samedi 25 février 2017

UNDERWORLD: BLOOD WARS


Action/Fantastique/Epouvante-horreur/Divertissant et en accord avec l'esprit de la saga

Réalisé par Anna Foerster
Avec Kate Beckinsale, Theo James, Tobias Menzies, Lara Pulver, Charles Dance, Daisy Head, Bradley James, James Faulkner...

Long-métrage Américain
Durée: 01h31mn
Année de production: 2016
Distributeur: Sony Pictures Releasing France 

Interdit aux moins de 12 ans

Date de sortie sur les écrans américains : 6 janvier 2017
Date de sortie sur nos écrans : 15 février 2017


Résumé : Dans ce nouvel opus de la franchise de blockbusters,Underworld: Blood Wars suit la chasseuse de lycans Selene face aux agressions brutales des clans lycans et vampires qui l’ont trahie. Avec ses seuls alliés, David et son père Thomas, elle doit mettre fin à la guerre sempiternelle entre les deux clans, même si cela implique pour elle de faire le sacrifice ultime.

Bande annonce (VOSTFR)


Ce que j'en ai pensé : ce 5ème opus de la saga est non seulement divertissant, mais également tout à fait aligné avec l'esprit de la série. Évidemment, quand on va voir ce genre de film fantastique, on ne s'attend pas à un chef d'œuvre, cependant UNDERWORLD : BLOOD WARS répond au cahier des charges en terme d'action, d'effets spéciaux et de développement d'univers.

Même s'il y a de petites incohérences dans le scénario, il explore efficacement la thématique de la soif de pouvoir qui n'est jamais rassasiée ni chez les vampires, ni chez les lycans. La réalisation d'Anna Foerster est très réussie dans les scènes d'ambiance. Dans les scènes d'action, même si elles sont tout à fait convaincantes, quelques détails et effets spéciaux sont moyens. Sa mise en scène est soignée. Le travail des lumières, les décors et les costumes sont très bien adaptés aux différents univers (notamment gothique) et permettent aux atmosphères de se mettre en place tout de suite. Ce film est surtout réservé aux fans de la saga et de petites scènes de remémoration des moments importants des opus précédents permettent immédiatement de faire les liens avec l'intrigue qu'on nous propose ici.

On a, bien sûr, le plaisir de retrouver l'indomptable et invincible Selene interprétée avec conviction par Kate Beckinsale. Elle assure toujours dans ce rôle de vampire rebelle qui ne se laisse pas faire et ne répond à aucune loi.


Les seconds rôles - que ce soit Theo James, qui interprète le vampire David, Tobias Menzies qui interprète Marius, le leader des lycans, Lara Pulver, qui interprète Semira, une vampire rongée par la soif de pouvoir, Charles Dance, qui interprète Thomas, un ancien vampire qui fait partie des dirigeants ou encore Bradley James, qui interprète Varga, un vampire guerrier aux intentions et aux actes troubles - sont tous convaincants et offrent une identité propre à leur personnage.





UNDERWORLD : BLOOD WARS est un divertissement qui fera plaisir à ceux qui suivent la saga depuis le début. On y retrouve tous les ingrédients d'un bon UNDERWORLD. En ce qui me concerne, je serai au rendez-vous pour découvrir un 6ème opus !


NOTES DE PRODUCTION 
(A ne lire qu'après avoir vu le film pour éviter les spoilers !)

Le cinquième film de la franchise d’action et d’horreur à succès débute là où UNDERWORLD : NOUVELLE ÈRE s’était arrêté. Les lycans ont trouvé un nouveau leader en la personne du puissant Marius, lequel a insufflé une détermination proche du fanatisme et instauré une discipline de fer au sein de ce clan où régnait jusqu’alors l’anarchie. Marius est prêt à tout pour retrouver Sélène et localiser sa fille, Eve, une hybride mi-vampire mi-lycan.

Accompagnée de David, Sélène parvient tout juste à échapper aux lycans, qui la poursuivent inlassablement jusqu’à ce qu’une trêve négociée par le père de David, Thomas, lui permette de trouver refuge au sein de l’Assemblée de l’Est dirigée par l’ambitieuse Semira. Terrifiés par la menace croissante que représentent les lycans, les anciens adversaires vampires de Sélène espèrent que ses légendaires talents de guerrière les aideront à éradiquer une fois pour toutes leurs ennemis de toujours. Mais lorsque Sélène découvre que certains de ses protecteurs de l’Est ne sont pas aussi loyaux qu’ils le prétendent, David et elle doivent à nouveau fuir. Ils sont forcés de se réfugier à l’abri des murs de la mystérieuse Assemblée Nordique, une secte de vampires pacifiques qui vit retranchée dans les régions les plus reculées de la planète. Pourtant, le sentiment de sécurité que leur procurent les paysages enneigés du Var Dohr est éphémère car où qu’elle aille, le conflit séculaire qui oppose vampires et lycans poursuit Sélène…

À PROPOS DU FILM

UNDERWORLD : BLOOD WARS, le cinquième volet de la série à succès, marque le retour à la sombre esthétique introduite dans UNDERWORLD, le film original de 2002. Le producteur Richard S. Wright de Lakeshore Entertainment déclare : « UNDERWORLD : BLOOD WARS est un retour aux sources de la franchise et à la mythologie et aux pratiques d’origine. Les décors, les costumes et le film de manière générale s’inspirent davantage de UNDERWORLD que du quatrième chapitre de la saga. »

Anna J. Foerster, qui réalise ici son premier film pour la franchise, était enthousiaste à l’idée de renouer avec les racines de la série. Elle explique : « J’ai beaucoup aimé le premier UNDERWORLD parce que son esthétique et son univers se distinguaient de ce qui se faisait à l’époque. »

Tourné en Europe de l’Est tout comme UNDERWORLD, UNDERWORLD : BLOOD WARS rend hommage à esthétique propre à la série en évoquant l’atmosphère de la vieille Europe. Le scénario de Cory Goodman développe cependant la mythologie de la franchise en introduisant un nouveau royaume qui oblige Sélène, le personnage incarné par Kate Beckinsale, à repousser encore ses limites. Gary Lucchesi, le président de Lakeshore Entertainment, déclare : « L’un des éléments les plus intéressants du film est l’Assemblée Nordique car on y découvre des vampires encore jamais vus. »

UNE FEMME À LA BARRE

Afin de conférer au film un point de vue original, les producteurs ont fait appel à Anna Foerster, une brillante cinéaste d’origine allemande qui a fait bénéficier le projet de son expertise en matière d’action. En tant que réalisatrice de la deuxième équipe, on lui doit en effet les séquences d’action de films catastrophes à gros budgets tels que LE JOUR D’APRÈS, ainsi que les effets visuels de blockbusters tels que INDEPENDENCE DAY et la réalisation de « Outlander », la série de Starz nommée aux Emmy Awards qui a pour thème le voyage dans le temps.

Le producteur Gary Lucchesi commente : « L’expérience d’Anna en matière d’action alliée à sa capacité à diriger des acteurs dans « Outlander » m’ont convaincu qu’elle était la candidate idéale pour réaliser UNDERWORLD : BLOOD WARS. »

Le producteur de la franchise Tom Rosenberg a quant à lui accueilli Anna Foerster au sein de la famille UNDERWORLD à bras ouverts. Il explique : « Anna s’y connaît à la fois dans la mise en scène de scènes d’action, dans le maniement de la caméra et dans les effets visuels, ce qui est assez rare. »

La réalisatrice a voulu rendre hommage à l’esthétique d’UNDERWORLD tout en y apportant sa touche personnelle. Elle déclare : « Mon approche a consisté à respecter la mythologie de la franchise, son univers et les règles qui régissent la transformation des lycans et des vampires. Je tenais à conserver ces éléments car cela aurait été à mon sens une erreur de vouloir tout faire différemment. J’ai donc choisi de prendre tout ce qui me semblait intéressant dans cet univers et d’y ajouter des éléments inédits et inattendus. »

L’idée de confier la réalisation de ce film porté par un personnage féminin fort à une femme s’est imposée comme une évidence pour les producteurs. Richard Wright commente : « Anna a réussi à donner un nouvel élan à la franchise d’une manière dont elle seule à le secret. »

LA NOUVELLE FACETTE DE SÉLÈNE

Kate Beckinsale, star de quatre des cinq films de la franchise, revient sur les subtils changements qui s’opèrent d’un film à l’autre : « C’est intéressant de retrouver un personnage qu’on a déjà incarné. Je porte toujours le costume de Sélène mais les univers changent d’un film à l’autre. L’esthétique du premier, tourné à Budapest, était assez industrielle et inspirée de l’univers steampunk, tandis que l’atmosphère de UNDERWORLD : BLOOD WARS est plutôt d’inspiration médiévale. Ma tenue a beau rester la même, ce que vit le personnage est à chaque fois différent, tout comme le monde dans lequel elle évolue. Ce qui m’a plu dans UNDERWORLD : BLOOD WARS, c’est la richesse de l’arc émotionnel de Sélène. C’est d’ailleurs aussi ce qui a séduit Anna. »

Les enjeux n’ont jamais été aussi élevés pour Sélène. L’actrice explique : « Après des années de conflit entre vampires et lycans, dans UNDERWORLD : BLOOD WARS, mon personnage prend ses distances avec les deux factions. Elle ne fait plus vraiment partie du clan des vampires et a des ennemis partout. Sélène est solide et incroyablement inventive lorsqu’il s’agit d’exterminer des monstres, mais sa motivation a toujours été l’amour. Dans ce film, c’est son amour pour sa fille Eve qui la pousse à aller de l’avant. »

Kate Beckinsale a particulièrement aimé tourner la scène de bataille dans laquelle les lycans attaquent l’Assemblée Nordique. Elle raconte : « Pour se défendre contre les épées et autres haches de ses adversaires, Sélène utilise l’arsenal médiéval de ses alliés du Nord. »

Au cours de leur collaboration, Anna Foerster et Kate Beckinsale ont tissé des liens étroits. La réalisatrice déclare : « Kate est l’une des femmes les plus intelligentes avec lesquelles il m’ait été donné de travailler. Sélène est plus acharnée, plus redoutable et plus agressive que jamais, mais on la découvre également plus vulnérable face à tous ces changements. Elle dévoile par moments une facette plus douce de sa personnalité. Elle connaît également une transformation physique lorsqu’elle prend la direction du Nord et voit notamment apparaître des mèches blondes dans sa chevelure. J’ai beaucoup aimé développer ces nouvelles facettes du personnage avec Kate. »

Dans UNDERWORLD : BLOOD WARS, Sélène est mise à l’épreuve comme jamais tandis qu’elle trouve refuge dans l’étonnant royaume des vampires nordiques et affronte des adversaires parmi les plus redoutables de ses mille ans d’existence. Pour Gary Lucchesi, président de Lakeshore Entertainment, ce nouveau chapitre de la saga souligne une fois de plus l’immense talent de Kate Beckinsale. Il déclare : « Kate est magnifique, intelligente et fascinante. Le fait qu’elle interprète cette héroïne vampire a été déterminant dans le succès de cette franchise. Elle est tout simplement parfaite dans le rôle. »

DE NOUVEAUX ALLIÉS ET D’AUTRES ADVERSAIRES

UNDERWORLD : BLOOD WARS réunit à nouveau Kate Beckinsale et Theo James, qui interprète David – lequel doit aussi faire face à quelques changements. Theo James raconte : « La relation de Sélène et David a beaucoup évolué. Le jeune garçon hésitant qui suivait timidement les traces de Sélène a désormais laissé place à un homme. »

Tandis qu’elle aide David à découvrir sa véritable destinée, Sélène est confrontée à de nouveaux adversaires hauts en couleur parmi lesquels figure Semira, ambitieuse membre du conseil des élites de l’Assemblée de l’Est. Semira, incarnée par Lara Pulver, est une grande manipulatrice obnubilée par Sélène… et le pouvoir que recèle son sang. L’actrice déclare : « Semira est un véritable caméléon. Elle est capable de se transformer en fonction de ses interlocuteurs et de manipuler les situations à son avantage. »

Pour rendre son personnage encore plus menaçant, Lara Pulver a suivi un entraînement intensif pour les séquences de combat à l’épée du film et réalise elle-même la plupart de ses cascades. Le producteur Richard Wright commente : « L’intensité proche de la folie de Semira vient de l’énergie de Lara et du pur plaisir qu’elle prend à incarner ce personnage. »

Sélène est confrontée à un adversaire encore plus dangereux en la personne de Marius, incarné par Tobias Menzies, le leader des lycans déterminé à localiser Eve, la fille de Sélène, afin de se repaître de son sang « hybride » et d’engendrer une armée de lycans-vampires invincible.

Tobias Menzies, nommé aux Golden Globes pour son rôle dans « Outlander », a pris plaisir à incarner le chef des loups-garous. Il déclare : « J’ai beaucoup aimé travailler sous la direction d’Anna et la voir repousser les limites du genre et tenter d’en réinventer les codes pour réaliser une œuvre originale. »

Bien que la franchise UNDERWORLD ait été interprétée par de nombreux comédiens britanniques acclamés, dont Michael Sheen, Bill Nighy et Derek Jacobi, le producteur Richard Wright assure que Marius est un des personnages les plus frappants auxquels Sélène ait été confrontée. « Marius a un style, une élégance et une verve que les précédents méchants de UNDERWORLD ne possédaient pas dans les mêmes proportions. Tobias était l’acteur idéal pour incarner ce personnage car il a déjà joué des méchants par le passé et s’est attaqué à ce rôle avec délectation. »

Clementine Nicholson fait avec UNDERWORLD : BLOOD WARS ses débuts sur grand écran pour incarner Lena, une jeune vampire mystique appartenant à l’Assemblée Nordique. Anna Foerster explique : « La dimension spirituelle de Lena donne l’opportunité à Sélène de s’ouvrir, elle est d’une certaine manière le catalyseur de son trouble intérieur. Lena parle en outre le Sami, un langage tribal du nord de la Laponie. »

Clementine Nicholson, qui a décroché le rôle de Lena sept semaines seulement après l’obtention de son diplôme de l’école de théâtre londonienne East 15, affirme être une fan de longue date de UNDERWORLD. Elle confie : « Je suis très honorée d’avoir pu prendre part à cette franchise à succès. »

UNDERWORLD : BLOOD WARS marque le retour de Charles Dance dans le rôle de Thomas, le père de David et aîné du conseil, et introduit Daisy Head dans celui d’Alexia, la courageuse cadette de l’Assemblée de l’Est. La distribution est complétée par l’acteur britannique chevronné James Faulkner dans le rôle de Cassius, le leader du conseil de l’Assemblée de l’Est, et Bradley James dans le rôle de Varga, l’amant et impitoyable homme de main de Semira.

LES DÉCORS

UNDERWORLD : BLOOD WARS a été tourné pendant 10 semaines dans et autour de Prague, la capitale de la République tchèque. Avec ses quelque 2 000 châteaux, la République tchèque a offert des décors spectaculaires à la production. L’équipe a jeté son dévolu sur trois joyaux architecturaux : le château de Lipnice, dont on trouve trace dans les archives historiques pour la première fois en 1314 ; Kačina, un palais de style Empire ; et le château de Hluboká, majestueusement perché au sommet des falaises rocheuses qui surplombent la rivière Vltava.

L’architecture gothique du château de Lipnice, avec ses coursives étroites et sombres et ses salles souterraines, a donné au chef décorateur Ondrej Nekvasil tout l’espace nécessaire à la construction de l’intérieur labyrinthique de l’Assemblée Nordique. La bibliothèque symétrique du palais Kačina, surmontée d’une coupole, a quant à elle accueilli la chambre du conseil de l’Assemblée de l’Est, tandis que le jardin d’hiver du château de Hluboká, une superbe verrière de fer forgé, a servi de décor au décadent bal des vampires où Semira souhaite hypocritement la bienvenue à Sélène et David au sein de l’Assemblée de l’Est. 

À l’inverse, le repaire des lycans, construit autour d’une gare de marchandises désaffectée et de wagons abandonnés, reflète le mode de vie nomade des loups-garous. Ondrej Nekvasil commente : « Il était important de montrer que les lycans n’ont pas de château ou de base permanente. Ils forment en ce sens une bande d’animaux sauvages perpétuellement en mouvement, alors que les vampires s’apparentent à des familles nobles et sédentaires qui perpétuent des traditions et possèdent un immense pouvoir. »

En plus de ces spectaculaires décors naturels, les cinéastes ont mis à profit les installations dernier cri des studios pragois et investi cinq plateaux des studios Barrandov et deux plateaux des Prague Studios. C’est là qu’ont été construits les impressionnants décors de l’Assemblée de l’Est et de l’Assemblée Nordique.

Si l’opulente esthétique « vieille Europe » de l’Assemblée de l’Est s’inspire largement de celle du premier volet de la franchise, le chef décorateur a conçu l’environnement mystique et pétrifié dans la glace de l’Assemblée Nordique de bout en bout. Il déclare : « Lorsque Sélène se rend dans le Nord, les décors se parent de reflets argentés et blancs. C’est à l’Assemblée Nordique que David et elle font l’expérience d’une sorte d’éveil spirituel. Sur le plan purement visuel, nous tenions à distinguer clairement cette partie de l’histoire. »

LES COMBATS

Chargé d’orchestrer les emblématiques séquences d’action du film, le réalisateur de la deuxième équipe Brad Martin a travaillé en étroite collaboration avec le coordinateur des cascades Todd Schneider afin de mêler wirework, changements de vitesse dans l’action, corps-à-corps, fusillades et combats physiques. Pour Brad Martin, qui a débuté sa carrière derrière la caméra en tant que coordinateur des cascades sur le premier film UNDERWORLD, l’agilité et la force de Kate Beckinsale se sont révélés de précieux atouts. Il explique : « Kate interprète ce personnage depuis longtemps, elle n’a donc pas besoin de beaucoup d’entraînement. Elle réalise ses cascades à la perfection dès la première prise, ce qui nous permet de passer rapidement à la suivante. »

Les partenaires de Kate Beckinsale ont eux aussi fait leurs preuves sur le tournage, comme l’explique le producteur Richard Wright : « L’ultime combat à l’épée de David contre Semira s’apparente presque à une scène de film d’action hongkongais de John Woo et Jackie Chan. Theo et Lara ont énormément répété la scène, si bien que ce sont eux et non leurs doublures qu’on voit à l’écran la plupart du temps. »

Pour rehausser l’action du film, James McQuaide, le superviseur des effets visuels de tous les films de la franchise, a supervisé quelque 1 000 plans à effets. Il assure également la production exécutive de UNDERWORLD : BLOOD WARS et déclare : « L’objectif d’Anna était de réaliser le plus de choses possible sur le tournage grâce aux cascades, aux scènes d’action et à la fabrication de créatures. Elle voulait revenir à l’esthétique traditionnelle de la série en ayant recours à des maquillages spéciaux pour les Lycans et aux cascades, et il était important pour moi de respecter sa vision autant que possible. »

LA TRANSFORMATION DES LYCANS

Là où les précédents films de la franchise mettaient en scène la transformation d’une poignée d’humains en lycans, UNDERWORLD : BLOOD WARS a considérablement haussé le niveau, montrant plus de 100 transformations dans une seule séquence. Pour créer ces hordes de lycans numériques photo-réalistes, James McQuaide a utilisé le logiciel Agisoft PhotoScan. Le superviseur des effets visuels commente : « Ce programme s’est révélé remarquablement efficace pour saisir la forme, la couleur et la texture des lycans qui se transforment en humains. »

Si James McQuaide a supervisé l’aspect numérique de la transformation des lycans,  le superviseur des effets spéciaux en charge des créatures Todd Masters et son équipe ont quant à eux fabriqué les combinaisons en mousse de latex portées par les cascadeurs qui interprètent les principaux lycans. Todd Masters explique : « Nous avons travaillé en étroite collaboration avec les équipes de James McQuaide car il est important que les effets spéciaux et les effets visuels puissent fusionner. Nous avons donc créé chaque costume avec beaucoup de soin. »

Anna Foerster, qui a elle-même travaillé dans le domaine des effets visuels, notamment sur STUART LITTLE 2, a mis un point d’honneur à associer l’interprétation des vrais acteurs aux lycans numériques dans les scènes d’action. Elle précise : « Même si vous avez 600 lycans en images de synthèse dans une pièce, je trouve qu’il est important d’avoir ne serait-ce qu’un ou deux acteurs au premier plan pour donner le ton à la scène sur le plan esthétique mais aussi créer l’atmosphère. »

LA CONVERSION EN 3D

Les techniques de postproduction pour convertir la 2D en 3D ont fait des progrès considérables ces dernières années, comme l’explique le producteur Richard Wright : « On arrive désormais beaucoup plus aisément à donner l’impression que chaque œil voit une image légèrement différente, de sorte qu’elle apparaît en trois dimension. Le fait d’avoir converti UNDERWORLD : BLOOD WARS en postproduction a permis à Anna de se concentrer sur la réalisation du film sans se préoccuper de la 3D. »

Le directeur de la photographie Karl Walter Lindenlaub, ASC, Bvk, qui avait déjà collaboré avec Anna Foerster, a filmé UNDERWORLD : BLOOD WARS avec la caméra RED Weapon 6K. Il explique : « Nous avons utilisé des outils modernes tels que la Technocrane, le Steadicam et des caméras portables en association avec une composition d’image classique en format large afin de créer un bon équilibre. Nous avons essayé d’utiliser l’outil le plus adapté à chaque moment. J’entretiens de bons rapports avec Anna, nous n’avons donc eu aucun mal à nous mettre d’accord sur la manière de tourner chaque scène. »

Le directeur de la photo et la réalisatrice ont perpétué la tradition UNDERWORLD en optant pour un éclairage désaturé, auquel ils ont néanmoins apporté leur touche personnelle. Karl Walter Lindenlaub commente : « Chacun des films de la franchise fonctionne indépendamment des autres. L’esthétique du premier volet de la série est proche du noir et blanc et très bleutée, ce qui souligne l’idée que ces créatures vivent dans l’ombre. Mais pour nous permettre de les voir, l’obscurité ne peut être tout à fait complète. Au sein de cet univers monochrome, nous avons essayé de faire ressortir quelques couleurs. »

L’atmosphère ténébreuse de l’histoire change brutalement lorsque Sélène et David prennent la route du Nord pour se rendre à l’Assemblée Nordique. Karl Walter Lindenlaub explique : « La neige renvoie tellement de lumière que la lueur de la lune ressemblerait presque aux rayons du soleil. Les décors d’extérieurs que nous avons construits en studio nous ont amenés à éclairer de vastes espaces ouverts. En revanche, le mélange du feu et de la glace au sein du château de l’Assemblée Nordique m’a permis d’opposer une lumière chaude à la lumière bleue, ce qui était important car si on utilise une unique tonalité dans tout le film, l’œil s’habitue et on perd en impact. »

LES COSTUMES

Pour UNDERWORLD : BLOOD WARS, la chef costumière Bojana Nikitovic a imaginé des tenues allant d’une armure médiévale faite de glace à de somptueuses robes de bal pour vampires. Elle a également modifié la combinaison moulante de Sélène pour permettre à Kate Beckinsale de se déplacer plus librement lors de ses intensives séquences d’action.

Elle précise : « Son apparence doit cependant rester la même d’un film à l’autre car tous les fans de UNDERWORLD veulent voir Sélène porter ses bottes, son corset et sa veste emblématiques. »

Kate Beckinsale a pris plaisir à se glisser une fois de plus dans son costume de vampire. Elle confie : « Pour être honnête, il est plutôt confortable… même si ce n’est pas le genre de tenue que je porterais pour aller faire mes courses ! »

Bojana Nikitovic a également créé des costumes éthérés aux textures variées pour la nouvelle espèce de créatures de l’Assemblée Nordique que l’on découvre dans le film.

L’équipe de la chef costumière a fabriqué près de 700 costumes de lycans et de vampires. Le producteur Richard Wright déclare : « Cela représente une importante somme de travail mais ça nous a aussi permis de réaliser quelque chose d’unique pour le film. »

Bojana Nikitovic a ingénieusement conçu les costumes afin qu’ils ressortent dans les environnements à faible luminosité où se déroule l’essentiel de l’action. Le directeur de la photographie Karl Walter Lindenlaub commente : « Malgré l’atmosphère très sombre du film, les détails des créations de Bojana ainsi que les différences de textures et de matières sont manifestes. Tout a été vieilli à la perfection, les coupes sont incroyables et les costumes ressortent merveilleusement. »

L’actrice Lara Pulver a pris beaucoup de plaisir à porter ses costumes de cuir, de fourrure et de dentelle, notamment l’ensemble décadent qu’arbore Semira lors du bal des vampires. Elle déclare : « Il s’agit d’une robe avant-gardiste à la Alexander McQueen qui est tout simplement extraordinaire. »

Pour parfaire la transformation des personnages en véritables vampires, la chef coiffeuse et maquilleuse Davina Lamont a équipé les acteurs de crocs et de lentilles de contact colorées. Lara Pulver poursuit : « Ces dents modifient complètement la forme du visage de celui qui les porte, ce qui faisait partie intégrante de la vision d’Anna : elle voulait qu’on se transforme en créatures bestiales. »

Davina Lamont a également supervisé la création d’environ 200 perruques élaborées. Au cours du film, Semira en porte à elle seule neuf différentes. Ces constantes transformations capillaires ont permis à Lara Pulver de mieux cerner la personnalité perpétuellement changeante de son personnage. Elle explique : « Semira est parfois discrète, et parfois franchement excentrique. Ce qui est intéressant, c’est qu’on ne sait jamais vraiment à qui on va avoir affaire. Il arrive qu’elle soit avenante, mais mieux vaut rester sur ses gardes… »

L’HÉRITAGE UNDERWORLD

UNDERWORLD : BLOOD WARS propulse la mythologie UNDERWORLD vers de nouveaux horizons tout en s’appuyant sur les éléments qui continuent à attirer les fans 14 ans après la création de la franchise. Anna Foerster déclare : « Le succès de la série repose sur le fait qu’elle nous plonge dans un monde fictif et peuplé de vampires mais dans lequel les relations entre les créatures sont universelles. »

Elle ajoute : « J’espère que les spectateurs seront impressionnés par les scènes d’action du film mais aussi qu’ils apprécieront le parcours émotionnel de Sélène. Après tous ces combats et toutes ces épreuves, elle pose un regard nouveau sur la vie. Sélène est un personnage tragique, mais si elle peut susciter l’espoir chez les spectateurs, alors nous aurons accompli notre mission. »

Kate Beckinsale espère que UNDERWORLD : BLOOD WARS satisfera les fans de la franchise en mettant en scène une Sélène des plus guerrières. « Sélène doit faire face à de terribles épreuves qui alimentent sa colère, et c’est cette colère qui lui permet de venir à bout de tous ses ennemis. »

Les magistrales scènes de combat du film alimentent une vision cinématographique d’une rare intégrité. Kate Beckinsale confie : « De nos jours, il est difficile de faire un film de genre comme celui-ci sans qu’il soit adapté de comics ou d’un jeu vidéo. UNDERWORLD est une franchise originale portée par un personnage féminin fort, il y a donc beaucoup de raisons pour lesquelles je me sens privilégiée de faire partie du cercle très fermé des actrices qui ont la chance de faire ce genre de films. Les spectateurs adorent voir des femmes prendre les rênes et botter les fesses des méchants, mais je pense aussi qu’à ce stade, ils sont séduits par l’héritage historique de l’univers UNDERWORLD. »

Autre post du blog lié à UNDERWORLD: BLOOD WARS

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire