lundi 6 février 2017

AMERICAN HONEY


Drame/Comédie/Une réalisation sensible pour ce film indépendant à la thématique sociale forte

Réalisé par Andrea Arnold
Avec Sasha Lane, Shia LaBeouf, Riley Keough, Shawna Rae Moseley, Arielle Holmes, Crystal Ice, Veronica Ezell, Chad Cox...

Long-métrage Américain/Britannique
Durée: 02h43mn
Année de production: 2016
Distributeur: Diaphana Distribution

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Date de sortie sur nos écrans : 8 février 2017


Résumé : Star, une adolescente, quitte sa famille dysfonctionelle et rejoint une équipe de vente d'abonnements de magazines, qui parcourt le midwest américain en faisant du porte à porte.

Aussitôt à sa place parmi cette bande de jeunes, dont fait partie Jake, elle adopte rapidement leur style de vie, rythmé par des soirées arrosées, des petits méfaits et des amourettes…

Bande annonce (VOSTFR)


Ce que j'en ai penséAMERICAN HONEY est un film social, une romance et une étude comportementale. Une jeune femme, Star, quitte un milieu familial odieux pour intégrer un groupe de jeunes vendeurs de magazines qui parcourent les routes américaines pour se faire de l'argent. Les menus larcins sont leurs quotidiens. On suit donc à la fois l'intégration de Star dans la tribu - on découvre les rites, les règles et le fonctionnement du groupe -, son histoire d'amour avec l'un des protagonistes masculins de la bande et on apprend ce que cette vie itinérante contient comme dangers et tentations. 

Ce long-métrage se fait aussi le témoin d'une époque et montre le visage d'une société dans laquelle les écarts sont extrêmes. Les laissés-pour-compte vivent dans la misère et les riches dans l'opulence. Il ne semble pas y avoir de milieu. La réalisation d'Andrea Arnold sait être, selon les instants, douce, intense, réaliste ou démonstrative. Elle nous fait adopter le point de vue de son héroïne la plupart du temps. Ainsi, on en sait autant qu'elle sur la situation à laquelle elle est confrontée. Il reste donc une part d'ombre sur certains aspects de cette petite entreprise aux activités assez troubles et sur le passé des protagonistes. Il y a des suggestions, mais tout comme l'héroïne, on doit combler les vides et déduire les possibilités. Par contre, la réalisatrice prend vraiment le temps de nous faire vivre cette aventure au rythme de Star, notamment la partie romance. 

J'ai été charmée par les images d'Andrea Arnold et par sa façon de nous mettre au cœur des sentiments et de l'énergie de cette jeunesse livrée à elle-même. De plus, la bande originale, très variée et parfaitement adaptée, aide à définir l'état d'esprit des scènes. Par contre, quelques longueurs s'installent, car le scénario n'est pas très étoffé et on a l'impression que l'histoire tourne en rond par moment. Mais au final, le film est une expérience agréable. Les acteurs sont par ailleurs excellents. Sasha Lane, qui interprète Star, est particulièrement attachante. Star n'attend rien de la vie et prend ce qu'elle lui apporte avec une énergie sauvage et une envie de profiter de l'instant présent sans vraiment penser aux conséquences. 



Pour sa part Shia LaBeouf pose un portrait convaincant et bien dessiné de Jake, son personnage. Ce protagoniste est complexe à l'image de cette vie instable, difficile, à la fois libre et enchaînée. Ses mystères intérieurs le rendent d'autant plus intéressant. 



AMERICAN HONEY dépeint le portrait d'une jeunesse à la dérive, sans repères ni espoirs, qui doit se débrouiller pour survivre au jour le jour. Malgré ses longueurs, c'est un film touchant et séduisant dont la sensibilité de la réalisation ne laisse pas indifférent.


NOTES DE PRODUCTION 
(A ne lire qu'après avoir vu le film pour éviter les spoilers !)

A PROPOS DU FILM

Pour son premier film tourné aux USA, Andrea Arnold a choisi de transposer une histoire ancrée dans le réalisme et basée sur sa propre expérience de voyageuse à travers le pays. Au coeur de cette histoire, il y a Star, une jeune fille partie sur les routes à la recherche de son indépendance et confrontée à des émotions amoureuses.

La réalisatrice a puisé son inspiration dans un article du New York Times de 2007: « Le porte-à-porte: de longues journées, de maigres récompenses ; pour les jeunes, une vision morose des vendeurs de magazines » écrit par Ian Urbina. Ces groupes de démarcheurs existent encore aux Etats-Unis. Ils sont composés de jeunes gens employés par des sociétés non réglementées qui les envoient à travers le pays frapper aux portes des particuliers afin de vendre des abonnements à des magazines, comme le faisaient les vendeurs itinérants du passé.

Fascinée par cette sous-culture, Andrea Arnold a suivi un de ces groupes, dormant avec eux dans des motels miteux et partageant leur quotidien. Parmi ces jeunes gens, beaucoup quittaient leur foyer pour la première fois. Faire partie d’une telle équipe est plus un mode de vie qu’un véritable travail et les membres de l’équipe sont bien plus que des collègues. Ils forment une espèce de famille récomposée un peu foldingue. Dans ce groupe hétérogène, Star tombe amoureuse de Jake, le meilleur vendeur, au grand dam de Krystal, la chef de l’équipe.

CASTING

En mars 2014, grâce au soutien financier de Film4, Andrea Arnold et ses directeurs de casting ont commencé à rechercher les acteurs du film. Ils ont sillonné les routes de huit Etats au cours de plusieurs voyages étalés sur toute l’année. La réalisatrice commente: « J’allais m’asseoir sur la plage et je regardais les milliers d’adolescents qui passaient. On a carrément fait des séances de casting sur le parking de Walmart. »

Sur les quinze personnes choisies, onze n’avaient jamais joué. La réalisatrice et son équipe ont suivi leur instinct pour créer cet incroyable groupe de jeunes (beaucoup ont le même profil que les véritables vendeurs choisis par les directeurs de sociétés de vente à domicile).

RAYMOND COALSON a rejoint une équipe en Virginie occidentale, quand il était âgé de 17 ans, et vit actuellement en Californie.

CHAD MCKENZIE COX est un chanteur/compositeur talentueux de Virginie. Verronikah Ezell a 25 ans et élève sa fille avec sa femme à Panama City Beach.

ARRIELLE HOLMES a joué dans le film des frères Safdie Mad Love in New York (titre original: Heaven Knows What).

GARRY HOWELL est originaire d’Orlando (Floride) et a fait partie de l’équipe de foot de son lycée.

CRYSTAL B. ICE (pseudo: Nadia Stryker) a été danseuse en Floride et a travaillé dans une équipe de vendeurs de magazines.

MCCAUL LOMBARDI est en plein tournage d’un film à New York.

SHAWNA RAE MOSELEY est la maîtresse de Bella, le pitbull de l’équipe dans le film.
DAKOTA POWERS, la plus jeune de l’équipe, habite dans le Tennessee. 

ISAIAH STONE est un excellent skateur et vit dans le Missouri.

KENNETH KORY TUCKER travaille sur des chantiers et est en couple avec Shawna.

CHRISTOPHER DAVID WRIGHT est originaire du Mississippi et a été repéré par l’équipe du casting dans un supermarché.

Un mois avant les préparations officielles du tournage, Andrea Arnold et son équipe de casting sont allées en Floride, à Panama City Beach, pendant les vacances de printemps (le fameux Spring Break américain), un phénomène qui attire chaque année des milliers d’étudiants venus des quatre coins du pays. En se promenant sur la plage, Andrea a repéré Sasha Lane, une étudiante de première année dans une université du Texas, qui n’avait jamais fait de cinéma et a été choisie pour interpréter Star, le personnage principal du film.

LA MUSIQUE

Impossible de tourner un road movie sans musique, surtout pour filmer une bande de jeunes qui passent des heures dans leur van. La musique du film est le point d’ancrage des personnages et sert souvent à exprimer les sentiments et les ressentis de chacun. Comme le dit si justement la réalisatrice: « C’est la poésie quotidienne de leur vie. Comme ça l’est pour nous tous qui l’aimons. » Les chansons ont été choisies en accord avec le groupe selon ses goûts et ses envies. De Sam Hunt à Kevin Gates, de Lee Brice à Juicy J, la bande originale est composée de chansons de country qui définissent l’année 2015, des hits de trap (genre musical apparenté au hip hop) venant du Sud et des morceaux tout spécialement choisis par Andrea.

LE ROAD TRIP

Bien que fictive, l’histoire est ancrée dans la réalité et la réalisatrice et les producteurs étaient déterminés à recréer l’ambiance réelle d’un groupe de commerciaux itinérants. L’équipe a donc effectué un véritable road trip dans le Midwest, avec le moins de techniciens possible. « On s’était promis qu’on ne dormirait que dans des motels peu onéreux, qu’on ne se déplacerait que sur la route et pas en avion, et qu’on engagerait le plus possible de figurants sur place » explique le producteur Lars Knudsen. Et c’est ainsi que l’équipe a sillonné les routes pendant 56 jours (jours de tournage, de repos et de voyage inclus).

Pendant plusieurs années, en faisant ses recherches pour le film, Andrea Arnold a sillonné les routes du Midwest. Elle savait exactement quels paysages étaient essentiels à l’histoire; les endroits, la route et les infrastructures étaient ancrés dans ses expériences et ses observations : des plaines plates de l’Oklahoma et du Kansas aux environs luxuriants et verdoyants du Nebraska, en passant par les terrains pétroliers de Williston, dans le Dakota du Nord et la Réserve indienne de Pine Ridge dans le Dakota du Sud. L’équipe a principalement tourné à Muskogee, Kansas City, Omaha, Grand Island, Rapid City, Williston et Pine Ridge.

Sur chaque lieu de tournage, l’équipe s’installait dans un motel en bord de route. Andrea Arnold a insisté pour n’employer aucun des moyens techniques modernes généralement employés pour un tournage: pas de caravanes ni de gros systèmes d’éclairage. Tout a été le plus naturel possible afin que les acteurs vivent au plus près du monde qu’ils créaient. Elle a travaillé en étroite collaboration avec sa chef décoratrice, Kelly McGehee, et ensemble elles ont trouvé les lieux les plus adaptés à l’histoire.

La réalisatrice a également travaillé avec son caméraman attitré, Robbie Ryan, et comme à leur habitude, ils ont décidé de travailler en équipe réduite. Pour chaque scène, il y avait peu de techniciens et d’acteurs présents sur le lieu de tournage. Le film a été tourné autant que possible dans la continuité afin de permettre aux acteurs inexpérimentés de ressentir la progression de leur personnage et de leur laisser le temps de se connaître entre eux.

QUELQUES CHIFFRES
  • 15 personnages principaux
  • 43 techniciens (chaque semaine, des techniciens supplémentaires les rejoignaient)
  • 25 véhicules
  • 18 000 km pour la production, 34 000 km pour les lieux de tournage
  • 27 seconds rôles ajoutés au cours du voyage
  • Une vingtaine d’animaux : plusieurs pitbulls, un berger allemand, un phalanger volant (un petit marsupial), des chevaux, des vaches, une tortue et un ours brun, Cody, grand amateur de poulets rôtis. D’autres animaux ont eu de petits rôles: des oiseaux, des araignées, des abeilles et des papillons de nuit.

#AmericanHoney

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire