mardi 18 juin 2013

Back to the future







Animation/Comédie/Famille/Papuuuche!

Réalisé par Chris Renaud et Pierre Coffin
Avec les voix, en version originale, de Steve Carell, Kristen Wiig, Russell Brand, Benjamin Bratt, Miranda Cosgrove, Steve Coogan, Kristen Schaal, Ken Jeong, Moises Arias, Dana Gaier, Elsie Fisher, Nasim Pedrad, Pierre Coffin, Chris Renaud...
Avec les voix, en version française, de Gad Elmaleh, Audrey Lamy, Eric Cantona...

Long-métrage Américain
Durée: 01h38mn
Année de production: 2013
Distributeur: Universal Pictures International France 
Titre original : Despicable Me 2

A partir de 6 ans

Date de sortie sur les écrans U.S.: 3 juillet 2013
Date de sortie sur nos écrans: 26 juin 2013 


Résumé : Ayant abandonné la super-criminalité et mis de côté ses activités funestes pour se consacrer à la paternité et élever Margo, Édith et Agnès, Gru, et avec lui, le Professeur Néfario et les Minions, doivent se trouver de nouvelles occupations. Alors qu’il commence à peine à s’adapter à sa nouvelle vie tranquille de père de famille, une organisation ultrasecrète, menant une lutte acharnée contre le Mal à l’échelle planétaire, vient frapper à sa porte. Soudain, c’est à Gru, et à sa nouvelle coéquipière Lucy, que revient la responsabilité de résoudre une série de méfaits spectaculaires. Après tout, qui mieux que l’ex plus méchant méchant de tous les temps, pourrait attraper celui qui rivalise pour lui voler la place qu’il occupait encore récemment.

Rejoignant nos héros, on découvre : Floyd, le propriétaire du salon Eagle Postiche Club pour hommes et suspect numéro 1 du crime le plus abject jamais perpétré depuis le départ de Gru à la retraite ; Silas de Lamolefès, le super-espion à la tête de l’Agence Vigilance de Lynx, patron de Lucy, dont le nom de famille est une source inépuisable d’amusement pour les Minions ; Antonio, le si mielleux objet de l’affection naissante de Margo, et Eduardo Perez, le père d’Antonio, propriétaire du restaurant Salsa & Salsa et l’homme qui se cache peut-être derrière le masque d’El Macho, le plus impitoyable et, comme son nom l’indique, méchant macho que la terre ait jamais porté.

Bande annonce (VOSTFR)



Ce que j'en ai pensé : Avec le même humour et les mêmes personnages adorables, Moi, Moche et Méchant fait son retour pour notre plus grand plaisir. Si vos enfants ont 6 ans ou plus, alors emmenez-les voir les aventures de cette famille tendre et drôle formée par Gru, Margo, Edith, Agnès, le Professeur Néfario et bien sûr les Minions. Le film est craquant. Les nouveaux personnages sont très sympas. 





Ce qui me sidère, c'est la richesse de chaque plan avec tous les détails disponibles. La réalisation de l'animation est impressionnante. Observez l'écharpe de Gru par exemple, on a l'impression de voir une écharpe réelle tant elle bouge en fonction des mouvements du personnage. 
La 3D est parfaitement adaptée pour les longs métrages d'animation. Les bêtises des Minions sont bien mises en relief du coup. Il n'est pas étonnant qu'un long métrage soit prévu avec eux en vedette. Ils sont tellement drôles et attendrissants!




Si vous avez la possibilité, je vous conseille tout de même la version originale. Les voix sont vraiment extras - de Steve Carell (Gru) à Kristen Wiig (Lucy) en passant par Russell Brand (Professeur Néfario) ou Leslie Fischer (Agnès). Les intonations et les expressions en anglais sont un plus dans le ton donné au film. 
Les relations familiales sont bien amenées. Le spectateur craque autant que papa Gru devant les grands yeux d'Agnès et comprend sa réaction quand Margo, l'aînée des trois filles, commence à s'intéresser aux garçons. 



Tous les personnages, même le chien de Gru, ont une super personnalité. Suivre leurs aventures est très agréable. Moi, Moche et Méchant 2 est bourré d'imagination et de trouvailles. L'histoire est facile à suivre pour des enfants et les parents pourront s'amuser à repérer les clins d'oeil et références qui font partie du scénario.
Sans aucun doute, Moi, Moche et Méchant 2 est une belle réussite. Il n'y a pas à hésiter, il faut aller le voir.


NOTES DE PRODUCTION
(A ne lire qu'après avoir vu le film pour éviter les spoilers!)

En 2010, le blockbuster d’Universal Pictures et Illumination Entertainment, MOI, MOCHE ET MÉCHANT, a séduit les spectateurs du monde entier, générant plus de 540 millions de dollars de recettes et se hissant à la dixième place des films d’animation les plus lucratifs de l’histoire aux États-Unis. Cet été, préparez-vous au retour des irrésistibles Minions dans MOI, MOCHE ET MÉCHANT 2.
Chris Meledandri et son équipe signent une toute nouvelle comédie d’aventures. Au programme : le retour de l’ancien super-vilain Gru, de ses trois adorables chipies de filles et des imprévisibles et délirants Minions... Rejoints par une foule de nouveaux personnages plus extravagants les uns que les autres.
MOI, MOCHE ET MÉCHANT 2 réunit à nouveau les deux réalisateurs Chris Renaud, cité aux Oscars, et Pierre Coffin. Le film est produit par Chris Meledandri, directeur général d’Illumination Entertainment, collaborant pour la troisième fois avec la productrice Janet Healy.
À la tête de l’équipe technique, on retrouve le chef monteur Greg Perler et les chefs décorateurs Yarrow Cheney et Eric Guillon, épaulés par l’auteur des chansons et mélodies originales du film, l’artiste et producteur de musique quatre fois récompensé aux Grammy Pharrell Williams, et le compositeur Heitor Pereira.
Le film en 3D est basé sur les personnages créés par Sergio Pablos, Cinco Paul & Ken Daurio et le scénario est signé Cinco Paul & Ken Daurio.

La vie d’un méchant repenti : la naissance de MOI, MOCHE ET MÉCHANT 2

Le film précédent nous montrait Gru, le plus méchant super-vilain du monde, confronté à un énorme dilemme quand il rencontre les trois orphelines qui vont changer sa vie. L’évolution de la relation entre Gru, Margo, Édith et Agnès était le coeur même de cette aventure animée, et demeure un élément essentiel de sa suite. En envisageant l’histoire de MOI, MOCHE ET MÉCHANT 2, les cinéastes estimaient que la fin du premier film (Gru se rendant compte à quel point il tient aux fillettes) était un nouveau point de départ pour les personnages. La constitution de cette famille singulière, et son évolution, fournissaient aux spectateurs du monde entier une possibilité d’identification. 

«Après le succès de MOI, MOCHE ET MÉCHANT, nous voulions tout naturellement faire un autre film. Une suite s’imposait d’elle-même. Les personnages, et les relations qu’ils avaient développées, nous offraient beaucoup de possibilités narratives, mais nous savions que le principal thème sous-jacent était l’évolution de cette famille. Ça ne faisait aucun doute», rapporte Chris Meledandri. «Des centaines de personnes ont réuni leurs talents pour réaliser MOI, MOCHE ET MÉCHANT. J’ai l’immense avantage de les avoir à nouveau à mes côtés. Un langage commun et un formidable esprit de collaboration sont nés des rapports que nous avons forgés sur le premier film.» 
À la productrice Janet Healy d’ajouter : «Nous nous connaissons très bien et savons comment combiner nos talents respectifs. Ça nous a beaucoup aidés à revisiter les personnages et leur univers, et à nous concentrer sur l’histoire, sans avoir à définir l’esthétique du film ou les caractéristiques de chaque personnage. Tout était là, nous n’avions qu’à piocher.» 
Dans MOI, MOCHE ET MÉCHANT 2, on retrouve Gru, les fillettes et les Minions, et on voit ce que la vie, après que Gru ait cessé ses activités criminelles, leur réserve. Pour Gru, il y a des questions essentielles auxquelles il doit répondre : est-il capable d’être un bon père et d’abandonner sa vie de super-vilain excitante (et lucrative) ? Comment sera-t-il à même de pourvoir aux besoins de ses filles, et de continuer à employer le Professeur Néfario et les Minions, alors que les profits de la vilenie sont de l’histoire ancienne ? 
«La vie de Gru a radicalement changé et son souci principal est désormais sa famille. Il essaie de trouver une façon de subvenir à ses besoins et a recyclé son laboratoire en industrie familiale, le transformant en usine de confitures», explique le producteur. Mais les fans de Gru n’ont pas à s’inquiéter, notre anti-héros ne s’est pas affadi et n’a pas perdu son cynisme. Il était important pour l’équipe de conserver de nombreuses caractéristiques propres au personnage de misanthrope qui a fini par conquérir le coeur de tous les spectateurs. 
Le réalisateur Chris Renaud explique : «Si Gru n’est plus un super-vilain, ça donne quoi ? Dans le premier film, nous avons montré sa passion pour la vilenie. Il voulait voler la lune, il avait ces desseins grandioses et voulait prouver qu’il était le plus grand des scélérats, même s’il ne l’était pas. Il était entouré des Minions et du Professeur Néfario et avait tout un arsenal à disposition. C’était un type bourru qui adorait la vie qu’il menait. S’il décide d’abandonner tout cela dans l’intérêt de sa famille, comment le vit-il et que va-t-il bien pouvoir faire ? Comment le personnage de Gru va-t-il évoluer ? Et les Minions ? De quelle façon allons-nous pouvoir rendre les personnages et leurs aventures palpitantes ? MOI, MOCHE ET MÉCHANT 2 répond à ces questions en agrandissant et complétant la famille.» On doit aux scénaristes Cinco Paul et Ken Daurio la reconversion de Gru : celui-ci décide de transformer son repaire sous-terrain en une usine tout ce qu’il y a de plus légale, une fabrique de confitures maison. Seul problème : celles-ci sont affreusement mauvaises et son plan tombe à l’eau. Mais ce qu’il y a d’encore plus alarmant pour Gru, c’est que son complice de toujours, le Professeur Néfario, regrette terriblement le bon vieux temps des méfaits et des vacheries et décide de démissionner. Gru se sent encore plus démuni, ce qui l’empêche de s’occuper correctement de ses trois filles et des centaines de Minions qui dépendent entièrement de lui. Alors que Gru tente tant bien que mal de s’adapter à son nouveau rôle de père de famille, une organisation ultrasecrète luttant sans relâche contre le Mal à l’échelle planétaire fait appel à lui. L’Agence Vigilance de Lynx (AVL) demande à Gru de l’aider à élucider l’identité du cerveau responsable du casse spectaculaire dont on a été témoin dans la scène d’ouverture du film. Il devient en effet de plus en plus évident que l’ex plus grand méchant du monde est le meilleur atout pour prendre au piège celui qui croit pouvoir lui subtiliser son titre. Et cela ne gâte rien que le QG d’AVL soit le sous-marin le plus cool de la terre. 
Le réalisateur Pierre Coffin nous en dit un peu plus long sur le rôle de cette organisation ultrasecrète qui ne s’intéresse qu’aux criminels qui projettent d’atomiser le Mont Fuji ou de faire fondre les deux pôles : «Si je fais l’analogie avec James Bond, l’Agence Vigilance de Lynx correspond à MI-6. Ce sont les gentils qui ont tous les gadgets super-cool. Leur devise, c’est, en gros, "Oh, le monde est menacé. On doit le sauver !" Faire appel à Gru ne coule pas de source pour eux. Mais ils comprennent aussi qu’il n’y a pas de meilleur candidat pour cette mission.» 
Ragaillardi par son retour à une vie plus trépidante (même si c’est du côté des gentils), Gru doit gérer sa mission top-secrète sans négliger ses responsabilités de père. Et que deviennent donc les fillettes ? Agnès est toujours aussi adorable, mais rêve d’une présence maternelle dans cette drôle de famille. Édith trouve que Gru est le mec le plus cool du monde, mais regrette en secret qu’il ait abandonné ses frasques diaboliques. Et Margo a atteint l’âge auquel les filles commencent à penser aux garçons, au grand dam de Gru, dont la propre réticence à trouver l’âme soeur redouble. 
Pour le producteur, un des secrets de la réussite de cette histoire tient au fait de se reconnaître dans un ou plusieurs de ces quatre personnages : «L’épine dorsale de ce film est la cellule familiale. C’est une famille improbable, constituée d’exclus et de marginaux qui se sont trouvés et ont créé leur propre famille. Même s’ils ne ressemblent à aucune autre, une grande partie de ce qu’ont vécu Gru et les fillettes nous parle directement.»
Lorsque Gru rejoint AVL pour débusquer le plus culotté des super-vilains en exercice, on lui assigne, contre son gré, une coéquipière dont le zèle n’a d’égal que son exubérance. Pour Gru, c’est l’aversion immédiate. Il n’était pas préparé à travailler en équipe et tout ce qu’est ou fait Lucy l’exaspère, du moins au début. Alors que Gru et Lucy s’installent dans une boutique de gâteaux du centre commercial du coin pour surveiller discrètement ses abords, Gru se voit confronter au problème qu’il s’est évertué à ignorer depuis tout petit : encore traumatisé par le rejet qu’il a dû essuyer dans la cour d’école, Gru est-il prêt pour une relation amoureuse adulte ? Agnès n’est pas la seule à croiser les doigts pour que ça marche. 
Chris Meledandri se réjouit que les scénaristes soient allés fouiller dans le passé de Gru. Après tout, les célèbres méchants ne débarquent pas de nulle part : ils se construisent. «On comprend que Gru est asocial et content de l’être. Ça remonte à son enfance, quand il s’est fait lamentablement humilier devant toute l’école par une fille à qui il avait déclaré sa flamme. Et il a tout fait pour que cela ne se reproduise jamais. Mais ses filles estiment qu’il est temps pour lui de reprendre du service avec les dames», explique le producteur. Pour Pierre Coffin, ce qui différencie MOI, MOCHE ET MÉCHANT de la majorité des films d’animation, c’est qu’il prend fait et cause pour l’amour : «Nous voulions évoluer dans cette direction. Gru élève seul ses fillettes, et la suite logique est pour lui de trouver une compagne, une âme soeur. C’est alors que Lucy entre en scène.» Mais Gru n’est pas le seul que cette rencontre va bouleverser. «En voyant Gru avec ses filles, une étincelle va naître dans le coeur de Lucy. Ajoutez cela à l'admiration qu'elle lui porte pour tous ses méfaits grandioses du passé, et Lucy est presque conquise d’avance.» 
Mais qui est donc cet insaisissable scélérat capable d’utiliser un énorme bateau magnétique pour subtiliser un laboratoire secret situé dans le cercle Arctique ? Gru croit de plus en plus fermement qu’un illustre malfrat, El Macho, est responsable de ce cambriolage extravagant. Mais l’Agence Vigilance de Lynx, dirigée par Silas de Lamolefès, reste sceptique. Après tout, El Macho est censé avoir péri de façon spectaculaire il y a déjà plusieurs années. Faisant confiance à son instinct, Gru ne démord pas de l’idée qu’El Macho se dissimule derrière les traits d’Eduardo Perez, le propriétaire du restaurant du centre commercial Salsa & Salsa. À mesure que l’enquête progresse, on découvre qu’Eduardo, sous son masque de père aimant et de danseur hors pair, venu commandé des petits gâteaux pour fêter Cinco de Mayo, la fête nationale célébrée au Mexique, est bel et bien El Macho. Mais que concocte El Macho ? Et pourquoi les Minions de Gru disparaissent-ils bizarrement ?
Faire un film dont l’humour est susceptible de réjouir toute la famille n’est pas chose facile, et les cinéastes ne voulaient aliéner ni les petits ni les grands par leurs choix artistiques. «Ça s'est fait tout naturellement», explique Chris Meledandri. «Ici, scénaristes comme réalisateurs font d’abord des films qui leur plaisent à eux. Il se trouve que certains d’entre eux sont eux-mêmes parents, mais ils n’ont pas essayé de faire un film pour adultes ni un film pour enfants, ils ont fait un film qu’ils estiment attrayant et distrayant.»
L’histoire, les motivations de chacun, l’intrigue et les personnages bien définis, producteurs et réalisateurs étaient prêts pour cette nouvelle aventure.

"Krumpers" et chevaucheurs de requins : qui est moche et qui est méchant ?

Ayant délaissé son Pistogel et sa fabrique de confitures à peine digestes, Gru s’est fait de nouveaux amis, et de nouveaux ennemis. Ci-dessous, un guide des habitués, bons ou mauvais, et des nouveaux venus qui peuplent l’univers de Gru.

LUCY
Kristen Wiig / Audrey Lamy
Une agente secrète hors pair, Lucy fait équipe avec Gru pour traquer un super-vilain extrêmement redoutable. Elle adore impressionner Gru avec ses gadgets délirants et une forme d’art martial qu’elle a elle-même perfectionnée en combinant Jujitsu, Kravmaga, des techniques de combat aztèques et le krump. À l’opposé de Gru, elle a du mal à réprimer son enthousiasme et ses élans de joie, qui ont une fâcheuse tendance à attirer l’attention dans les situations les moins propices…
En particulier pendant leurs opérations secrètes. Elle ne cède jamais le pas à Gru, sans pour autant concéder une once d’élégance ni un centimètre de talon.

GRU
Steve Carell / Gad Elmaleh
Gru, l’un des plus grands super-vilains de tous les temps, a mis de côté ses activités funestes et s’attelle désormais à être le meilleur papa du monde. Alors qu’il maîtrise à peine ses nouvelles responsabilités, il est recruté de force par une organisation ultra-secrète de lutte contre le Mal à l’échelle planétaire qui le place dans une situation délicate : il doit collaborer avec les gentils pour sauver la planète. Habituellement inébranlable, Gru doit faire face aux périlleuses épreuves qui surviennent quand les enfants grandissent, et à l’envie impétueuse de faire le premier pas avec une femme, tout ça provoquant chez lui la panique totale.

MARGO
Miranda Cosgrove
L’aînée des trois soeurs, Margo est l’épine dorsale de la famille. Posée et raisonnable, elle veille sur les deux cadettes et sur l’harmonie familiale. Mais elle atteint un âge où les SMS avec ses copines, et les garçons, prennent de plus en plus de place dans sa vie, ce qui a le chic de mettre Gru hors de lui. 
ÉDITH
Dana Gaier
Toujours aussi maligne et moqueuse, Édith est un vrai garçon manqué. Elle préfère demander pardon que la permission et traverse une phase «ninja», cherchant perpétuellement à participer aux opérations secrètes de Gru.
Elle adore jouer des tours et semer la pagaille avec les gadgets du Professeur Néfario.

AGNÈS
Elsie Fisher
La cadette des trois soeurs est toujours aussi débordante de tendresse et d’affection. Obnubilée par les licornes et tout ce qui est doux et molletonné, elle est tellement craquante que ses câlins sont à même de ramollir le coeur du plus insensible des super-vilains.

LE PROFESSEUR NÉFARIO
Russell Brand
Savant fou un brin étourdi et fidèle collaborateur de Gru, son audition laisse de plus en plus à désirer, lui faisant élaborer par mégarde des armes aux effets désastreux. Les nouvelles responsabilités paternelles de Gru ont tendance à lui faire regretter le bon vieux temps où tous deux s’adonnaient à perpétrer les délits les plus fantasques.

LES MINIONS
Pierre Coffin & Chris Renaud
Loyaux petits serviteurs jaunes et baragouineurs de Gru, les Minions aiment causer dégâts et grabuge presque autant qu’ils raffolent des bananes. Facilement distraits, ils sont à la fois imprévisibles, curieux et d’un charme désarmant. D’un naturel compétitif qui provoque parfois entre eux des batailles de baffes, il suffit qu’un élément extérieur s’ingénie à leur faire du tort ou tente de nuire à Gru et à sa famille, et ils se transforment alors en bêtes féroces.

LES MINIONS MÉCHANTS
Pierre Coffin & Chris Renaud
Mauves, la tignasse en bataille, les Minions méchants sont une version encore plus demeurée de leurs joyeux homologues jaunes. Ce sont d’indestructibles et cruelles machines à engloutir qui dévorent tout ce qu’il y a dans le frigo, et le frigo en prime !

EDUARDO / EL MACHO
Benjamin Bratt / Éric Cantona
Eduardo est le propriétaire aussi chaleureux que dragueur du restaurant Salsa & Salsa dont les talents de danseur torride font tomber les femmes en pâmoison. Sa personnalité plus grande que nature n’a de rival que son tour de taille. Mais ce visage jovial cache-t-il le super-vilain n°1 que recherche si assidûment l’Agence Vigilance de Lynx ?
El Macho est le plus impitoyable, redoutable et, comme son nom l’indique, méchant macho que la terre ait jamais porté. Enfin… jusqu’à ce qu’il trouve la mort en plongeant à dos de requin dans un volcan en activité avec plus de 115 kilos de dynamite sanglés autour de la poitrine. Son corps n’a cependant jamais été retrouvé. Ses seules reliques : une poignée de poils du torse roussis.

ANTONIO
Moises Arias
Charmant, rebelle et sûr de lui, Antonio est un séducteur dans la droite lignée de son père Eduardo, et quand Margo croise son regard au centre commercial, elle perd tous ses moyens. Ses sentiments sont réciproques et Antonio est prêt à tenir tête au papa poule qu’est devenu Gru pour conquérir l’élue de son coeur.

FLOYD
Ken Jeong
Floyd est propriétaire de l’Eagle Postiche Club pour hommes situé dans le centre commercial où Gru et Lucy mènent secrètement leur enquête, et en tant que tel, il est persuadé de détenir la parfaite solution pour rendre Gru plus attirant pour les femmes qui (Hum ! Hum !) se bousculent pour passer une soirée avec lui. Sous ses extérieurs fantasques, Floyd pourrait cacher un côté très obscur.

MARCEL/KYLE (en VO)
Chien de garde de Gru, d’une espèce inconnue résultant d’un possible croisement entre un pitbull et un piranha, son caractère va de pair avec son patrimoine génétique.
Quand il a vu les fillettes pour la première fois, il n’avait de cesse de vouloir en faire son quatre-heures.
Aujourd’hui, il ne pourrait plus vivre sans elles et leurs câlins quotidiens.

La famille évolue : le casting des voix

Ce qui motiva d’abord Steve Carell à jouer ce méchant grincheux, à l’accent bizarre et au coeur gros comme ça, tient au fait que MOI, MOCHE ET MÉCHANT s’adressait autant aux enfants qu’aux parents. «Je suis père de deux jeunes enfants et je pouvais me retrouver dans cette histoire dépeinte avec honnêteté. Avoir des enfants change radicalement la vie», déclare l’acteur. Et le succès international du film fut pour lui une grande satisfaction : «Les enfants comprenaient et appréciaient l’humour, les parents, la situation. Le film est universel, tout en étant drôle, excitant, et délicieusement absurde par moments.» 
Suivant l’évolution des personnages, Steve Carell s’identifie aujourd’hui à la réticence de Gru face à une Margo qui grandit et veut sortir avec Antonio. «Margo entre dans l’âge où les filles commencent à s’intéresser aux garçons, et c’est un bouleversement énorme pour Gru, comme c’est le cas pour la majorité des pères qui soudainement ne sont plus le petit papa chéri de leur fille, et une tension s’installe entre le père et le soupirant.» 
Pour Chris Meledandri, les deux films n’existeraient pas sans l’excellent travail de Steve Carell : «Steve a été un collaborateur essentiel. Nous voulions un acteur capable de susciter l’empathie, par sa voix et son jeu. Gru n’est pas seulement un méchant, il est ronchon, caustique et irritable, et nous savions que pour que le film fonctionne, les spectateurs devaient s’attacher à lui. Steve nous a aidés à définir le personnage, ce qui à son tour a généré de formidables idées scénaristiques.» 
Quand on retrouve Gru, tout chez lui, sauf sa garde robe, a changé. Il tente de s’adapter à sa nouvelle vie rangée et à ses responsabilités de père, et une idylle amoureuse est bien la dernière de ses préoccupations. C’est pourtant ce qui se dessine quand il rencontre Lucy Wilde, la plus énergique des agents secrets de l’Agence Vigilance de Lynx. Alors que les coéquipiers forcés s’affairent à résoudre leur enquête et à trouver le super vilain susceptible de mettre la planète en péril, ils se découvrent une surprenante attirance réciproque. 
Celle qui donne à Lucy tout son peps, tenait déjà un rôleclé dans le premier film. La performance de Kristen Wiig en Miss Hattie, la mégère en charge de l’orphelinat où vivaient les trois fillettes, avait tellement impressionné les producteurs et les réalisateurs qu’ils firent appel à elle pour prêter sa voix à leur nouvelle héroïne. Comme Steve Carell, Kristen Wiig ne s’attendait pas au succès planétaire de MOI, MOCHE ET MÉCHANT : «C’était une surprise, et j’adore le fait que le héros soit un méchant. L’histoire de ce type un peu bizarre qui s’ouvre aux autres et à lui-même est touchante et drôle. Les gens veulent connaître la suite. À la fin du premier film, on se demandait comment les choses allaient fonctionner pour lui et sa nouvelle famille. On les retrouve unis et on assiste à leur évolution.» La comédienne connue comme la femme aux mille voix et aux mille visages dans l’émission «Saturday Night Live», et dont la carrière a fait un immense bon en avant avec la sortie de MES MEILLEURES AMIES (Paul Feig, 2011), qu’elle a coécrit, reconnaît la liberté inhérente au travail de voix sur les films d’animation : «Vous pouvez faire tout ce que vous voulez avec votre corps et votre visage, il n’est jamais question de cela. Et les dialogues et l’histoire étaient tellement bien écrits qu’il y avait de quoi bien s’amuser.» 
Pour le producteur, «Lucy est très autonome. Elle peut sembler un peu fofolle, mais elle sait être très convaincante. Elle ne ressemble à aucun des personnages que Kristen a joués auparavant, et à la regarder dans le film, on se rend compte que les animateurs et les cinéastes se sont beaucoup inspirés de l’enregistrement vocal qu’elle leur a fourni.» Il apprécie également la tournure que les scénaristes ont donnée à la relation de Lucy et Gru : «Notre anti-héros commence à se rendre compte que, contre toutes attentes, il aime bien sa nouvelle coéquipière. Et la réaction des spectateurs suit celle de Gru. L’alchimie entre Steve et Kristen est indiscutable.» 
Les discordes entre Gru et les filles ayant été réglées, celles-ci s’épanouissent dans leur nouvelle vie de famille. Les trois jeunes actrices, Elsie Fisher, Dana Gaier et Miranda Cosgrove, ayant grandi avec leur personnage, reprennent ici leur rôle respectif d’Agnès, Édith et Margo. «Agnès est toujours aussi mignonne, et Édith, toujours aussi délurée. Pendant la moitié du film, elle arbore une tenue de ninja : un de ces trucs bizarres que font les enfants. Quant à Margo, elle découvre les garçons, et la réaction de Gru, pour moi qui ai aussi une fille, est un des éléments les plus drôles du film», déclare Chris Renaud. 
De son rôle, la jeune actrice Miranda Cosgrove déclare : «Margo a grandi, et il ne fait plus aucun doute qu’elle a adopté Gru autant que lui. Ils forment désormais une vraie famille. Elle ressent également ses premiers émois amoureux et ces scènes furent très sympas à jouer parce que Margo est raide dingue de ce garçon. J’ai essayé de me souvenir de mes premiers flirts à l’école primaire.» «Chaque spectateur peut trouver un personnage auquel s’identifier. Quand mon père a vu le film, il a adoré Gru et le fait qu’il soit le héros. Mais il y a également les trois fillettes, qui ont des caractères très différents», ajoute-t-elle encore. 
Quant à Dana Gaier, elle reconnaît qu’elle n’est pas si différente de son personnage : «Édith et moi aimons bien semer la pagaille et taquiner nos soeurs. J’ai une soeur aînée, et j’ai toujours envie de la charrier. C’est comme ça entre soeurs.» Si Margo est la grande soeur surprotectrice qui tombe amoureuse pour la première fois et Agnès, le bébé de la famille, Édith est quant à elle toujours sur le qui-vive. Pour la jeune comédienne, «les enfants devraient admirer l’intrépidité d’Édith et le fait qu’elle ne se dégonfle devant rien. J’étais en sixième quand j’ai débuté sur le premier film, et chaque séance d’enregistrement m’a fait apprécier l’histoire et mon personnage de plus en plus.» 
C’est avec un plaisir indéniable qu’Elsie Fisher reprend le rôle d’Agnès dans lequel elle a débuté à l’âge de quatre ans, en volant presque la vedette à Gru et aux Minions. Avec un penchant pour les câlins et les inepties, Agnès est d’une loyauté féroce. Elle s’est assuré l’amour inconditionnel des Minions à la seconde où ils lui ont fabriqué son joujou préféré avec un balai de toilettes, et rien n’est plus important pour elle que l’unité de sa famille. Pour la comédienne en herbe, «Agnès sera toujours la fifille à son papa. Elle a plusieurs personnalités : elle peut être un peu dingo, puis gentille, et toujours adorable.» Et quand, poursuivie par les Minions méchants, il lui a fallu hurler à tue-tête, Elsie Fisher admet qu’elle n’a pas eu trop de mal : «Quand ma chienne Allie a failli se faire écraser, j’ai hurlé et pleuré très fort. Je m’en suis souvenu, et je me suis entraînée à le faire de plus en plus fort.» 
La famille de Gru ne serait pas au complet sans le délicieux Professeur Néfario, aussi gâteux et sourd que toujours. Le comédien Russell Brand incarne à nouveau, avec toute sa malice et sa verve, le savant un peu piqué. Néfario en a assez de fabriquer des confitures immangeables et il regrette le bon vieux temps où lui et Gru s’évertuaient à faire le Mal. Quand il démissionne abruptement (enfin, aussi abruptement qu’il en est capable), Gru, les filles, et par-dessus tout les Minions, pleurent l’absence du doyen de la famille. Mais notre antique savant est loin d’avoir dit son dernier mot. 
Quatre nouvelles recrues viennent compléter cette talentueuse distribution. Connu pour son interprétation de M. Chow dans la saga des VERY BAD TRIP (Todd Phillips, 2009, 2011 & 2013), Ken Jeong interprète Floyd Eagle-san, que l’Agence Vigilance de Lynx suspecte d’être l’auteur d’une récente série d’audacieux méfaits. Mais Gru doute fortement que le propriétaire du salon de moumoutes pour messieurs soit leur coupable. Le seul crime dont Floyd semble capable, c’est de donner d’abominables conseils capillaires. 
Comique anglais de renom, Steve Coogan interprète Silas de Lamolefès, le patron très british d’AVL qui recrute Gru sur la base des crimes spectaculaires qu’il a commis dans le passé. Pour le producteur, «le talent vocal de Steve est exceptionnel. Sa voix est très riche et il donne à son personnage un humour très pince-sans-rire. Impossible pour lui de dire une réplique sans que ça devienne immédiatement un poème.» 
Le jeune comédien de 19 ans, Moises Arias, connu pour son interprétation de Rico dans la série à succès «Hanna Montana – Portrait d’une rock star» (2006-11) et pour ses performances vocales dans ASTRO BOY (David Bowers, 2009) et ARRIETTY : LE PETIT MONDE DES CHAPARDEURS (Hiromasa Yonebayashi, 2010), prête ici sa voix au personnage d’Antonio, décidé à conquérir le coeur de Margo, au plus grand désespoir de Gru. 
Et pour le double rôle-clé d’Eduardo et d’El Macho, les cinéastes eurent la grande joie d’obtenir la participation du très talentueux Benjamin Bratt. Séducteur et danseur hors pair, le propriétaire du restaurant Salsa & Salsa pourrait bien cacher un énorme secret aux conséquences désastreuses pour Gru et pour ses Minions. Chris Meledandri nous explique : «El Macho est mort de la façon la plus macho qui soit : à dos de requin et harnaché de dynamite, il a plongé dans le cratère d’un volcan en activité. Et Gru est convaincu que derrière le sympathique Eduardo se cache cette infâme figure du passé.» Heureusement pour la production, Benjamin Bratt connaissait bien MOI, MOCHE ET MÉCHANT grâce à ses deux enfants qui en sont fans, et les réalisateurs apprécièrent d’emblée le registre que l’acteur était à même de couvrir dans sa double interprétation. «Benjamin prenait un ton très bravache, puis parlait avec une toute petite voix. Il a un très large registre vocal qui dynamise beaucoup sa performance», déclare Chris Renaud. À Pierre Coffin de confirmer : «Quand Eduardo fait volte-face et que l’on découvre son côté maléfique, Benjamin altère très légèrement sa voix pour lui donner une inflexion menaçante. Cette voix contraste avec le personnage, un type un peu courtaud qui a été très costaud mais s’est laissé aller. C’est ce qui fait tout son intérêt.» Quant à sa participation au film, l’acteur déclare : «J'étais attiré par l'idée de jouer un personnage qui s'intègre parfaitement à l'univers de Gru, avec un caractère exubérant et expansif au-delà de tout ce qu'il est possible d'imaginer. C'était une formidable opportunité d'interpréter quelqu'un de si démesuré en termes de passions et d'appétit, un homme extraordinairement macho, aussi dangereux que tendre. Le film est extrêmement drôle, en partie grâce aux débordements irrésistibles d'Eduardo/El Macho, ce surplus de vie, d'amour, et de diabolisme, exprimé avec tant de zèle.» Pour lui, le fait de pouvoir être à la fois charmant et expansif en Eduardo, et réellement menaçant en El Macho, fut une expérience fort agréable : «L'attrait et la difficulté de ce rôle tiennent à l'équilibre qu'il fallait trouver entre charme et menace, et je pense que la solution se résumait à le jouer comme un homme qui savoure tous les aspects de sa vie, qu'il s'agisse d'élever son fils, de diriger son restaurant ou de comploter pour régner sur la planète entière», continue-t-il. 
Dans les nouveaux rôles secondaires, on pourra remarquer Nasim Pedrad du «Saturday Night Live» en Jillian, la voisine fouineuse de Gru qui ne lui fichera pas la paix tant qu’il refusera de sortir avec Shannon (Kristen Schaal de la série «30 Rock»), une blonde platine aussi obsédée par le fitness que par la chirurgie esthétique.

L’écharpe est de rigueur : style visuel et conception des personnages

Peu de gens le savent mais le style visuel de MOI, MOCHE ET MÉCHANT s’inspire du travail des dessinateurs Charles Addams et Edward Gorey dans une forme que l’équipe a baptisée «le gothique banlieusard». Dans MOI, MOCHE ET MÉCHANT 2, les deux chefs décorateurs Éric Guillon, déjà directeur artistique sur le premier film, et Yarrow Cheney honorent à nouveau le travail d’Addams et Gorey de façon unique, en mêlant au gothique des éléments lumineux et colorés. 
Une fois encore, le Studio d’animation Illumination Mac Guff, basé à Paris, est responsable de l’exécution du film. Pour la productrice Janet Healy, «le film tire un profit unique de la culture française. Il y a de formidables écoles dont sortent chaque année des animateurs de talent, des gens qui savent modéliser, texturer, éclairer, composer, et parfaitement réaliser tous les effets voulus.» S'exprimant au nom de toute l'équipe, Pierre Coffin résume : «Le mot d'ordre, en termes de personnages et d'animation, c'est que durant les cinq premières secondes, le spectateur doit oublier qu'il regarde un film d'animation. Il doit être à même de comprendre ce que chaque personnage ressent. Le dessin sert les voix, et vice-versa.» 
Aux personnages connus vient s’ajouter la dernière création des scénaristes, Lucy, que les animateurs eurent à incorporer à un univers existant, tout en la faisant ressortir comme nouvelle héroïne. La productrice explique : «Éric Guillon a dessiné ce nouveau personnage génial qui contraste avec Gru. Lucy est très stylée, elle est grande et mince, avec les cheveux roux.» Et comme Gru, il lui fallait un accessoire autour du cou. «Tous les personnages créés en France ont une écharpe ou un foulard. Ça rend leur animation un peu plus difficile, mais ça en vaut la peine», s’amuse Janet Healy. 
Les animateurs français s’inspirèrent également d’icônes de la comédie telles que Charlie Chaplin, Buster Keaton et Jacques Tati, mais également de génies de la gestuelle plus proches de nous, comme Rowan Atkinson ou Peter Sellers. Pierre Coffin commente : «Ça fait partie de notre culture. Nous avons grandi avec ces films, et avec la bande dessinée, et ça influence naturellement notre travail.» Et il donne une scène en exemple : «Quand Lucy essaie de mettre ce pauvre Gru dans le coffre d’une voiture, et qu’on étire la scène au maximum. On aurait pu couper court. Elle aurait pu le flanquer dans le coffre, et terminé. Mais on la fait durer le plus longtemps possible pour rendre compte à quel point c’est pénible et humiliant pour Gru, ce qui est d’autant plus drôle que Gru est censé être ce type très supérieur, c’est qui n’est que du bluff.» 
Pour Chris Renaud, Illumination Mac Guff est l’endroit idéal pour faire se rencontrer les influences du monde entier : «Il y a des châteaux d’eau dans la ville où vit Gru qui ressemblent à ceux qu’il y avait à Brooklyn quand j’étais étudiant. Mais les portes ont des poignées centrales, comme on peut en voir à Paris. C’est un mélange des cultures dont bénéficie le film dans son ensemble.» Il cite comme autre exemple l’élaboration du personnage d’El Macho : «Nous avons pensé à El Santo, le fameux catcheur mexicain, et nous sommes partis sur un El Macho musclé et affublé de son masque et de sa cape. Mais, à mesure que l’histoire se développait, nous nous sommes rendus compte qu’il serait plus judicieux que notre homme ne soit plus au top de sa forme et que Gru doute de son identité.» 
Qu’il s’agisse de la garde-robe de Silas de Lamolefès ou des poignées de porte de Gru et de ses compatriotes, le design de MOI, MOCHE ET MÉCHANT 2 est unique et marquant, et Chris Meledandri déclare : «Je suis toujours stupéfait par la qualité des détails que notre équipe parisienne est à même de produire, particulièrement au niveau des tissus et des surfaces. Quand on regarde le film, on sait que ce n’est pas la réalité, mais les vêtements des personnages sont si détaillés que ça crée une impression de réalité. C’est fascinant.» Les réalisateurs reconnaissent que la frontière entre le monde de Gru et le leur est parfois ténue. La forme résultant de la fonction, Chris Renaud s’amuse à raconter que plusieurs aspects de la vie de famille de l’ex-super-vilain sont directement tirés de la sienne, comme l’apparition de Gru en Fée-Princesse pour l’anniversaire d’Agnès : «Nous avons parlé du dévouement de Gru et de ce qu’il serait prêt à faire pour que l’anniversaire de sa petite princesse soit un événement spécial. D’habitude, c’est ma femme qui me force à faire ce genre de choses. J’ai déjà été un requin, Dark Vador et une espèce de créature rose pour ma fille. J’ai l’impression que c’est tiré d’une expérience commune à tout parent. Ou c’est juste moi.» Et Pierre Coffin explique que les dessins de son équipe sont directement liés au travail vocal des acteurs : «C’est presque de la magie : quand Gru dit une réplique, on est à même de jouer avec, de la modifier légèrement, et de la même façon, on peut retravailler ses mouvements en fonction de sa voix, et montrer par exemple qu’il ne pense pas ce qu’il dit. C’est une situation de rêve, tous nos animateurs sont en quelque sorte des acteurs.»

De la France aux États-Unis : Illumination Entertainment en action

Avec Illumination Entertainment basé à Santa Monica, en Californie, et Illumination Mac Guff à Paris, cela permettait, d’après Chris Renaud, de bénéficier ce qu’il y a de mieux dans chaque pays : «En France, la formation aux métiers de l’animation est inégalable, et les animateurs et les artistes qui sortent de ses écoles sont les meilleurs. Il y a également une culture de la bande dessinée et de l’animation assez unique. Aux États-Unis, il y a une très bonne maîtrise de la production et de la distribution internationale.» 
Et la productrice explique : «Chris Meledandri tenait au fait que les artistes travaillant pour Illumination soient à même de le faire chez eux. Nous bénéficions aujourd’hui de tous ces moyens de communication, et grâce à iChat ou Skype, nous pouvons facilement converser d’un pays à l’autre. Nos artistes n’ont pas à être sur un site spécifique. C’est une très bonne façon de développer et profiter de nos talents-clés. Quand nous avons acquis le département animation de Mac Guff, la société existait déjà depuis plus de 30 ans, avec des moyens techniques très développés.» «Nous nous sommes rendus compte qu’entre le scénario, le story-board, le montage et l’animation, tout peut changer. Tout le monde intervient et apporte sa contribution. Les choses s’améliorent, se compliquent, à toutes les étapes, et nous essayons sans cesse de voir comment cela s’intègre dans le film en entier. Chaque 10 ou 12 semaines, nous faisons une pause et nous regardons le tout en adoptant le point de vue des spectateurs. C’est un travail par incrémentation. Entre le moment où une scène a l’air bien sur le story-board et a été découpée pour des essais de voix, jusqu’au moment où elle est enregistrée puis animée, en passant par les 14 départements d’infographie par lesquels elle doit passer, des mois se sont écoulés», explique encore la productrice. 
Les images de MOI, MOCHE ET MÉCHANT étaient d’une très grande qualité, mais les cinéastes furent à même de faire encore mieux. «Techniquement, MOI, MOCHE ET MÉCHANT 2 est un bond en avant. Illumination Mac Guff a tout réorganisé au niveau des étapes de travail et des rendus, qui sont si complexes. Et les images sont de cette qualité parce que nous utilisons désormais la radiance, une technique de calcul d’éclairage (ou illumination) généralement utilisée pour les effets spéciaux, mais pas pour l’animation. La qualité des détails est nettement supérieure à celle du film précédent», déclare Pierre Coffin. L’expérience et l’existence du film précédent a ainsi permis à l’équipe d’élaborer d’avantage le design des personnages. La productrice raconte : «Comme nous avons eu un peu de temps entre les deux films, nous avons, par exemple, pu modifier le modèle de Margo. La nouvelle Margo est plus expressive et d’autant plus attachante.»

Poulet Tikka Massala : les gentils Minions tournent mal

D’abord imaginés comme des petits hommes de main jaunes en forme de capsule, destinés à épauler Gru dans ses méfaits, les Minions vont voir, au cours de l’élaboration de MOI, MOCHE ET MÉCHANT 2, leur rôle progresser. À mesure que leur design et leur fonction évoluaient, les cinéastes se sont rendus compte de leur potentiel narratif et comique et les ont intégrés de plus en plus dans l’histoire. 
«Les Minions vont continuer à nous surprendre et à nous ravir. Aussi adorables qu’ils soient, leur qualité première reste l’imprévisibilité», commente le producteur. «La seule comparaison à laquelle je puisse penser en termes de réaction du public à un personnage animé est celle provoquée par Scrat dans L’ÂGE DE GLACE 2 (Carlos Saldanha, 2006). Mais Scrat est un personnage qui a une fonction et un but déterminés. Les Minions sont des personnages non verbaux. Ils ne sont pas nés d’une nécessité narrative mais d’une recherche visuelle. Ils parlent aux spectateurs du monde entier parce qu’ils ne sont pas déterminés par une culture spécifique», déclare Chris Meledandri. 
À Pierre Coffin de poursuivre : «Ces gars étaient décrits comme des brutes dans le scénario et on s’est dit avec Chris Renaud que Gru, en tant qu’anti-héros, ne pouvait pas être épaulé par une armada d’orques. On a demandé à Éric d’élaborer un personnage très simple qu’on pouvait reproduire en quantité. Il a eu l’idée de ces bonshommes en forme de capsule avec des lunettes de protection.» Les premiers essais de voix des Minions n’étant pas concluants, Pierre Coffin s’attela à la tâche : «J’ai travaillé sur beaucoup de publicités et de séries et il m’est arrivé de faire des voix pour dépanner. J’ai dit à Chris Meledandri, ‘Laisse-moi faire un test. Rien d’officiel, juste pour déterminer une direction à suivre.’ J’ai fait ça en quelques minutes et quand je lui ai fait écouter, il a dit : ‘Tu seras la voix des Minions.’ Je lâche des mots ici et là, en indien, en français, en anglais, en espagnol et en italien. Je mélange tous ces mots aux sonorités amusantes, sans me soucier de leur signification.» Ces essais au pied levé de Pierre Coffin furent une trouvaille qui renforça l’attrait des Minions aux yeux de tous les spectateurs. 
Chris Renaud déclare : «Ils ont une drôle de façon de parler, et si on imagine qu’ils communiquent réellement, c’est encore plus drôle. C’est du charabia avec quelques mots qui ressortent dans n’importe quelle langue, et il y a beaucoup de références culinaires, comme ce “poulet tikka massala“ qu'un des Minions tente d'utiliser comme mot de passe pour entrer dans la forteresse d'El Macho.» 
Pour la productrice, les Minions sont importants par leur quantité qui permet de donner une idée de l’échelle du monde dans lequel vit Gru et pour la dose d’humour qu’ils génèrent. «Il y a quelque chose de génial dans leur silhouette, avec leur forme très simple, leur couleur, leurs gros yeux ronds, leurs lunettes et leur salopette d’enfant : ils sont terriblement expressifs. Leur façon de parler et leur forme font des Minions des créatures universellement drôles et attrayantes.» 
Mais El Macho, lui aussi, veut se constituer sa propre armée pour l’aider à mener à bien ses plans diaboliques. Pour ce faire, il engage un savant fou qui va fabriquer des Minions mauves et mal intentionnés, avec la tignasse en bataille. Après tout, quel méchant ne voudrait pas de centaines de créatures que rien n’arrête pour l’aider à accomplir ses rêves les plus fous ? «Une fois que Gru a accepté la mission que lui a confiée l’Agence Vigilance de Lynx, on commence à remarquer que les Minions disparaissent de manières étranges. Ils sont balayés comme des débris devant sa porte ou attirés dans la rue par un camion à glaces. On comprend alors que le complot que tente de démanteler Gru implique la capture des Minions et leur transformation en créatures maléfiques», explique Meledandri. 
Chris Renaud prêta ainsi sa voix à ces Minions mauves et indestructibles qui ne savent pas de quoi se nourrir et dévorent donc tout ce qu’ils trouvent sur leur route. Ces cousins zombiesques de nos petits bonshommes jaunes préférés furent également imaginés par Éric Guillon, et comme l’explique Pierre Coffin : «L’idée était de créer des Minions qui aient l'air plus crétins que les autres... d'où leur menton en galoche. Ils ont de grandes dents et sont menaçants, mais ils sont également drôles du simple fait d’être tordus.» 
«Il y a un dessin animé bien connu dans la série des Looney Tunes dans lequel Titi boit une potion magique et se transforme en gros monstre hirsute. L’idée de transformer une petite créature mignonne en bête féroce est très tentante. Le fait que les Minions travaillent pour un méchant sans l’être le moins du monde nous a toujours amusés. On ne peut pas trouver plus adorables et inoffensifs qu’eux. Pour les Minions méchants, on a suivi la même logique, et on les a fait mauves. Y a pas plus menaçant comme couleur !» s’amuse le réalisateur.

À dos de requin : la 3D

MOI, MOCHE ET MÉCHANT n’était pas seulement la première production d’Illumination Entertainment, c’était également la première aventure en 3D pour les producteurs comme les réalisateurs, leur intention n’étant pas de créer des scènes spécifiquement pour la 3D mais d’immerger le public dans l’univers de Gru, des fillettes et des Minions. D’après Chris Meledandri, «MOI, MOCHE ET MÉCHANT 2 se prête naturellement à la 3D. Chris et Pierre adorent les scènes à grande échelle. On a pu s’en rendre compte dans le premier film avec la tentative d’escamotage de la grande pyramide, la formidable séquence des montagnes russes au parc de Folie-land et le vol de la lune. En tant que fans des films de James Bond, ils affectionnent les scènes d’action de grande ampleur. Dans ce nouveau volet, ils ont pu s’adonner à leur plaisir de la séquence d’ouverture dans le cercle Arctique à la séquence finale qui dépasse tout ce qu’ils ont fait auparavant, en passant par l’accident fatal d’El Macho à dos de requin.» Gru a beau avoir élaboré des fusées pour aller sur la lune, sa coéquipière d’AVL n’a rien à lui envier. 
Les gadgets dessinés par Éric Guillon pour Lucy se prêtent eux aussi à l’utilisation de la 3D. Chris Renaud explique : «Pour Lucy, nous voulions le genre de gadgets qu’on trouve dans les James Bond, en beaucoup plus poussés. Elle a un sac à main incroyable, bourré de gadgets, dont un mini lance-flammes et un rouge à lèvres taser. Son sac peut aussi être utilisé comme deltaplane. Elle a un atomiseur qui reconnaît tous les rayons des systèmes d’alarme et un bracelet qui tire de la colle surpuissante pour immobiliser un poulet qui attaque, au cas où. Elle peut aussi tirer des fléchettes qui endorment les élans.» Pour toutes ces inventions, les chefs décorateurs ont fait confiance à leur âme d’enfant, et Pierre Coffin s’amuse : «Éric est probablement le plus puéril de nous tous. Il voudrait tellement que ses dessins deviennent réels qu’il s’y applique corps et âme. Quand il nous fallait une voiture, on se disait : ‘Et si cette petite voiture pouvait se transformer en avion ou en sous-marin ? ’»

Une journée toujours aussi pourrie : la musique

Pharrell Williams, l’artiste quatre fois récompensé aux Grammy, membre du groupe de fusion rock, funk et hip hop N.E.R.D. et du duo de production The Neptunes, a produit et composé pour les plus grandes stars de la musique. Pour MOI, MOCHE ET MÉCHANT, il s’est essayé à la musique de film, en collaboration avec le compositeur Heitor Pereira, écrivant plusieurs chansons et mélodies originales pour les besoins de la production. L’artiste évoque ses conversations avec le producteur et les réalisateurs au cours de leur deuxième collaboration : «Nous avons beaucoup parlé de leurs souhaits et de leurs attentes, et cette fois-ci, la musique est plus expressive, sortie tout droit de la fin des années 60 et du début des années 70.» 
Pour Chris Meledandri, «la musique du premier film est très distincte et colle au personnage principal. Elle est le fruit de la collaboration d’Heitor et Pharrell, et il ne faisait aucun doute que nous souhaitions prolonger ce travail en commun. La composition musicale se développe en parallèle du film. Nous avons défini le paysage musical et ils ont accompli un travail exceptionnel.» 
Pharrell Williams a signé trois nouvelles chansons pour la BO de MOI, MOCHE ET MÉCHANT 2, et a repris plusieurs de ses chansons précédentes. Heitor Pereira a quant à lui composé de nouveaux thèmes pour les personnages d’El Macho et de Lucy qui se marient agréablement avec les thèmes préexistants de Gru et des filles. Heitor Pereira déclare : «Gru avait beaucoup de nouveaux problèmes à gérer, et je pense que la musique peut aider à exprimer plus profondément les sentiments d’un personnage, comme cette recherche d’amour dont il n’est même pas conscient. Quant à El Macho, il est délirant. C’est un méchant d’un autre genre, et très attaché à la culture mexicaine. Il ne fallait surtout pas passer à côté de cette opportunité musicale.» Chris Renaud tenait beaucoup à ne pas simplement répéter la musique du film précédent. Il explique : «Les nouvelles chansons de Pharrell sont pleines d’humour, mais le processus reste laborieux. On lui demande d’écrire une super chanson, ce qu’il fait, puis on lui dit : ‘Est-ce que ça pourrait être un petit peu plus comme ceci ou comme cela ? ’ Et il répond toujours : ‘Je vais essayer à nouveau.’ Lui et Heitor sont résolus à nous donner entière satisfaction. C’est formidable de pouvoir travailler avec eux.» 
Pour MOI, MOCHE ET MÉCHANT 2, Pharrell Williams a composé «Fun Fun Fun», «Happy» et «Just a Cloud Away». «Je suis assez fier de «Just a Cloud Away»», déclare-t-il. «Elle a la même fonction qu’une carte de voeux destinée aux gens qui traversent une période difficile. On ne se lasse jamais d’entendre ‘Ça va aller’ sous toutes les formes que ce soit. Je suis enchanté que dans un film intitulé MOI, MOCHE ET MÉCHANT, on ait la chance de donner du bonheur aux gens.» L’artiste signe également «Scream», interprété par Cee-Lo Green, et le public va découvrir un certain nombre d’autres morceaux enlevés sur la BO, comme «Don’t Stop the Party», interprété par Pit Bull ; «Jamming» de Bob Marley, interprété par Ali Dee et «Where Them Girls At ? », interprété par David Guetta, featuring Nicki Minaj et Flo Rida. Et pour finir, quel super-vilain se ferait appeler El Macho sans la mélodie d’«Echa Pa’lla (Manos Pa’rriba)» ? Le morceau est interprété par Pitbull, featuring Papayo, et on peut également entendre «Cielito Lindo» d’Ali Dee sur lequel Eduardo se plaît à courtiser les dames qui fréquentent le restaurant Salsa & Salsa.


Galerie Arludik - exposition "Moi Moche et Méchant 2" 


Jusqu'au 22 juin 2013, la galerie Arludik (Page Facebook), située au 12-14 rue Saint-Louis en l'Île à Paris, présente une exposition de dessins et de sculptures de concepts réalisés par les artistes du film, notamment le français Eric Guillon, et les américains Yarrow Cheney et Mike Defeo. "Moi Moche et Méchant 2" est réalisé par les studios "Illumination Entertainment" de Los Angeles et Paris.

Affiche de l'exposition
Je vous conseille vivement cette exposition qui fait sourire, si vous avez la possibilité de passer dans le coin. En plus, la balade dans ce quartier est vraiment agréable. Cependant, vous pouvez aussi découvrir les toiles en ligne sur le site de la galerie: http://www.arludik.com/index4.htm


Fonds d’écran Les Minions
NBC Universal, Inc.

Une application avec des fonds d'écran animés Minions est disponible à l'occasion de la sortie du film.

Que fait l'application?
Animez votre portable ou votre tablette avec les fonds d'écran officiels MOI MOCHE ET MÉCHANT 2 !
Deux des Minions les plus impertinents de Gru, Jerry et Stuart, vous divertiront avec leurs farces et grimaces sur le fond d'écran de votre appareil Android tout au long de votre journée. Vous pouvez même personnaliser encore plus votre portable ou tablette en téléchargeant des sonneries à partir de l'application intégrée.
Sont inclus :
• Des fonds d'écran animés - 4 fonds d'écran hilarants avec les Minions Jerry et Stuart ;
• Des sonneries - Choisissez vos sons préférés du film pour personnaliser vos sonneries et alarmes. (source Google Play Store)

Par exemple, ça peut donner ça : 


C'est rigolo comme tout. Si vous voulez qu'un Minion vous tienne compagnie sur votre smartphone, il n'y a plus qu'à télécharger l'application ici.


@Universal Pictures and Illumination Entertainment

Autre post du blog lié à 'Moi, Moche et Méchant 2' : http://minu.me/9air

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire