sur deux courageux membres de l’équipe, Steven Warner a vraiment fait des étincelles avec cette scène ! 

TOUJOURS PLUS LOIN

Avec GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL, Louis Leterrier tenait à repousser les limites – que ce soit en matière d’humour, de décors, d’esthétique ou de photographie – pour en mettre plein les yeux aux spectateurs. Le réalisateur déclare : « En France, on me surnomme « Monsieur Plus » parce que je cherche toujours à obtenir la meilleure version d’une scène en la rendant la plus extrême et la plus dynamique possible. Cela demande beaucoup de travail aux cadreurs, d’autant que la totalité de ce film a été réalisée avec des caméras portées, des Steadicam, des grues et des caméras suspendues. C’est assez hard core en termes de prises de vues. Si vous ajoutez à cela le comique physique de Sacha, qui est tout le temps en mouvement, alors vous vous retrouvez très loin de votre zone de confort : on avance sans filet de sécurité. Mais je pense que c’est la raison pour laquelle Sacha et moi avons pris tellement de plaisir à travailler ensemble, parce que nous abordons tous les deux notre métier – la réalisation pour moi, la comédie pour lui – de la même manière. »

De façon générale, l’esthétique du film a surtout consisté à souligner le contraste entre l’univers quotidien de Nobby à Grimsby, une petite ville anglaise ouvrière, et l’univers minimaliste de Sebastian, avant de les faire fusionner à la fin du film. La chef décoratrice Kave Quinn explique : « À Grimsby, tout est coloré, tandis que dans le monde de Sebastian tout est magnifique, mais froid. Ma mission a consisté à faire en sorte que tous les décors soient réalistes, mais également à trouver l’équilibre entre les deux univers. »

Kave Quinn a travaillé en étroite collaboration avec le chef costumier Paco Delgado pour s’assurer que les personnages se détachent dans ses décors. Elle commente : « Dans la chambre d’hôtel miteuse où ils atterrissent, Sebastian porte par exemple une tenue de combat noire, je tenais donc à ce que ce décor soit très coloré pour qu’il se démarque. De la même manière, je savais que Nobby serait vêtu du maillot blanc de l’équipe d’Angleterre pendant tout le film, c’est pourquoi le blanc est assez peu présent dans les décors. Le personnage tranche davantage sur des décors colorés. » 

GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL a été tourné dans deux pays, le Royaume-Uni et l’Afrique du Sud. Le réalisateur Louis Leterrier déclare : « Initialement, nous ne devions passer que 10 à 15 jours en Afrique du Sud pour tourner la séquence de l’éléphant, mais la productrice exécutive Louise Rosner Meyer – qui savait que le film s’achevait au Chili – s’est mise en quête de décors pouvant passer pour l’Amérique du Sud en Afrique du Sud. Lorsque je me suis rendu dans le pays avec elle – c’était la première fois que j’y mettais les pieds – nous avons trouvé tous les décors que nous recherchions en seulement deux jours de repérages. Le Cap n’est pas une grande ville, en 10 à 20 minutes de voiture on découvre des paysages complètement différents. Le pays donne sur deux océans et est influencé par les vents chauds qui descendent des plaines africaines l’été et les vents froids qui montent de l’Antarctique l’hiver, ce qui en fait un lieu de tournage formidable – tant et si bien que nous avons fini par y tourner la moitié du film ! Les autorités se sont montrées très accueillantes et le gouvernement nous a beaucoup aidés, sans parler du talent incroyable des équipes locales. »

En Afrique du Sud, sur le domaine viticole Lourensford, l’équipe du film a construit le luxueux lodge où Nobby est censé avoir un rendez-vous au sommet. Louis Leterrier déclare : « Le lieu était idéal et pour les besoins du film, le soleil a brillé toute la journée ! Le lodge était à couper le souffle, le matin j’aimais y venir à pied depuis notre camp de base et l’observer tandis que le soleil se levait au-dessus des montagnes, c’était splendide. »

Kave Quinn ajoute : « Initialement, nous avions prévu de construire le décor de cette scène au Royaume-Uni, mais le vrai luxe de ces lodges de safari, c’est le lieu dans lequel ils sont situés, et nous savions que nous ne pourrions jamais totalement reproduire cela en studio. Lorsque nous avons appris que nous allions passer plus de temps que prévu en Afrique du Sud, nous nous sommes mis à la recherche de l’endroit idéal pour installer notre décor, et nous l’avons trouvé. »

Malgré l’incroyable beauté des lieux, le réalisateur – comme tout bon réalisateur de film d’action – n’avait qu’une idée en tête lorsqu’on lui a présenté le lieu : le détruire ! Il déclare : « Après l’avoir complètement saccagé, j’ai voulu en faire construire une miniature pour pouvoir la faire exploser juste pour le plaisir ! »

C’est au superviseur des effets spéciaux Cordell McQueen qu’il a incombé de réaliser la plupart des explosions du film. Comme la séquence a été tournée en décors naturels sur le domaine Lourensford, les effets spéciaux se devaient de causer le moins de dégâts matériels possible. Pour réaliser ces éblouissantes explosions, Cordell McQueen a utilisé du gaz inflammable. Il explique : « Dans le film, le lodge est touché par une roquette. Pour réaliser cette scène, nous avons en réalité utilisé du propane et fait voler de nombreux débris, tandis que deux cascadeurs sont projetés dans les airs au moment de la détonation. »

L’Afrique du Sud sert également de doublure au Chili, où se déroule la coupe du monde de football à la fin du film. La scène a en réalité été tournée dans un stade du Cap où, avec l’aide de la technologie, quelques centaines de figurants ont été transformés en une foule de 80 000 spectateurs déchaînés.

En tant que fils de la célèbre chef costumière nommée aux Oscars Catherine Leterrier, le réalisateur s’est beaucoup impliqué dans la création des costumes, tout comme Sacha Baron Cohen. Louis Leterrier déclare : « Les personnages de Sacha sont toujours très extravagants, très graphiques, qu’il s’agisse de Borat avec sa moustache et ses cheveux crépus, d’Ali G avec son bouc et ses lunettes, ou encore de Bruno avec sa crête. Nous tenions donc à ce que Nobby ait lui aussi un style immédiatement reconnaissable, et grâce à Paco Delgado, notre chef costumier, et à Katy Fray, notre coiffeuse et maquilleuse, nous y sommes parvenus. » 

Paco Delgado avait déjà collaboré avec Sacha Baron Cohen sur LES MISÉRABLES dans lequel l’acteur incarnait Thénardier. Sur GRIMSBY – AGENT TROP SPÉCIAL, les deux hommes en sont rapidement arrivés à deux conclusions : le costume de Nobby devait être le même du début à la fin du film, et il devait comprendre un maillot de foot. Le chef costumier explique : « Dans le nord de l’Angleterre, beaucoup de gens s’habillent uniquement dans les boutiques de sportswear. Nobby a la bedaine caractéristique des buveurs de bière et un côté un peu caricatural avec sa coiffure et ses favoris. »

La création du costume de Mark Strong a nécessité la même réflexion de la part de l’équipe. Paco Delgado déclare : « Il s’agit d’un costume tout simple et d’un pull ajusté que nous avons créés nous-mêmes. Sebastian est un homme discret qui appartient à la classe moyenne supérieure et a de bonnes raisons de ne pas vouloir attirer l’attention. »

Rebel Wilson a elle aussi un style unique dans le film. L’actrice déclare : « Les costumes de Dawn sont légèrement excentriques parce que c’est un personnage comique, mais nous ne voulions pas aller trop loin, il fallait qu’ils restent réalistes. Elle aime les vêtements moulants, même si ça n’est pas très flatteur. Pour ce qui est de la coiffure et du maquillage, nous avons mélangé le subtil et le moins subtil, les extensions que porte le personnage sont délibérément plus longues que mes cheveux et d’une teinte différente de ma couleur naturelle. Quant à son maquillage… disons qu’il ne la met pas vraiment en valeur ! »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire