dimanche 10 août 2014

Back to the future


Comédie/Drame/Un beau film sur la vie

Réalisé par Zach Braff
Avec Zach Braff, Kate Hudson, Mandy Patinkin, Josh Gad, Pierce Gagnon, Joey King, Ashley Greene, Donald Faison, Jim Parsons...

Long-métrage Américain
Durée : 1h47m
Année de production : 2014
Titre original : Wish I Was Here 
Distributeur : Wild Bunch Distribution 

Date de sortie sur les écrans américains : 25 juillet 2014
Date de sortie sur nos écrans : 13 août 2014


Résumé : Pour sauver son couple, renouer avec son frère et rassembler toute sa famille autour de son père qui vient de tomber malade, Aidan devra tour à tour changer de mode de vie, délaisser son rêve de comédien et partir à l’aventure de la vie d’adulte. Entre Los Angeles, le désert californien et ses propres rêves, saura-t-il trouver le véritable rôle de sa vie ?

Teaser (VOSTFR)


Bande annonce (VOSTFR)


Extrait (VOSTFR)


Ce que j'en ai pensé : J'avais beaucoup aimé GARDEN STATE, le précédent long métrage de Zach Braff. Aussi lorsque j'ai su qu'il lançait le financement de son nouveau film sur la plateforme Kickstarter, j'ai participé. J'adore le cinéma indépendant américain et les blockbusters. Je trouve que les deux sont importants. Ils ne répondent simplement pas du tout à la même envie de découvrir des histoires au cinéma. Il est dommage que des réalisateurs comme Zach Braff ne trouve pas de studio pour produire leurs films. Participer au projet sur Kickstater était donc un moyen de faire vivre ce cinéma indépendant que j'aime. Grâce à cette participation, j'ai eu la chance d'assister à l'avant-première parisienne le lundi 4 août 2014 au Cinéma Publicis sur les Champs-Elysées en présence de Zach Braff.
Je dois dire que sa gestion du projet via Kickstarter a été impeccable. J'ai reçu très régulièrement des informations qui me tenait au courant de l'avancement du projet, du tournage, de la post production et de la promotion du film. Aussi, j'étais impatiente et curieuse de découvrir le résultat final sur grand écran.
Zach Braff a eu la gentillesse de venir introduire son film avec une énergie et une bonne humeur communicative. Je vous laisse découvrir cette intro dans la vidéo ci-dessous :


Ensuite, la projection a commencé et LE RÔLE DE MA VIE ne m'a pas déçue. Il s'agit d'un film sur la façon dont la vie nous fait grandir et avancer. Zach Braff choisit de la montrer un peu romancée mais approche certains angles avec un grand réalisme. Il y a beaucoup d'humour, pas mal de vague à l'âme et des scènes non conventionnelles. Il casse les codes volontairement pour faire sortir les spectateurs de leur zone de confort. Je sais que je n'ai pas adhéré à tout et que certaines scènes ne m'ont pas parue très justes dans le ton, mais finalement celles qui comptent ce sont toutes celles que j'ai trouvé touchantes ou belles, en un mot : excellentes ! Le film a beaucoup de cœur. Zach Braff y aborde des sujets très difficiles. Il le fait à sa façon avec sa sensibilité et sa créativité. Il sème plein de petites pépites philosophiques.
LE RÔLE DE MA VIE a été tourné en 26 jours et je trouve que le résultat est hyper riche en bonnes idées, en décors, en situations et en personnages.



Il a réussi à réunir un casting impressionnant. Les acteurs sont naturels et ils rendent les personnages attachants. Zach Braff, qui a écrit le scénario avec son frère, réalisé le film et qui interprète le rôle principal, ne ramène pas tout à lui, au contraire. Il laisse vivre ses personnages. Chacun a un rôle à jouer, justement, dans la vie d'Aidan Bloom. Ils sont importants pour lui permettre d'avancer et de sortir de l'état stagnant dans lequel il se trouve au début du film.








Je vous conseille d'aller découvrir LE RÔLE DE MA VIE au cinéma. Son originalité et ses sujets trouveront un écho en chacun d'entre nous en fonction de notre vécu. C'est un très bel exemple de ce que le cinéma américain indépendant sait être : triste et drôle, inattendu et pourtant très proche de nos vies, déroutant mais avec un vrai message à délivrer. 

Suite à la projection, Zach Braff est venu répondre à nos questions pendant une heure. La session s'est déroulée en anglais, sans traduction. Je vous partage mes vidéos ci-dessous mais attention, elles contiennent des spoilers !

Session de Questions/Réponses avec Zach Braff 
lors de l'avant-première parisienne du lundi 4 août 2014




Notes de production
(A ne lire qu'après avoir vu le film pour éviter les spoilers !)

LA GENÈSE DU FILM 

Dix ans après la découverte de Garden State au festival de Sundance, Zach Braff était de retour en 2014 pour présenter Le Rôle de ma Vie à Park City. Le jeune acteur de Garden State retournant chez lui après la mort de sa mère n’est pas loin de l’anti-héros père de famille de Le Rôle de ma Vie : Zach Braff explore désormais la maturité tardive d’un trentenaire. 

Un scénario à quatre mains 

Le cinéaste a écrit l’histoire avec son frère, Adam, à partir d’une idée simple : « Si nous essayions un jour de scolariser nos enfants à domicile, nous serions très mauvais. C’était un bon début. A partir de là, nous avons imaginé l’histoire d’une famille confrontée à la perte imminente d’un parent. Faut-il s’accrocher à son rêve quand on a des enfants à élever et une femme qui assure seule les finances ? » Les deux frères ont écrit le scénario ensemble pendant près d’un an. « Nous avons commencé à travailler ensemble pendant quelques semaines pour fixer les bases, raconte Adam Braff. Ensuite, nous nous sommes séparés pour poursuivre l’écriture en ligne. J’adore écrire dans la journée et avoir un retour le soir. Au final, certaines scènes très réussies sont un vrai mélange de nos idées respectives. Nous avons été capables de faire converger nos avis pourtant bien différents. » L’histoire de Le Rôle de ma Vie s’évade bien souvent dans l’enfance. « Enfant, j’avais une imagination débordante, souligne Zach Braff. Le monde rêvé d’Aidan est né de l’idée qu’un adulte déçu par l’homme qu’il n’est pas devenu peut préférer continuer de vivre dans le monde imaginaire qu’il s’est créé enfant. Dans ce monde, Aidan est valeureux, populaire et héroïque ! » Mais lorsqu’il est soudain confronté au déclin de la santé de son père, Aidan interroge sa relation avec sa religion. « Dans mon enfance, j’étais sous la pression de la religion. Mais ça ne prenait pas, je n’ai jamais accroché. En revanche maintenant, à 38 ans, j’aspire à une forme de spiritualité », conclut-il. 

Un financement via le crowdfunding 

Quand Zach Braff et ses producteurs, Stacey Sher et Michael Shamberg, ont commencé à chercher des sources de financements, les financeurs potentiels exigeaient le final cut, et le choix du casting et des lieux de tournage, à Atlanta ou Vancouver. Le trio décide alors de se tourner vers des solutions alternatives et Stacey Sher propose de financer le film via la plateforme de financement participative (crowdfunding) Kickstarter. « Nous nous trouvions devant une impasse pour financer le film sans compromis : Kickstarter était un autre risque, mais il fallait le tenter » raconte la productrice. 
« Rob Thomas et Kristen Bell ont réussi à très bien monter Veronica Mars grâce à Kickstarter, se souvient Zach Braff. Je suis tout ce qui se passe sur le net et je me suis dit qu’il fallait essayer.» La campagne web a rencontré l’enthousiasme des internautes et le projet a été financé en 48 heures. Zach Braff avait engagé Coco Francini en tant que coproductrice et manager de Kickstarter. « J’ai voulu qu’elle gère la plateforme comme le concierge de l’hôtel le plus luxueux du monde et que les contributeurs soient nos invités. » La campagne a permis de récolter 3,1 millions de dollars, un million de plus que l’objectif initial. Pour Coco Francini, « il n’y a rien de plus stimulant que d’avoir près de cinquante mille personnes qui vous soutiennent. Nous savions qu’il fallait produire un super film pour la communauté entière qui a permis au projet d’exister. » « Maintenant, nous voulons tenir notre engagement auprès des gens qui ont cru en nous » conclut Zach Braff. 

Un casting complet 

Zach Braff et Kate Hudson se connaissent depuis des années et cherchaient depuis longtemps à travailler sur un projet commun. Kate interprète Sarah, la femme d’Aidan, submergée par les difficultés de la famille. « Lorsque Zach a entamé le projet, j’ai commencé à lire le scénario et à m’identifier au personnage. J’avais l’impression qu’une partie du film était tirée de ma propre histoire ! C’est l’un de ses meilleurs scénarios et j’ai lu à peu près tout ce qu’il a écrit. » 
En retour, Braff admire le travail de Kate Hudson depuis longtemps : « Lorsque j’ai vu Kate dans Presque Célèbre, je suis tombé des nues », se souvient-il. « J’avais cette excitation que l’on ressent lorsqu’on découvre un grand talent. Comme nous sommes de vieux amis, nous plaisantons beaucoup et je savais que cette complicité enrichirait les personnages et leur relation. » « Sarah porte toute sa famille. C’est elle qui a un emploi stable et qui souffre, complète Kate Hudson. Elle continue d’aimer son mari tout en se rendant compte qu’elle le soutient dans des projets qui peinent à se réaliser. Quand on essaie de tout gérer alors que les problèmes s’accumulent, le combat est épuisant. Tous les parents se sentiront concernés par cette histoire parce que c’est la vraie version de la famille. » 
Mandy Patinkin interprète le rôle de Saul Bloom, le père d’Aidan, bientôt mourant. Zach Braff admirait déjà beaucoup son travail même s’ils ne s’étaient jamais rencontrés. Une fois la campagne de financement internet finalisée, Zach Braff envoya le scénario à l’acteur. « Je l’ai lu et j’en suis immédiatement tombé amoureux, se souvient Mandy. Je n’en revenais pas à quel point c’était beau. Mais je pensais ne jamais pouvoir le faire car je tournais Homeland. » Heureusement, la productrice Stacey Sher a réussi à négocier des créneaux avec les producteurs d’Homeland, permettant à l’acteur d’assurer ses scènes pendant les quatre derniers jours du tournage. « Avoir pu travailler avec Mandy Patinkin a été un cadeau et nous sommes éternellement reconnaissants aux producteurs de Homeland de l’avoir rendu disponible pour nous. Il fait des choix qui vous surprennent complètement. Vous êtes assis devant votre moniteur et la seconde d’après vous pleurez », témoigne Stacey Sher. « Il n’y a rien de tel que de bonnes histoires à l’ancienne, complète Mandy Patinkin. Le Rôle de ma Vie est un film sur le courage et l’envie de ne rien manquer de la vie, car il n’y a pas de deuxième chance. Quelle chance de faire partie de ce beau projet. » 
Pour Josh Gad, qui interprète Noah, le frère d’Aidan, la campagne Kickstarter a été un argument de poids. « J’ai manifesté de l’intérêt pour le projet la seconde où il a été annoncé. J’ai été fasciné par la possibilité de financer un film entièrement de cette façon. De plus, je suis un immense fan de Zach Braff depuis Garden State. Ce film parle de ma génération et j’étais impressionné par les performances que Zach Braff pouvait susciter chez les acteurs. Je voulais faire partie de son prochain projet et la lecture du scénario me l’a confirmé. C’était une exploration, une découverte de soi inédite. » Alors qu’Aidan essaie d’assumer ses responsabilités de père de famille, son frère Noah est encore moins sensible et responsable. « C’est dû à un lourd passif, explique Josh Gad : Il est cynique, c’est le moins qu’on puisse dire, dans un film qui parle beaucoup de religion et d’introspection. Son point de vue s’oppose clairement à tout cela. » 
Joey King et Pierce Gagnon, qui interprètent les enfants Grace et Tucker, complètent la famille Bloom : « Travailler avec ces enfants m’a ouvert les yeux, raconte Josh Gad. Je me suis interrogé sur mes compétences d’acteur. Ils n’éprouvent pas de doute, ils saisissent le moment. » « Je n’ai auditionné personne d’autre que Pierce Gagnon pour le rôle de Tucker, il a tout de suite été le personnage » se souvient Zach Braff. « Joey King est une très jolie jeune actrice, dont la présence, la spontanéité et l’instinct sont précieux », raconte Kate Hudson. « Elle a le plus joli visage du film. Elle comprend le rythme et l’esprit du film tout en maitrisant sa sensibilité et sa vulnérabilité. » Ashley Greene joue Janine, la voisine de Noah obsédée par les costumes de super-héros. Elle a rencontré Zach Braff voici quatre ans, lorsqu’ils étaient engagés sur un même projet, finalement tombé à l’eau. 
« Cette fois, tout est arrivé au bon moment et j’ai sauté sur l’occasion » raconte Ashley, qui a apprécié les dialogues efficaces, drôles, ironiques. « Zach et Adam ont une façon particulière de traiter de thèmes et de problèmes délicats et de se les approprier. Ils savent transformer un moment déprimant et effrayant en un vrai moment de comédie. » Donald Faison, partenaire de Zach Braff dans la série télévisée Scrubs, fait une apparition dans le rôle du concessionnaire automobile. « J’étais très heureux que Zach puisse donner suite à Garden State. C’est la seule chose que nous ayons faite ensemble depuis Scrubs. A part sortir en boîte de nuit bien sûr, plaisante-t-il. C’est toujours sympa de travailler avec votre meilleur ami. Je peux vous dire où il va avant même qu’il n’y arrive. » 
Jim Parsons, qui interprète ici un acteur ami d’Aidan, était aussi de Garden State, et a participé à la vidéo de promotion pour le lancement de la campagne Kickstarter de Le rôle de ma Vie. « C’était très important que Zach Braff ait le contrôle total de son film. Sa vision est si forte et si personnelle qu’il est crucial qu’il parvienne à réaliser tout ce qu’il prévoit. Sa motivation est extrêmement liée à son envie de faire plaisir au public. Et je pense que ce sera le cas. » 

Un tournage intense 

Le tournage a duré cinq semaines à Los Angeles, avec un budget et une équipe réduits, sur un rythme intense. « Les franchises de studios sont impressionnantes et funs, mais travailler sur un film indépendant c’est tout autre chose », raconte Ashley Greene, qui a fait partie du casting de Twilight, l’une des plus grosses sagas de l’histoire du cinéma. « Je ne l’ai pas accepté pour l’argent mais pour la passion et l’engagement des gens dans ce projet. Ce film est vraiment le bébé de Zach, il est financé par les fans de Zach. Sur le plateau, il régnait un enthousiasme contagieux. » Le budget limité a été accepté par tous : le jeune Pierce Gagnon et sa mère, originaires d’Atlanta, ont logé dans la maison de Zach Braff. 
Les costumes des acteurs leur appartenaient, en particulier les vêtements de Kate Hudson. « J’ai fait mon shopping dans mon propre placard. On a choisi mes vêtements du film en une heure », raconte Zach Braff. En outre, le budget a forcé l’équipe à travailler rapidement. « Je préfère le rythme des films indépendants, continue Kate Hudson. Pour les acteurs, le mouvement est crucial. Or sur un plateau, on peut facilement devenir paresseux entre les prises. Lorsque vous tournez un film à petit budget, vous êtes sans arrêt en action. Personne ne patiente dans sa caravane ou ne fait de caprices sur le plateau. » 
Son amitié avec l’acteur-cinéaste en a été renforcée : « Lorsque vous entendez un ami vous raconter ses projets, les voir ensuite se réaliser et en faire partie vous rend fière de lui. L’observer dans l’action a été très inspirant pour moi. » « C’était génial de travailler avec Zach, confirme Josh Gad. Comme il est aussi comédien, il laisse les acteurs prendre leurs propres décisions, tout en donnant les bonnes indications. Peu de gens maîtrisent ça. » 
La ville de Los Angeles a été choisie comme un des personnages du film, bien que les crédits d’impôts disponibles en Louisiane ou Géorgie lui fassent concurrence. « Tout autre situation financière nous aurait contraints à quitter Los Angeles, avoue Zach Braff. Mais grâce au crowdfunding nous avons tourné le film que nous voulions, dans la ville que nous voulions : c’est une histoire typique de Los Angeles. » « La dernière fois que j’ai tourné à Los Angeles, c’était pour Presque Célèbre, se souvient Kate Hudson. C’est là qu’Hollywood existe et qu’il devrait rester. Les équipes y sont heureuses, tout le monde se sent chez soi. J’avais oublié ce que l’on ressentait, car je ne suis jamais à L.A. ! »

Autre post du blog lié au film LE ROLE DE MA VIE : http://epixod.blogspot.fr/2014/05/back-to-future_29.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire