jeudi 17 juillet 2014

Back to the future


Science fiction/Action/Un pur blockbuster

Réalisé par Matt Reeves
Avec Andy Serkis, Jason Clarke, Gary Oldman, Keri Russell, Toby Kebbell, Kodi Smit-McPhee, Judy Greer, Jocko Sims, Kirk Acevedo, Kevin Rankin, Keir O'Donnell...

Long-métrage Américain
Durée : 2h11m
Année de production : 2014
Titre original : Dawn of the Planet of the Apes
Distributeur : Twentieth Century Fox France

Date de sortie sur les écrans américains : 11 juillet 2014
Date de sortie sur nos écrans : 30 juillet 2014


Résumé : Une nation de plus en plus nombreuse de singes évolués, dirigée par César, est menacée par un groupe d’humains qui a survécu au virus dévastateur qui s'est répandu dix ans plus tôt. Ils parviennent à une trêve fragile, mais de courte durée : les deux camps sont sur le point de se livrer une guerre qui décidera de l’espèce dominante sur Terre.

Bande annonce (VOSTFR)




PROJECTIONS DANS UNE USINE ABANDONNÉE, 
DERNIER REFUGE HUMAIN CONTRE LA GRIPPE SIMIENNE !

La grippe simienne est apparue à San Francisco suite à des tests génétiques réalisés sur des singes. Dix ans plus tard, ce virus a décimé une grande partie de la population humaine.

Quelques survivants ont élu leur blockhaus dans une usine désaffectée dans le nord de Paris.

Ils ont vécu une expérience de cinéma inédite : entourés des stigmates d’un passé industriel où la nature reprend eu à peu ses droits, ils ont été les témoins privilégiés d’un affrontement sans précédent entre les singes et les humains.

Une nouvelle civilisation est en marche… découvrez leurs réactions…






Suivez #LAffrontement

La projection des survivants, j'y étais !

Et oui, j'ai eu la chance de pouvoir assister à cette projection hors norme. L'atmosphère dans cette usine désaffectée était vraiment super. Je remercie les équipes qui ont travaillé certainement très dur pour nous offrir ce super moment de cinéma, loin du reste du monde.

Je partage mes photographies de la soirée.

A l'arrivée sur les lieux, c'était une ambiance de fin du monde qui nous attendait. J'ai découvert les décors avec des yeux écarquillés !





Des indices nous ont mis sur la piste de quelques éléments que nous allions découvrir pendant le film...


















La ballade dans les décombres d'un monde en perdition s'arrêtait à de mystérieuses barricades nous bloquant l'accès à la salle de projection improvisée par les organisateurs. Mais en attendant, nous avons été dorlotés à coup de boissons fraîches et de hot-dogs distribués par un food truck. 





Puis le voile s'est levé sur la projection et nous avons découvert  cette fameuse salle improvisée ... de canapés et de fauteuils de salon ! Nous nous sommes confortablement installés, non sans avoir attrapé un bon pop-corn sucré et nos lunettes 3D.


Un vrai bonheur que cette projection dans ces merveilleuses conditions. Et le son était excellent! C'était vraiment une très belle soirée.

Vous aussi rejoignez les survivants lors de la projection offerte au public le vendredi 18 juillet : inscriptions* auprès de survivant@fox.com.
* Dans la limite des places disponibles. Confirmation et détails pratiques seront communiqués par retour d’email.

LE FILM

Ce que j'en ai pensé : La Planète des Singes : L'affrontement est un pur blockbuster. Spectaculaire et visiblement achevé avec des moyens très conséquents, il assure le divertissement complètement. Matt Reeves, le réalisateur, nous offre un long métrage impressionnant visuellement. J'ai passé un très bon moment. 
Le grand intérêt de cette histoire est l'aspect prise de conscience ainsi que la morale implicite. Il s'agit d'une grosse production, il ne faut donc pas s'attendre à un traitement en profondeur. Cependant, les sujets sont abordés et les questions posées. Il cherche à nous faire réfléchir. Excellent point. 
J'ai trouvé les effets spéciaux remarquables. César, le leader des singes, héros du premier opus La Planète des Singes : Le Commencement, est magnifique. Les attitudes et l'expressivité du visage rendues par la performance capture sont bluffantes. Le travail d'Andy Serkis, qui interprète César, est excellent.



En terme de scénario, je lui reproche un peu de trop grosses ficelles. On voit venir les interactions, les imbrications et les événements. En même temps, c'est un film ambitieux qui doit être clair sur son histoire s'il ne veut pas perdre les spectateurs. Pari réussi, l'histoire est claire et facile à comprendre. 

J'ai bien aimé les acteurs 'humains' mais ils ne sont qu'un outil au service de l'histoire.


Les héros sont les singes. J'ai juste regretté que le personnage de Dreyfus, fort bien interprété par Gary Oldman, ne soit pas mieux exploité jusqu'au bout.


La Planète des Singes L'Affrontement a quelques petits défauts propres à son genre : le blockbuster. Mais il reste un super moment de cinéma visuellement et par sa capacité à divertir. Il change les idées et nous pousse à réfléchir sur les thèmes abordés. En plus, il reste cohérent avec la saga en construction débutée par La Planète des Singes : Le Commencement. Je vous le conseille et j'espère qu'il vous laissera comme moi ... en attente de la suite.


NOTES DE PRODUCTION
(A ne lire qu'après avoir vu le film pour éviter les spoilers!)

Il semblait à priori impossible de revisiter avec succès une série aussi unanimement appréciée que LA PLANÈTE DES SINGES. Pourtant, en 2011, le film LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES, porté par l'extraordinaire interprétation d'Andy Serkis et des effets visuels révolutionnaires signés Weta Digital, marqua le lancement spectaculaire d'une nouvelle franchise. Le film connut un succès mondial avec près de 500 millions de dollars de recettes, et fut salué aussi bien par la critique que par le public. C'était le premier film en prises de vues réelles dont le héros, à travers le regard duquel l'histoire est racontée, était un animal doué d'une conscience et de sentiments, un personnage doté de qualités humaines avec lequel les spectateurs nouaient un lien émotionnel puissant. LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES était une histoire frappante, bouleversante, que les cinéastes souhaitent prolonger avec LA PLANÈTE DES SINGES : L'AFFRONTEMENT. À la fin des ORIGINES, les singes se libéraient de leur captivité au moment où un virus mortel créé par les humains se répandait dans le monde. César, leader bienveillant des singes, a conduit les siens en sécurité à Muir Woods, non loin de San Francisco. C'est là que son ami humain, Will, l'avait aidé à fuir l'enfermement de la ville. Matt Reeves, réalisateur de LA PLANÈTE DES SINGES : L'AFFRONTEMENT, souhaitait que ce nouveau film se déroule dans la continuité temporelle du précédent. Il précise : « L'histoire que nous racontons mènera à LA PLANÈTE DES SINGES, et non à LA PLANÈTE DES SINGES ET DES HOMMES, il fallait donc l'inscrire dans cette optique. » Dans cette nouvelle histoire, les singes ont établi et développé une communauté à Muir Woods. Hors de cette enclave, une pandémie, la grippe simienne, a décimé la plus grande partie de l'espèce humaine. La civilisation a décliné peu à peu, et l'humanité a pratiquement disparu. Le producteur Dylan Clark explique : « Une véritable apocalypse virale s'est abattue sur les humains, et dix ans plus tard, leur nombre a dramatiquement diminué. Les singes, eux, s'en sortent bien. César les a menés vers la liberté et ils se sont bâti un nouveau foyer. Ils ont crû en nombre et se sont développés, et les humains ont décliné. À présent, les deux espèces sont au bord de l'affrontement. » Cependant, LA PLANÈTE DES SINGES : L'AFFRONTEMENT est une histoire de survie et non de fin du monde. Matt Reeves observe : « Au début du film, on a le sentiment que les singes ont hérité de la Terre. Un petit groupe d'humains lutte pour ne pas disparaître totalement, et les singes se battent pour survivre. C'est le monde des singes désormais, ce n'est plus celui des hommes, et le film s'intéresse à la façon dont les singes et les humains peuvent trouver un moyen de cohabiter sans violence. » 

LES SINGES ET LES HOMMES 

Au centre de ces événements, on retrouve CÉSAR, le personnage à qui Andy Serkis avait donné vie dans une époustouflante interprétation dans LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES il y a trois ans. Cette fois, César dirige toute une nation de singes. Il a fait en sorte que ses congénères s'épanouissent au cours des années qui ont suivi leur soulèvement et leur libération. À présent, dix ans plus tard, il doit relever un nouveau défi : conserver son leadership bienveillant tout en protégeant sa compagne et leurs deux enfants, alors qu'il est de nouveau confronté aux humains. 
Andy Serkis confie : « Les défis qui ont forgé César dans le premier film ont évolué. Il se développe toujours intérieurement, il évolue, et cette fois il galvanise tout un groupe d'orangs-outans, de chimpanzés et de gorilles qui compte environ 2000 individus, tout en se montrant un chef ouvert et capable d'empathie. » L'acteur poursuit : « César est un singe alpha, un chef naturel. Les autres singes le respectent parce qu'il a un sens inné de la justice et de l'équité, qu'il accorde de la valeur à leurs opinions, et qu'il les inclut dans le processus de décision. C'est lui qui décide en définitive, mais il s'appuie sur les avis de son cercle de proches, qui oeuvrent comme un véritable conseil. » 
César éprouve des sentiments contradictoires envers les humains parce qu'il est né et a été élevé parmi eux. Will, le personnage de LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES, lui a transmis les croyances et le mode de pensée humain ; il a été en quelque sorte son père. César a connu l'expérience très humaine de se sentir rejeté et de trouver sa place parmi les siens. César étant à la fois un leader, un père et un compagnon, le personnage offrait un terrain riche à explorer pour Andy Serkis en tant qu'acteur. Celui-ci explique : « César est devenu père. Il a une compagne, un fils et un bébé. Il est responsable de la survie de toute une communauté. Par ailleurs, il ressent de l'empathie pour les hommes, et au plus profond de lui-même, il éprouve le besoin de communiquer avec eux. » 
Le principal contact humain de César est MALCOLM, le personnage interprété par Jason Clarke. Ancien architecte, Malcolm est veuf : sa femme est morte de la grippe simienne. Il élève seul son fils adolescent, et il cherche désespérément à garder espoir et à maintenir la stabilité qu'Alexander et lui ont trouvée au sein d'une petite colonie de survivants à San Francisco. Matt Reeves commente : « Malcolm est en quelque sorte le pendant de César : il essaie de reconstruire sa communauté dans les ruines d'un monde disparu à jamais. La méfiance règne dans chacun des deux camps, et chacun rejette la faute sur l'autre. Les humains éprouvent de la colère et du ressentiment envers les singes en raison des souffrances que le virus a causées à l'humanité. Les hommes jugent à tort les singes responsables, parce que ce sont en réalité les humains qui ont créé le virus en laboratoire dix ans plus tôt. » César comme Malcolm doivent faire des choix, prendre des décisions et accepter des compromis qui ne sont pas toujours populaires. Tous deux sont pères, et doivent non seulement protéger leur famille, mais aussi les sociétés toutes jeunes auxquelles ils appartiennent. Cette histoire est celle de deux familles, une humaine, une simienne. Si Malcolm est une figure clé dans la colonie humaine, le chef de celle-ci est DREYFUS, un personnage joué par Gary Oldman. Avant le déclin de la société, Dreyfus faisait partie de la police. À présent, il est devenu le chef de la colonie humaine qui survit tant bien que mal dans les ruines de San Francisco. C'est une figure d'autorité dont l'intention est non seulement de sauver ce qui reste de l'humanité, mais de rebâtir la civilisation des hommes, dix ans après les ravages causés par la grippe simienne. 
Gary Oldman explique : « La colonie est un melting-pot de survivants. Le virus a décimé des millions et des millions de personnes. Nous sommes les ultimes survivants, les rares à avoir eu la chance d'être immunisés génétiquement. Tous ensemble, nous avons formé une communauté qui essaie de survivre et de restaurer notre monde. » L'une des personnes qui travaille le plus à reconstruire sa vie est ELLIE, une infirmière qui travaillait au Centre de contrôle des maladies et a échoué à empêcher la contagion par le virus. Elle a réussi à instaurer des mesures de sécurité parmi les survivants à San Francisco. Entre elle et Malcolm, une relation est en train de naître. 
Keri Russell, qui interprète Ellie, explique : « Ellie est une personne forte et tenace - il le faut pour survivre dans ce monde. La vie est dure, la panique menace parce que tout le monde sent que cette petite société qu'ils ont eu du mal à reconstruire est sur le point d'exploser sous la pression. Ellie représente tout ce dont a besoin Malcolm. » La relation entre Ellie et Malcom impacte ALEXANDER, le fils de Malcolm, joué par Kodi Smit-McPhee. La mère du jeune homme est morte, elle fait partie des nombreuses victimes de la grippe simienne. Alexander a grandi dans ce monde dévasté, et il garde très peu de souvenirs de la vie d'avant. Sa réalité, c'est une lutte quotidienne pour la survie auprès de son père et des autres humains, au beau milieu des ruines de la civilisation. Kodi Smit-McPhee déclare : « C'est une histoire de survie, et une histoire de confiance et d'amour entre Malcolm et Alexander. Même si Alexander et tous les humains vivent sous une menace constante, c'est la seule vie qu'Alexander ait jamais connue, et il en a l'habitude. Cela lui a donné la force nécessaire pour survivre. » 
Les hommes sont confrontés à un formidable ennemi en la personne de KOBA, joué par Toby Kebbell. Ce bonobo à l'oeil blessé et au visage balafré a fait sa première apparition dans LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES. Il a passé la plus grande partie de sa jeunesse en cage en laboratoire : il était le sujet d'expériences scientifiques. Au cours des dix années qui ont suivi la libération des singes, il est devenu un guerrier grisonnant animé par une haine farouche pour l'espèce humaine. Pour lui, un bon humain est un humain mort. Toby Kebbell, qui a récemment décroché le rôle du méchant, le Docteur Fatalis, dans THE FANTASTIC FOUR qui sera réalisé par Josh Trank, déclare : « La relation de Koba et de César est celle d'un père et d'un fils, ou bien d'un frère aîné et de son cadet. César garde le contrôle, et Koba comprend cela. » 
CORNELIA est un personnage beaucoup plus doux. La jeune femelle chimpanzé découverte dans LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES vivait au Centre pour les primates de San Bruno. Elle est interprétée par Judy Greer. Dix ans après la révolte de César contre les hommes, leur relation alors naissante s'est épanouie. Elle est devenue la femme de César, la reine en quelque sorte, et la mère de ses deux enfants : un adolescent impatient et parfois rebelle nommé Blue Eyes (Nick Thurston), et un nouveau-né. À la sortie de LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES, les fans ont immédiatement compris que Cornelia avait été baptisée ainsi en hommage à Cornelius, leader des singes interprété par Roddy McDowall dans le film de 1968 LA PLANÈTE DES SINGES. Et étant donné sa relation romantique avec César, son nom est aussi une référence historique à Cornelia Cinna, la première femme du général romain et homme d'État Jules César. 
ROCKET, que l'on a lui aussi découvert dans LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES et qui était déjà interprété par Terry Notary, est un combattant redoutable et un des plus proches alliés de César. Comme dans LES ORIGINES, Terry Notary a également été coach en gestuelle simienne et chorégraphe des cascades pour ce film. On retrouve également Karin Konoval dans le rôle de Maurice, ancien orang-outang de cirque qui a été forcé de faire des numéros pour divertir ses geôliers humains. Maurice est à présent un singe âgé plein de sagesse, et un conseiller loyal de César. Il s'occupe aussi de l'éducation des jeunes singes du royaume de César. 

EN 3D ET EN DÉCORS RÉELS 

Matt Reeves, le réalisateur, avait su donner un réalisme inattendu à son thriller de science-fiction de 2008, CLOVERFIELD. Il déclare : « Tout ce que j'espère, c'est que même en sachant tout des effets visuels de LA PLANÈTE DES SINGES : L'AFFRONTEMENT, les gens se diront « Hé, attendez une minute : vous êtes sûrs qu'il n'y a aucun vrai singe dans ce film ? » 
Ce serait formidable parce que cela voudrait dire qu'il existe une vraie réalité émotionnelle. Si vous croyez que les singes sont réels et qu'ils éprouvent et expriment des sentiments qui vous touchent, alors votre implication en tant que spectateur sera d'autant plus grande. C'est à mon sens l'un des miracles qu'ont accompli les studios Weta. » 
Le producteur Dylan Clark ajoute : « Tout est né de la vision de Matt. Ce qu'il avait aimé dans LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES, c'est voir les singes affronter des problèmes, se poser des questions, et appliquer leur intelligence à des situations difficiles. Nous avons vraiment cherché à capter les singes en train de mener leur vie dans l'environnement que César a créé pour eux. » 
Matt Reeves reprend : « LA PLANÈTE DES SINGES : L'AFFRONTEMENT n'a pas été conçu comme une fiction. Il était vital de trouver la réalité des choses, il fallait que l'unique ingrédient fantastique soit le fait que les singes aient ce degré élevé d'intelligence. Tout le reste est rigoureusement réaliste. » Le réalisme est encore renforcé par le choix de la production de tourner en extérieurs. Plus de 85 % du film a été tourné dans les forêts de Vancouver et dans la région de La Nouvelle-Orléans. 
Andy Serkis commente : « C'est une avancée technologique considérable qui nous a permis de jouer en présence des autres acteurs et de ne jamais rompre le lien. » Tourner un film de cette ampleur en 3D native, à l'aide de caméras 3D, en couplant les prises de vues avec le travail de performance capture, complexe par nature, le tout au milieu de décors naturels superbes mais posant beaucoup de problèmes, a présenté un niveau de difficulté très supérieur à ce qui avait été fait pour LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES, pourtant déjà extrêmement complexe. LES ORIGINES avait été tourné principalement en décors intérieurs, mais L'AFFRONTEMENT dépeint une communauté de 2000 singes vivant dans un environnement naturel sauvage, une forêt pluviale. 
Andy Serkis commente : « Tout ce qui nous entourait, chacun des endroits où nous tournions présentait son lot de problèmes pour la performance capture. Jusqu'ici, personne n'avait tenté de combiner le tournage en 3D native et les décors naturels - du moins pas à cette échelle. Ce qui était réellement passionnant, c'était de chercher cette esthétique totalement réaliste des singes et ensuite de placer ces personnages dans des situations réalistes en milieu naturel. Il était vital de réfléchir à ce qui sonnait juste dans l'histoire, et en matière de travail, ma première réflexion ne portait pas nécessairement sur la 3D, mais avant tout sur le propos de la scène. » 
La juxtaposition de la beauté de Mère Nature et de la haute technologie hollywoodienne donnait un résultat frappant, comme le raconte Jason Clarke : « Se retrouver sur le plateau de tournage au beau milieu d'une forêt humide luxuriante en Colombie-Britannique était tout simplement incroyable. Une forêt ancienne, des caméras 3D, des caméras pour la motion capture, des câbles partout, des machines à fumée, à brouillard ; la pluie, la boue, une équipe comptant des centaines de personnes et 50 acteurs jouant les singes dans la forêt... J'ai toujours préféré tourner en décors naturels plutôt qu'en studio, je trouve que cela apporte davantage de réalisme au film. C'est valable aussi bien pour les acteurs qui jouent des personnages humains que pour ceux qui jouent des singes. Ces gens ne sont pas simplement cantonnés à jouer dans un « volume », un studio spécialisé. Ils peuvent interagir avec leurs partenaires, avec la forêt, avec la boue, les arbres, les rochers, la pluie... et tout le reste. » 
Keri Russell commente : « Nous étions vraiment coupés de la civilisation. Sur le tournage, c'était calme, magnifique, mais en même temps on était aussi une grosse production. Même en ayant tout ça sous les yeux, il était difficile de croire qu'ils avaient réussi à amener ces énormes caméras 3D en plein coeur de la forêt, avec tout ce que comprend le tournage d'un gros film, en empruntant ces petits sentiers entre les arbres... » Pour la performance capture, Weta Digital avait 35 personnes dans chaque équipe, une cinquantaine de caméras mo-cap et 8 caméras témoins qui tournaient constamment pour filmer tout ce qui touchait aux personnages-singes. 
Joe Letteri, superviseur senior des effets visuels, déclare : « Cette technologie de pointe ne doit jamais primer sur l'histoire et le jeu des acteurs, mais au contraire se mettre à leur service. Pouvoir filmer la performance capture sur site et travailler avec tous les autres acteurs permet d'obtenir une interprétation plus cohérente. Tout le monde vit l'instant en même temps. C'est ce à quoi nous aspirons avec cette nouvelle technologie que nous avons développée. » La magie des effets visuels et les merveilleux décors viennent soutenir l'histoire en permanence. Le chef décorateur James Chinlund a mis tout son savoir-faire au service de la vision qu'avait Matt Reeves du nouveau monde des singes. 
Il explique : « C'est un monde que la nature a conquis à nouveau. Nous avons fait de longues recherches sur la manière dont la nature repartirait à l'assaut de la planète si les hommes disparaissaient, et sur les étapes que suivrait l'évolution d'une société primitive. »
Le chef décorateur poursuit : « Dès le départ, Matt a été très explicite : il voulait autre chose qu'un monde simplement postapocalyptique. C'est l'histoire de la naissance d'une civilisation. Je vois cela comme un nouveau départ pour la planète Terre. C'était très excitant d'imaginer comment cela se produirait, de voir cette nouvelle nation se bâtir son propre monde. J'avais le sentiment que les singes allaient suivre le même chemin dans leur évolution que le nôtre, et sans doute aussi trébucher sur les mêmes obstacles et tomber dans les mêmes failles, connaître les mêmes interrogations sur la manière de construire leur monde. Ce projet a été une opportunité très intéressante et amusante d'essayer de penser comme un singe et de créer cette société. » 

CÉSAR PARLE ! 

LA PLANÈTE DES SINGES : L'AFFRONTEMENT explore aussi comment les singes ont évolué depuis les animaux intelligents mais pratiquement muets de LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES. Ils sont devenus des créatures douées de la parole, des êtres civilisés qui s'imposent comme l'espèce dominante sur Terre, dans la droite ligne de la franchise LA PLANÈTE DES SINGES. 
Matt Reeves explique : « Dans LES ORIGINES, les singes ne prononçaient que quelques mots. Ici, nous les montrons à l'aube de leur société, et en train d'apprendre réellement à parler. Inévitablement, la jeune génération est plus à l'aise et progresse plus rapidement que ses aînés, ce qui conduit à un portrait très complexe de la structure culturelle du monde des singes. Il s'agit de la société simienne qui finira par conduire à celle exposée dans le film de 1968 LA PLANÈTE DES SINGES réalisé par Franklin J. Schaffner, avec Charlton Heston, dotée d'un gouvernement organisé, d'une armée et de connaissances scientifiques. » 
Mark Bomback, coscénariste de L'AFFRONTEMENT, remarque : « L'une des principales difficultés que nous avons rencontrées dans l'écriture du scénario a été de dépeindre la manière dont les singes communiquent entre eux et de déterminer comment ils s'expriment verbalement. À la fin de LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES, on éprouve un choc lorsque César prononce une phrase complète. Dans L'AFFRONTEMENT, nous explorons comment ils ont progressé dans le langage. Nous avons beaucoup réfléchi et discuté de ce point, parce que la tentation était grande de leur écrire des pages et des pages de dialogues. Mais il fallait rester plausible : cela ne fait que dix ans que les événements des ORIGINES ont eu lieu, et si César, à l'époque, n'était capable de prononcer qu'une seule phrase, comment pourrait-il raisonnablement faire de longs discours dans ce film ? « La deuxième question, poursuit Mark Bomback, était de savoir pourquoi ils auraient eu besoin de se mettre à parler. Les singes étaient parfaitement capables de communiquer entre eux grâce au langage des signes, alors pourquoi éprouver la nécessité de parler comme des humains ? Par extension, à quel moment le langage des signes se révèle-il inadéquat ou insuffisant émotionnellement, ce qui oblige les singes à recourir à la parole ? » 
Matt Reeves commente : « À mes yeux, il était important que l'histoire, et des éléments comme le langage, ne fassent pas un trop grand bond en avant par rapport à l'état des choses dans LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES. Quand César dit « Non ! » dans ce film, cela m'a littéralement soufflé. » Ce sont précisément les expériences qui ont poussé César et ses semblables à s'échapper qui ont continué à développer leur intelligence, et les ont conduits à cette nouvelle forme d'expression verbale. 
Andy Serkis commente : « Leur évolution se traduit cette fois en termes de linguistique. Nous avons beaucoup travaillé pour créer ce niveau de sophistication : il ne s'agissait pas simplement de « trouver » un langage pour les singes. César communique par le langage des signes que les hommes lui ont appris, ce qui est devenu la manière unifiée de parler avec les autres singes. Et parallèlement, il s'est mis à verbaliser de plus en plus. » 

Affiche américaine


Autre post du blog lié à LA PLANÈTE DES SINGES : L’AFFRONTEMENT : http://epixod.blogspot.fr/2014/07/back-to-future_11.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire