jeudi 22 février 2018

LA FEMME ROMPUE

La Femme Rompue

D’après Monologue, extrait de La Femme Rompue de Simone de Beauvoir
Avec Josiane Balasko
Mise en scène Hélène Fillières

30 représentations exceptionnelles à partir du 15/02/2018


La parole donnée à une femme qui, anéantie et déchirée, se venge par le monologue. Elle laisse jaillir sa rage, la douleur des souvenirs et son lot de culpabilité qui remontent à la surface. 

Seule, un soir de réveillon, quand tous les autres jouissent aveuglément de leur confort affectif et social, et que l’habitude de se taire n’est plus possible, elle peut enfin crier et s’opposer à cette violente idée du bonheur que nous impose le monde.

Cette femme, c’est Josiane Balasko, « cette petite bonne femme franche intrépide intègre » comme dit Beauvoir. Une actrice rugueuse qui ne minaude pas pour séduire ni pour attirer la compassion. Une femme de caractère. Sans concession. « Une femme vraie, qui ne joue pas le jeu ». 

Bouleversante, elle cache sa sensibilité. Comme si baisser sa garde pouvait la fragiliser. Une partition sous forme d’autoportrait.

D’après MONOLOGUE extrait de LA FEMME ROMPUE de SIMONE DE BEAUVOIR

Avec Josiane Balasko

Mise en scène Hélène Fillières

Lumières Éric Soyer

Costumes Laurence Struz

Scénographie Jérémy Streliski

Création musicale Mako

Assistante à la mise en scène Sandra Choquet

Ce que j'en ai pensé : le rideau se lève et la femme est là, devant nous. Nous ne la connaissons pas et le minimalisme de l'élégante mise en scène d'Hélène Fillières ne nous fournit pas d'indices. 


Commence alors son flot de mots, qui peu à peu, nous donne le contour de sa personnalité et de son passé. Cette femme est en colère. Elle crache son venin contre tout et tout le monde. Sa famille est sa cible principale, montrant la complexité des relations et leur impact au détour d'un phrasé qui oscille entre passé et présent. Et toujours, derrière la vulgarité, la violence des propos, la description des souvenirs, les règlements de comptes, l'espoir ou la douleur, il y a la souffrance. Elle déploie son emprise telle une ombre écrasante qui finit par prendre vie par la parole afin d'éviter de justesse à la folie de gagner la bataille.

Josiane Balasko offre sa gouaille et sa personnalité entière au texte de Simone de Beauvoir. Ce dernier jette aux oreilles du monde les pensées intérieures, avec en sujet de fond le questionnement autour de l'existence, de cette femme qui se fout de la bienséance, sans concessions. Il va à merveille à l'actrice qui le lui rend bien. 



Un délicat jeu de lumière l'accompagne dans ce voyage de la pensée qui fascine et qui nous oblige à écouter - vraiment écouter - pour apprécier, comme il le mérite, ce drame qui se joue sous nos yeux.

Informations pratiques

Du mardi au samedi à 19h - Durée : 1h10 
78 bis bld des Batignolles
75017 Paris


 
#LaFemmeRompue

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire