samedi 27 avril 2013

Back to the future

en 3D



Au cinéma le 1er mai 2013

Action/Aventure/Toujours aussi génial

Réalisé par Steven Spielberg
Avec Sam Neill, Jeff Goldblum, Laura Dern, Richard Attenborough, Bob Peck, Martin Ferrero, B.D. Wong, Joseph Mazzello, Ariana Richards, Samuel L. Jackson, Wayne Knight...

Long-métrage Américain
Durée: 02h02mn
Année de production: 1913
Distributeur: Universal Pictures International France
D'après le roman de : Michael Crichton

Date de sortie d'origine sur nos écrans : 20 octobre 1993
Date de sortie sur nos écrans cette année: 1er mai 2013 - en 3D


Résumé: Ne pas réveiller le chat qui dort... C'est ce que le milliardaire John Hammond aurait dû se rappeler avant de se lancer dans le "clonage" de dinosaures. C'est à partir d'une goutte de sang absorbée par un moustique fossilisé que John Hammond et son équipe ont réussi à faire renaître une dizaine d'espèces de dinosaures. Il s'apprête maintenant avec la complicité du docteur Alan Grant, paléontologue de renom, et de son amie Ellie, à ouvrir le plus grand parc à thème du monde. Mais c'était sans compter la cupidité et la malveillance de l'informaticien Dennis Nedry, et éventuellement des dinosaures, seuls maîtres sur l'île...

Bande annonce (VOSTFR)



Extraits (VOSTFR)






Introduction (source Universal) : Universal Pictures présente le chef d'œuvre novateur de Steven Spielberg, JURASSIC PARC en 3D. Dans une version numérique remixée grâce aux dernières avancées de la technologie 3D, Steven Spielberg présente son blockbuster trois fois récompensé aux Oscars à une nouvelle génération de spectateurs et offre à ses fans de longue date de revoir son film culte dans une version jusqu'alors inimaginable. Avec Sam Neill, Laura Dern, Jeff Goldblum, Samuel L. Jackson et Richard Attenborough, et tiré du roman de Michael Crichton, JURASSIC PARC 3D est produit par Kathleen Kennedy et Gerald R. Molen.

Ce que j'en ai pensé : Alors ça fait quoi de revoir 'Jurassic Park' 20 ans après au ciné et en 3D? Et bien, c'est toujours aussi sympa. La 3D améliore l'expérience pour le spectateur mais ce n'est pas non plus un changement fondamental. Le film était génial à l'époque et il l'est toujours. L'intérêt est plus, à mon avis, de se (re)faire plaisir sur grand écran et de faire découvrir le film aux plus jeunes. 
C'est en revoyant 'Jurassic Park' des années après qu'on se rend vraiment compte à quel point le film était un exploit technique de la part de Steven Spielberg, le réalisateur, en 1993. Les dinosaures n'ont pas vieilli, les effets spéciaux n'ont absolument pas à rougir face à leurs équivalents contemporains. C'est assez impressionnant. Il y a bien quelques éléments vestimentaires et technologiques de l'époque qui font sourire aujourd'hui, mais ce sont des détails. 
La musique de John Williams est toujours aussi prenante et colle impeccablement aux ambiances et aux scènes dans lesquelles elle est utilisée. 
L'imaginaire développé dans le scénario du film, ce rêve insensé créé par un richissime utopiste, reste intact. J'ai vibré à la possibilité de ce monde disparu (la scène de l'ouverture des portes du parc est une invitation, pour le spectateur, à ouvrir son imagination et à croire que tout est possible) et je me suis posé les mêmes questions que les personnages. 
Mon seul regret, qui était déjà le même il y a 20 ans, est que le rôle de Jeff Goldblum, qui interprète l'excellent, cynique et nécessaire, Dr Ian Malcolm, ne soit pas plus important. Ses répliques et son style décalé sont très drôles et il est celui qui conteste sans se laisser influencer par ce qu'il voit. Il fait appel à la logique et au raisonnement pour ramener à la réalité toute l'équipe. 
Je vous le confirme revoir 'Jurassic Park' sur grand écran est toujours une expérience merveilleuse. Merci Monsieur Spielberg!


Notes de production
(Elles sont là pour répondre à vos questions sur la reconversion du film en 3D)

Retour à JURASSIC PARK

Pour fêter le vingtième anniversaire d'un des succès les plus durables d'Universal Pictures, le studio a décidé de ressortir le film culte de Steven Spielberg en 3D et avec une définition d'image numérique 4K sur les écrans du monde entier.  Pour les cinéastes, l'évolution des technologies a changé la manière de raconter les histoires, et la 3D va aujourd'hui permettre de faire entrer les spectateurs au coeur de l'univers que Steven Spielberg a imaginé en 1993. Cette prouesse technique va ainsi offrir aux fans du film un voyage aussi nostalgique que surprenant, et donner à un nouveau public la chance de faire une virée inattendue en compagnie des saisissantes créations de Stan Winston (créateur des dinosaures) et d'Industrial Light and Magic (ILM).

Même si toute une génération a tremblé dans son salon en regardant Lex (Ariana Richards) et Tim (Joseph Mazzello) défier les effrayants vélociraptors, et s'est ébahie avec les docteurs Ellie Sattler (Laura Dern) et Alan Grant (Sam Neill) à la découverte d'un gracieux troupeau de brachiosaures, ces téléspectateurs n'ont pas pu totalement s'immerger dans d'univers visuel et sonore de l'Île Nublar telle que Michael Crichton (auteur du roman et scénariste) et David Koepp (scénariste) l’avaient rêvée. Et ce jusqu'à aujourd'hui.  Avec un souci commun de faire perdurer l'émerveillement que suscite JURASSIC PARK, l'équipe s'est posé la question : quelles sensations provoque ce film quand on est assis au beau milieu d'une salle de cinéma ? Le but avoué n'est pas d'attirer l'attention du public sur la 3D mais de lui faire vivre une expérience sensorielle, visuelle et auditive unique.  Collaborant avec Stereo D, l'équipe responsable de la conversion en 3D de TITANIC (James Cameron, 1997/2012), Steven Spielberg a passé son film en revue plan par plan pour déterminer la meilleure façon de le retravailler et de développer son impact grâce à la 3D. Quand vous entendrez les pas du T. rex et verrez le verre d'eau trembler, quand l'oeuf de vélociraptor éclora et que le bébé bondira avec l'Explorer à l'extérieur de l'enclos, vous aurez l'impression d'entrer dans JURASSIC PARK pour la toute première fois.

En espérant que les spectateurs prendront autant de plaisir à voir JURASSIC PARK en 3D que l'équipe de plus de 700 techniciens a pris à méticuleusement le reformater, que l'éblouissante musique de John Williams les ramènera là où tout a commencé et qu'ils partageront avec ces aventuriers et ces paléontologues l'émerveillement de découvrir la Terre peuplée de dinosaures.

LA CONVERSION EN 3D  

À l'époque du tournage de JURASSIC PARK, les comédiens et les techniciens eurent la chance de pouvoir s'inspirer d'une impressionnante toile de fond en 3D, représentant les dinosaures créés par Stan Winston, qui les entouraient sur le plateau. Grâce au perfectionnement des images de synthèse d'ILM et à la force dramatique de l'histoire, JURASSIC PARK se prêtait tout naturellement à la conversion en 3D.  Qu'il s'agisse de séquences d'action pure, telles que le combat entre le vélociraptor et le T. rex, ou d'une discussion paisible entre le Dr Sattler et John Hammond (Richard Attenborough) sur les ramifications de son projet, Steven Spielberg a toujours filmé avec un regard multidimensionnel et ses choix initiaux se sont avérés d'une grande aide pour la conversion du film en images stéréoscopiques 3D par l'équipe de Stereo D.

Il a fallu plus de 700 artistes et techniciens pour isoler chaque détail composant chaque image, y ajouter de la profondeur de champ et redimensionner le tout en 3D. Mais que les puristes n'aient aucune inquiétude, durant le processus de conversion, le réalisateur a pris soin de ne pas trop modifier les scènes originales et de ne pas exagérer les effets sonores, le but étant une amélioration subtile et méticuleuse du format. Que Spielberg décide d'ajouter de la pluie au premier plan lors de la première apparition du T. rex ou des éclats d'écorce giclant dans les yeux des spectateurs quand l'Explorer dévale le long d'un arbre, son objectif était d'attirer l'attention sur ce qui se passe devant et derrière la caméra.  Il a fallu 9 mois pour convertir le film en 3D. Après tout un travail de repérage, les équipes de rotoscopie et de profondeur de champ de Stereo D ont décomposé chaque photogramme grâce à leur programme VDX, et besoin étant, l'équipe des effets visuels a augmenté la 3D sur des éléments tels que la fumée, les étincelles, la pluie ou d'autres types de particules. Enfin, l'équipe de peinture a parfait chaque image en complétant les données manquantes révélées par le passage en 3D.

Avec les films tournés actuellement, le processus de conversion a lieu en parallèle de la production, Stereo D recevant les éléments au fur et à mesure, mais pour un film comme JURASSIC PARK, le temps de conversion dépend d'autres facteurs : la durée du film, l'état du négatif original et les difficultés propres à chaque plan et chaque image.  La pluie ou les feuilles d'une forêt font partie des éléments naturels les plus délicats à recréer au cours d'une conversion en 3D, et à ce titre, JURASSIC PARK représentait un important défi. Plus de gouttes de pluie furent converties pour ce film qu'il n'en a jamais été créées en 3D pour un autre film, garantissant une immersion totale du public dans ce parc à thème si singulier.

L'ajout de perspectives à tous les niveaux de profondeur permet, par exemple, de donner aux spectateurs l'impression d'être dans la voiture avec Tim et Lex quand le T. rex les attaque. La 3D accentue la taille des dinosaures qui semblent soudain comme à porter de main.
L'immersion du public dans JURASSIC PARK est aussi importante au niveau sonore que visuel. Les pas du T. rex s'élançant en direction des spectateurs en 3D se devaient naturellement d'être plus retentissants qu'en 2D. L'équipe du design sonore a donc profité des avancées technologiques du cinéma moderne pour donner plus de relief et de dynamisme à la bande son. Le triste mugissement des brachiosaures n'a jamais été si beau, et les rugissements du T. rex en colère n'ont jamais été si terrifiants. Pour le cri original du T. rex, le designer sonore était parti de ceux d'un bébé éléphant. Coupés, collés, joués à l'envers et étirés, ces sons faisaient partie intégrante de la "voix" du dinosaure principal. Pour projeter les spectateurs au coeur de ces scènes en 3D, les sons se sont eux aussi rapprochés.  

Mais remontons maintenant le temps jusqu'au moment où tout a commencé.

Souvenez-vous...
















Autre post du blog lié à 'Jurassic Park 3D' : http://minu.me/8ukz

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire