jeudi 27 novembre 2014

Back to the present


Le 26 Novembre 2014 en DVD, Blu-ray & VOD

Réalisé par Gareth Evans
Avec Iko Uwais, Julie Estelle, Yayan Ruhian

Après un combat sans merci pour s’extirper d’un immeuble rempli de criminels et de fous furieux, Rama, jeune flic de Jakarta, pensait retrouver une vie normale… Il se trompait. On lui impose une nouvelle mission : Infiltrer le syndicat du crime. Sous l’identité de « Yuda », il se laisse jeter en prison afin d’y gagner la confiance d'Uco, le fils d'un magnat du crime indonésien. Il risquera sa vie dans un dangereux jeu de rôle destiné à porter un coup fatal à l’empire du crime.

Retrouvez mon avis sur ce film ici.

Polar dantesque et ultraviolent, THE RAID 2 entre dans l’histoire du cinéma d’action !

A la fois sauvage et virtuose, il fait cohabiter mêlées homériques et corps-à-corps brutaux dans un spectacle ahurissant, THE RAID 2 est un véritable choc visuel orchestré par le réalisateur surdoué Gareth Evans, sur une BO d’enfer signée Joe Trapanese (Oblivion, Transformers : Age of Extinction).

THE RAID 2 sort en vidéo avec 3h de bonus !!
- 9 scènes coupées choc dont 3 en exclusivité mondiale (guerre des gangs, meurtre sur l’oreiller, assassiner un flic..)
- un making-of non censuré
- rencontre avec l’équipe
- Au cœur du Cinéma d’action indonésien, un documentaire explosif !
- Et en plus, une affiche collector dans l’édition Blu-ray Steelbook


CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES DVD
Format image : 2.40, 16/9ème compatible 4/3
Format son : Français Dolby Digital 5.1,
Indonésien DTS 5.1 & Dolby Digital 2.0
Sous-titres : Français - Durée : 2h24
Prix public indicatif : 19,99 Euros le DVD


CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES Blu-ray
Format image : 2.40 - Résolution film : 1080, 24p
Format son : Français & Indonésien DTS HD Master
Audio 5.1 – Sous-titres : Français
Durée : 2h30
Prix public indicatif : 24,99 Euros le Blu-ray

COMPLÉMENTS
(communs aux 2 éditions)
- Rencontre avec le réalisateur et l’acteur (44’)
- 9 scènes coupées (21’)
- Dans le feu de l’action documentaire inédit sur le cinéma d’action indonésien (1h16)
- Making-of (19’)
- Tourner une suite (10’45)
- Réaliser un film d’action (13’)
- Chorégraphie des combats (8’20)
- Bande-annonce
- Liens internet

- Film interdit aux moins de 12 ans -

Également disponible : Coffret THE RAID 1 & 2
Coffret DVD : 24.99 € / Coffret Blu-ray : 29.99 €

EXTRAITS (VF)

video

video

GARETH EVANS LE REALISATEUR 

Féru de films d’action et d’arts martiaux, le scénariste et réalisateur gallois Gareth Evans se passionne pour le Pencak Silat, l’art martial traditionnel indonésien. Il écrit et réalise MERANTAU, qui lance la carrière de deux acteurs devenus stars du cinéma d’action indonésien, Iko Uwais et Yayan Ruhian. Fin 2009, après le succès de MERANTAU, Gareth Evans tourne THE RAID qui reçoit un accueil triomphal à travers le monde. Fort de ce succès, Gareth adapte BERANDAL, un projet mis de côté, car trop onéreux, pour en faire la suite de THE RAID. Après près de 180 jours d’un tournage dantesque, THE RAID 2 est né. 

TOURNER THE RAID 2 : Les cascades automobiles 

« THE RAID 2 est un projet beaucoup plus ambitieux que mes films précédents. Cette fois, nous avons choisi de combiner ce que nous avions appris durant les deux tournages précédents : utiliser des mouvements de caméra dynamiques, nerveux et fluides, sans faire abstraction des compositions plus classiques et sophistiquées (grues, steadycams, travellings…). Marier ces deux styles différents était un défi intéressant à relever. » Gareth Evans Les mouvements de caméra ont été soigneusement intégrés à la chorégraphie des arts martiaux. Les mouvements des acteurs sont chorégraphiés jusqu’au moindre détail, tout comme ceux de la caméra. Les angles de prise de vue sont décidés à l’avance, pour que la caméra ne gêne jamais l’action. Le mot d’ordre durant tout le tournage était de mettre en valeur la performance des acteurs. Avec MERANTAU, l’équipe avait appris à filmer les arts martiaux. Avec THE RAID, elle avait appris à filmer les fusillades. Cette fois, elle est allée encore plus loin en ajoutant les poursuites automobiles à ce mélange détonant. Avec l’aide de Bruce Law, spécialiste hongkongais, les cascades ont été réalisées de façon magistrale dans les rues de Jakarta : « C’est la première fois qu’une séquence de cascades en voiture était tournée en Indonésie. Même si de nombreux films sont réalisés dans le pays chaque année, les films d’action ne sont pas si communs. Il était difficile d’obtenir les autorisations nécessaires pour bloquer des axes de circulation. Le plus difficile était de boucler chaque séquence aussi vite que possible, sachant que les routes ne pouvaient rester fermées à la circulation que pendant quelques heures. Pour la fusillade sur la rocade de Sunter, la route devait même rester ouverte au public, puisqu’il n’existe pas d’itinéraire de substitution. » « J’ai toujours été friand des films avec des séquences de poursuites en voiture à couper le souffle, comme BULLITT ou RONIN, qui montrent vraiment la mécanique des voitures, leur usure progressive, c’est ça qui me plaît. L’idée est de rester dans les limites du plausible, de ne pas se contenter de montrer des voitures complètement bousillées qui continuent à rouler, mais plutôt de garder un certain réalisme, notamment en faisant en sorte que le public ait une idée assez précise de la topographie des lieux, qu’il sache où il se trouve et où il va, et ce qui l’attend au tournant. Lorsque nous avons conçu les scènes de poursuite, nous savions que nous ne pourrions pas rivaliser avec des films à gros budget du genre FAST AND FURIOUS, bourrés de grosses poursuites, et de destructions massives. Nous avons plutôt cherché une façon d’intégrer naturellement les scènes d’action et de cascades automobiles dans l’univers de THE RAID et dans le niveau d’action que j’essaye d’atteindre. Je me suis concentré sur ce qui arrive au corps des conducteurs et des passagers lorsque leur véhicule se fait rentrer dedans ou qu’il s’écrase ; à mes yeux, c’est ce point de vue unique qui nous différencie de ce qui a déjà été fait. Nous avons aussi intégré des éléments structurels et architecturaux propres à l’Indonésie. » (Gareth Evans) 

Esthétique et mise en scène 

L’équipe s’est efforcée avant tout de trouver un bon équilibre entre l’ancien et le nouveau. Elle tenait à ce que le spectateur reconnaisse les décors familiers du film d’origine, tout en explorant des nouvelles parties de son environnement. La suite se concentre sur l’incursion de Rama dans la pègre de Jakarta, un milieu où il n’a pas le droit à l’erreur. La suite a été tournée en Cinémascope, pour offrir un cadre plus large et un ton plus épique à l’histoire. La photographie a aussi exploré une palette de couleurs plus riche, en utilisant un éclairage différent pour chaque personnage. Le film utilise d’abord des tonalités proches du premier volet, avant de s’en éloigner à mesure que Rama pénètre plus avant dans l’univers du crime.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire