vendredi 19 septembre 2014

Back to the present


Un spectacle de et avec Alexandre Astier
Mise en scène : Jean-Christophe Hembert
Avec Grégory Lambert, Hugues Lemaire, Pauline Moingeon-Vallès, Steeve Petit

Décor et lumières : Jean-Christophe Hembert, Seymour Laval
Musique : Alexandre Astier
Costumes: Anne-Gaëlle Daval
Son : François Vatin
Images 2D/3D, effets spéciaux, montage : Gaël Béron, Stéphane Lallet, Pierre Magnol
Construction du décor : François Agorria, Jean-Gabriel Monteil, Stéphane Olivier
Décoration, peinture et accessoires : Ludivine Defranoux, Mathilde Furbacco, Claire Gringore

Production Regular et Rain dog productions, producteurs Alexandre Astier, Agathe Sofer et Marc Cardonnel, production exécutive Jean-Christophe Hembert, production déléguée Marc Cardonnel, coréalisation Théâtre du Rond-Point
Avec le soutien de Universal Pictures Vidéo France et de la SACEM
Spectacle créé les 12 et 13 septembre 2014 au Radiant-Bellevue / Caluire


Résumé : Réglons la question de la vie extraterrestre.
En bas, sur la Terre, il y a les affaires courantes et la vie domestique, les petites phrases chocs ou les images en une qui monopolisent l’opinion publique. Dans le ciel, une supernova signale l’explosion d’une étoile située à plusieurs millions d’années-lumière, dont l’image ne parvient qu’aujourd’hui. Entre les deux, entre le ridicule du quotidien terrien et les promesses d’une existence extraterrestre, un astrophysicien s’arrache les cheveux. Il donne sa conférence, fait un point. Entre la Terre et les étoiles, il dresse un bilan définitif, pose les questions capitales : « Comment ne pas se vexer que les extraterrestres nous ignorent ? »
Créateur et personnage clé de Kaamelott, Alexandre Astier revient au Rond-Point deux ans après le triomphal Que ma joie demeure ! Il jouait alors le maître de musique et compositeur Jean-Sébastien Bach, il se faisait claveciniste et joueur de viole de gambe. Entre-temps, il a écrit, réalisé et interprété pour le cinéma David et Madame Hansen, aux côtés d’Isabelle Adjani, puis Astérix : Le Domaine des dieux (sortie prévue en novembre 2014). Artiste imprévisible, Alexandre Astier s’aventure là où on ne l’attend pas et devient ici un scientifique qui évoque nos possibles voisins de l’espace. Il livre une conférence documentée mais décapante, sérieuse et délirante, qui met en perspective les travers d’une humanité égocentrée avec l’incommensurable dimension de l’espace qui l’entoure. 
Pierre Notte

Ce que j'en ai pensé : Ce soir, je suis allée découvrir le nouveau spectacle d'Alexandre Astier : L'EXOCONFÉRENCE. Il s'attelle à une tâche qui n'est pas simple : nous faire comprendre l'univers au travers de l'histoire et des théories sur la vie extraterrestre. De temps en temps, il m'a perdue. Ben oui, expliquer l'univers n'est vraiment pas aisé. Mais peu importe car reconnaître que l'on ne sait pas, c'est déjà apprendre quelque chose. 
Alexandre Astier remue nos méninges pour réveiller notre curiosité. Cela a fonctionné dans mon cas. Son spectacle, à l'image de son interprète aux multiples talents, mélange théâtre, one man show, son et lumière... Il est plein de surprises. Il fait réfléchir et beaucoup rire. Avec son style bien à lui, sans se départir de son personnage fort en gueule, un peu provocateur sur les bords et hautement attachant, il nous fait passer une heure et demie des plus agréables. 
La mise en scène est originale et vivante. Le décor est ingénieux. Je vous conseille d'aller voir ce spectacle qui vous rapprochera un peu plus des étoiles.

Lieu : Théâtre du Rond-Point en salle Renaud-Barrault (745 places)
Quand : du 18 septembre au 19 octobre 2014, 18h30
Relâche les lundis

Réservations 01 44 95 98 21 - www.theatredurondpoint.fr - www.fnac.com

Et aussi...

Tournée


12 et 13 septembre 2014 
Radiant Bellevue 
Lyon/Caluire (69)



29 – 30 octobre 2014 
Cité des Congrés 
Nantes (44)



19 – 21 décembre 2014 
Bourse du Travail 
Lyon (69)



6 – 10 janvier 2015 
Odyssud 
Blagnac (31)



13 et 14 janvier 2015 
Espace Chaudeau 
Nancy/Ludres (54)



16 et 17 janvier 2015 
Théâtre Le Léman 
Genève (Suisse)



20 et 21 janvier 2015 
Le Colisée 
Roubaix (59)



23 et 24 janvier 2015 
Théâtre Saint Michel 
Bruxelles (Belgique)



26 et 27 janvier 2015 
Théâtre Fémina 
Bordeaux (33)



29 – 31 janvier 2015 
Le Quartz Scène nationale 
Brest (29)



3 et 4 février 2015 
Le Silo 
Marseille (13)



6 et 7 février 2015 
Opéra Berlioz 
Montpellier (34)


Entretien avec Alexandre Astier

***********************************
Après avoir endossé le costume de Jean-Sébastien Bach dans son spectacle Que ma joie demeure !, Alexandre Astier revient à la scène, s’aventure là où on ne l’attend pas et pose la question de la vie extraterrestre. Parler au théâtre de l’univers et de la possibilité de nos voisins de l’espace est une promesse poétique et fascinante.

Incident de Zeta Reticuli, projet Blue Book, crânes de Nazca, cercles de culture, sarcophage de Pacal, crash de Roswell… L’Éxoconférence lève le voile sur le phénomène le plus mystérieux de notre civilisation et dresse enfin la synthèse définitive et irrévocable du mythe extraterrestre.
***********************************

À quoi reconnaît-on un astrophysicien ?

C’est très simple. Prenez une période où un pays s’enflamme pour des histoires de scooter, de croissants, de ballon d’or et autre feuilleton. Prenez, la même semaine, le même pays qui ignore sans vergogne une supernova pratiquement observable à l’œil nu, la plus proche de la Terre depuis des décennies, signalant l’explosion d’une étoile il y a douze millions d’années-lumière et dont l’image ne nous parvient que maintenant,spectacle rarissime et précieux en ce sens qu’une étoile vit des milliards d’années et que le phénomène de son explosion n’est observable que quelques semaines… L’astrophysicien est celui qui s’arrache les cheveux.

Qu’est-ce que ça vient faire sur un plateau de théâtre ?

C’est sidérant, je suis d’accord avec vous. Les plateaux de théâtre sont déjà très encombrés par le théâtre ; est-il raisonnable d’en rajouter avec une conférence sur la vie extraterrestre ? Cependant, parler au théâtre de l’univers et de la possibilité de nos voisins de l’espace pourrait être fantastiquement poétique, pertinent autant que bouleversant, fascinant et déroutant. Là, c’est dommage, c’est un guignol qui s’en charge et c’est sans intérêt. Mais il ne faut pas condamner le principe ! Ça aurait pu être super! 

Savez-vous ce que vous allez faire sur scène ? La rumeur prétend que vous pourriez jouer Bach sur un instrument de musique extraterrestre ?

Ça me fait penser qu’il faudra que je fasse un spectacle sur la rumeur. Sur scène, ma foi, nous allons tenter de faire un point. Il faut toujours faire des points. Ce spectacle s’adresse à ceux, dont je suis, qui ont besoin d’un

bilan définitif. La musique, quant à elle, peut-être réduite à son principe physique… Pour qu’il y ait du son, il faut de l’air, ou du moins une atmosphère dans laquelle une vibration puisse propager et atteindre les organes sensoriels d’un être muni d’un cerveau capable de décoder et d’interpréter ce qu’il reçoit. Les extraterrestres sont-ils en mesure d’apprécier Lionel Richie ? C’est une question brûlante à laquelle nous sommes en mesure d’apporter un début de réponse.

On sait depuis longtemps que les extraterrestres existent, la question c’est : qu’est-ce qu’ils nous veulent ?

L’histoire de l’astronomie terrestre n’est qu’une longue route vers l’humilité. Depuis l’époque où nous pensions être au centre d’un univers en révolution autour de nous, nous avons, par étapes, compris que nous tournions autour de notre soleil, que ce soleil n’est qu’une étoile qui vient s’ajouter aux milliard d’étoiles de notre galaxie, elles-mêmes centres de systèmes planétaires cousins du nôtre, que nous étions plutôt situés dans la banlieue de cette galaxie, que cette galaxie ne vient que s’ajouter aux innombrables galaxies de notre univers… La question des extraterrestres serait plutôt : « Comment ne pas se vexer qu’ils ne nous veulent rien ? ».

Quel lien existe-t-il entre les étoiles les aliens, et Chrétien de Troyes ? Vous-même ?

J’essaie de parler de ce qui me semble valoir le coup. Mais c’est subjectif, j’en conviens. Aurai-je le temps, avant ma mort, d’écrire les œuvres majeures que tout le monde attend au sujet du foie de veau poêlé ? De la détresse du tennisman ? Des inconvénients du gérondif ? De l’inquiétante possibilité d’un monde sans spatules ? Je n’ai qu’une vie et j’en suis le premier rassuré.

À quoi cela vous sert de venir faire du théâtre, alors que vous pouvez faire tout ce que vous voulez, et que c’est moins bien payé et que ça rend moins célèbre que la télévision et le cinéma ?

Je m’en suis rendu compte tardivement et, malheureusement, il était trop tard pour annuler. Mais croyez bien que c’est la dernière fois que je me fais avoir.

Propos recueillis par Pierre Notte, février 2014

Alexandre Astier

auteur et interprète

Alexandre Astier est auteur,réalisateur, acteur et compositeur.

Musicien dès l’âge de six ans, Alexandre Astier intègre le Conservatoire de musique. Il « tombe à vingt ans par mégarde dans la comédie » avoue-t-il. Depuis, il écrit, joue,réalise, et met en scène.

Il est le créateur de la série Kaamelott sur M6 et en a composé toutes les musiques.

Remarqué au début de sa carrière parle public lyonnais grâce à la pièce Le Jour du froment, Alexandre Astier est revenu au théâtre en 2012 avec Que ma joie demeure !, créé au Théâtre du Rond-Point et récompensé par le Prix du Jeune Théâtre de l’Académie Française.

Alexandre Astier a également tourné pour le cinéma dans Comme t’y es belle ! de Lisa Azuelos (2006), Astérix et les Jeux Olympiques de Thomas Langmann et Frédéric Forestier (2008), Coluche d’Antoine de Caunes (2008), Home Sweet Home de Didier Le Pêcheur (2008), LOL de Lisa Azuelos (2009), Philibert de Sylvain Fusée aux côtés de Manu Payet, Gaspard Proust et Jérémie Renier (2011), Pop Redemption de Martin Le Gall (2013) et Une Rencontre de Lisa Azuelos (2014).

Le premier film d’Alexandre Astier en tant que réalisateur, David et Madame Hansen, dans lequel il joue aux côtés d’Isabelle Adjani, est sorti en salles en août 2012.

Il est scénariste et coréalisateur du film d’animation Astérix-Le Domaine des Dieux (sortie prévue en novembre 2014).

Jean-Christophe Hembert

metteur en scène

Jean-Christophe Hembert commence le théâtre à l’université et met en scène sa première pièce en 1996 : Barbe Bleue de Georg Trakl. La même année, il prend les rênes de la compagnie Groupe 4 au sein de laquelle il met en scène Mardi d’Edward Bond (Subsistances-Lyon, 1998), La Conquête du Pôle Sud de Manfred Karge (Subsistances-Lyon,1999) et Timon d’Athènes de William Shakespeare (Subsistances-Lyon, 2001).

En 2002, il crée une comédie d’Alexandre Astier intitulée Le Jour du froment au Théâtre de la Croix-Rousse puis en tournée.

En 2004, Jean-Christophe Hembert met en scène Jackets ou La Main secrète d’Edward Bond (Centre

dramatique national des Alpes - Grenoble) et Faust 1911 de Manfred Karge (Théâtre de l’Elysée-Lyon).

Il a mis en scène Que ma joie demeure ! d’Alexandre Astier présenté au Théâtre du Rond-Point en 2011-2012.

Il a également collaboré avec des metteurs en scène comme Jean Lambert-Wild et Bruno Boëglin et a été l’assistant de Roger Planchon et de Laurent Pelly.

Jean-Christophe Hembert est connu du grand public pour sa participation à la série télévisée Kaamelott. Il y interprète Karadoc, chevalier de Vannes. Il est également directeur artistique de la série et producteur exécutif de David et Madame Hansen, premier film d’Alexandre Astier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire