dimanche 6 juillet 2014

Back to the future


Épouvante-horreur/Une métaphore de la folie traitée sur le mode de la terreur

Réalisé par Jennifer Kent
Avec Essie Davis, Noah Wiseman, Daniel Henshall, Hayley McElhinney, Barbara West, Ben Winspear, Tiffany Lyndall-Knight, Tim Purcell...

Long-métrage Australien
Durée : 1h34m
Année de production : 2013
Titre original : The Babadook 
Distributeur : Wild Bunch Distribution
Twitter : https://twitter.com/MrBabadook et #MisterBabadook

Date de sortie sur les écrans australiens : 22 mai 2014
Date de sortie sur nos écrans : 30 juillet 2014 


Résumé : Depuis la mort brutale de son mari, Amelia lutte pour ramener à la raison son fils de 6 ans, Samuel, devenu complètement incontrôlable et qu'elle n'arrive pas à aimer. Quand un livre de contes intitulé 'Mister Babadook' se retrouve mystérieusement dans leur maison, Samuel est convaincu que le 'Babadook' est la créature qui hante ses cauchemars. Ses visions prennent alors une tournure démesurée, il devient de plus en plus imprévisible et violent. Amelia commence peu à peu à sentir une présence malveillante autour d’elle et réalise que les avertissements de Samuel ne sont peut-être pas que des hallucinations...
Un mot, un regard ne suffira pas.
Le Babadook, tu ne le chasseras pas.
Si tu es un enfant avisé et que tu sais ouvrir les yeux,
tu te feras un ami bien singulier, un ami pour nous deux.
Mister Babadook, c'est bien lui et son livre le voici...
ba BA-ba dook Dook dOOK…
Bande annonce (VOSTFR)


Plongez dans l'histoire du film avec les interviews en VOSTFR de 

Jennifer Kent (Réalisatrice)


Essie Davis (Actrice/Amélia)


Ce que j'en ai pensé : MISTER BABADOOK réussit à être très efficace grâce à une mise en scène intelligente. J'ai trouvé le début du film un peu long. Cependant, a posteriori, j'ai compris que la réalisatrice, Jennifer Kent, mettait en avant l'état d'esprit d'Amelia au travers cette mise en place pendant laquelle on se demande comment elle fait pour tenir en tant que mère.

Jennifer Kent, la réalisatrice
En effet, la dissonance entre le comportement de son petit garçon, Samuel, et ses réactions laisse perplexe mais c'est pour mieux nous amener à comprendre la suite. L'angoisse se met en place peu à peu. Les sons et la musique aident les spectateurs à la ressentir. J'ai trouvé que le film rend curieux. On veut comprendre comment cette métaphore de la folie va s'exprimer jusqu'au bout. Par contre, même s'il réussit à angoisser, il n'épouvante pas.
Il est très bien construit. La réalisation est claire, les références sont aisément identifiables. Le personnage de MISTER BABADOOK est, dans son ensemble, une création originale. Le film interpelle. Dans l'arc narratif principal, on comprend tout à fait l'évolution du personnage d'Amelia et l'importance de sa relation avec son fils. Après, dans le détail, il y a de la place pour l'interprétation personnelle de chacun.
Amelia, la mère, est interprétée par Essie Davis, qui est très juste dans le tout le registre des sentiments par lesquels son personnage passe. Et il y en a beaucoup.





Samuel, le petit garçon d'Amelia, est interprété par Noah Wiseman. Il réussit à être insupportable, terrifiant et attachant. Il est très convaincant.




MISTER BABADOOK est étrange, intrigant et sort de l'ordinaire. J'ai beaucoup aimé ce film car il est très maîtrisé et il s'agit d'une approche intéressante de la folie. C'est une découverte à apprécier dans l'obscurité d'une salle de cinéma en espérant que le Babadook ne vous y trouve pas...


Questions/Réponses 
avec la réalisatrice de MISTER BABADOOK, 
Jennifer Kent

J'ai eu la chance de découvrir le film en avant-première le 2 juillet 2014. La projection était suivie d'une session de questions/réponses avec la réalisatrice Jennifer Kent. Vous pouvez la voir dans les vidéos ci-dessous. Attention cependant, les vidéos contiennent des spoilers sur le film, je vous conseille donc de ne les regarder qu'une fois que vous aurez vu MISTER BABADOOK au cinéma.



Autre post du blog lié à MISTER BABADOOK : http://epixod.blogspot.fr/2014/06/back-to-future_4.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire