mardi 29 mai 2012

Back to the future


Science fiction/Epouvante-horreur/Très réussi visuellement mais avec des faiblesses de scénario


Réalisé par Ridley Scott
Avec Michael Fassbender, Charlize Theron, Noomi Rapace, Idris Elba, Patrick Wilson, Guy Pearce, Rafe Spall, Logan Marshall-Green, Sean Harris, Kate Dickie, Emun Elliott, Benedict Wong...

Long-métrage Américain
Durée: 02h3mn
Année de production: 2012
Distributeur: Twentieth Century Fox France

Interdit aux moins de 12 ans

Date de sortie sur les écrans U.S.: 08 juin 2012
Date de sortie sur nos écrans: 30 mai 2012


Résumé: Une équipe d’explorateurs découvre un indice sur l’origine de l’humanité sur Terre. Cette découverte les entraîne dans un voyage fascinant jusqu’aux recoins les plus sombres de l’univers. Là-bas, un affrontement terrifiant qui décidera de l’avenir de l’humanité les attend.

Bande annonce (VOST)


Featurette sur le personnage de Charlie Holloway


Ce que j'en ai pensé: En 1979, la technologie n'avait pas permis à Ridley Scott de baser 'Alien' principalement sur des effets visuels. C'était donc l'atmosphère étouffante et angoissante du vaisseau spacial Nostromo et son talent pour la mise en scène de ses excellents acteurs qui avaient fait le succès du film. Avec 'Prometheus', Ridley Scott revient aux origines du mythe 'Alien'. Sauf que cette fois, il n'a pas eu de limites sur les effets spéciaux. Le film est visuellement époustouflant. Rien à redire à ce niveau là. Les images sont magnifiques, les décors variés et il nous montre tout.




 


Le scénario se base sur deux scientifiques, Elisabeth Shaw et Charlie Holloway, à la recherche des origines de l'homme qui croient que la réponse se trouve dans l'espace dans une autre galaxie. Le projet 'Prometheus' est donc organisé par Peter Weyland, l'homme à la tête de Weyland Industries (http://www.weylandindustries.com/), qui leur fournit les fonds et le matériel pour qu'ils aillent eux-mêmes explorer les origines de l'humanité aux tréfonds de l'espace. 'Prometheus' est aussi le nom du vaisseau spacial qui transporte les 17 membres d'équipage et qui est donc censé ramener cette précieuse information sur terre.


Le mythe de Prométhée est une métaphore de l'apport de la connaissance aux hommes. Il peut aussi se traduire par la tentation de l'homme de se mesurer aux Dieux et de s'élever au-dessus de sa condition (et du coup de se brûler les ailes au passage). C'est bien autour de ce mythe que l'histoire du film s'enroule. Là où j'ai trouvé le film malin, c'est qu'au final l'Alien, qui, des années plus tard ('Prometheus' se passe en 2094, 'Alien, le 8ème passager' se passe en 2122), deviendra finalement une menace pour les humains, voit son origine ici expliquée assez simplement. Et du coup, ce fameux Alien est relayé au second plan pour ouvrir l'intrigue sur des questions beaucoup plus larges tournant autour de la création de l'humanité. Pourquoi pas? Je n'y vois pas d'inconvénients, après tout la science-fiction sert à se poser des questions existentielles sur le devenir de l'humanité tout en plongeant un regard critique sur le passé.

Mais malheureusement, alors que Ridley Scott avait tout pour faire un film parfait (encore une fois), il y a un hic. Pour moi, c'est clair, ce sont les interactions entre les personnages, voire certains personnages même. Peut-être y en a-t-il trop, je ne sais pas, mais pour la plupart, ils sont soit inutiles (certains sont non identifiables dans la dynamique de l'équipage), soit mal exploités (je pense entre autre au duo Milburn et Fifield - le but même de leur présence dans le film est totalement évident et se devine dès le début, ce qui n'a donc aucun intérêt), soit peu clair (à quoi sert Meredith Vickers [interprétée par Charlize Theron]? Et Holloway [interprété par Logan Marshall-Green] paraît perdu au milieu de cette aventure la plupart du temps). C'est dommage. Il se passe des évènements entre certains personnages qui ne serviront à rien par la suite et d'autres sont censés construire une relation de confiance infaillible alors qu'ils ne sont pratiquement jamais en contact. Les petites scènes permettant de comprendre la personnalité des individus composant cet équipage ne sont pas efficaces. A mon avis, c'est là le point faible du film, c'est le coeur des incohérences et des incompréhensions. Difficile après de s'intéresser à leur sort. Du coup, le film perd de son impact. Le scénario pour la partie échange et dynamique entre les personnages est trop brouillon. Il me reste l'espoir que certaines scènes intéressantes sur l'équipage aient été coupées au montage et qu'elles seront incluses dans la version DVD/Blu-ray.

Les acteurs font de leur mieux et ils jouent bien mais semblent parfois perdus face au manque de consistance du scénario vis-à-vis de leur rôle. Heureusement, Noomi Rapace assure en Elizabeth Shaw prête à tout pour obtenir des réponses.



Michael Fassbender, qui interprète David, l'androïde de l'équipage, est tout à fait convainquant.



Et Idris Elba interprète un excellent Capitaine de vaisseau.


'Prometheus' ne rejoindra donc pas la liste des films cultes de science fiction de Ridley Scott (pour moi en tout cas). Il reste tout de même un très honorable film de SF, très beau visuellement (et donc à découvrir sur grand écran) avec un scénario globalement solide mais qui ne met pas du tout en valeur ses personnages, provoquant le désarroi chez le spectateur.




Autre post du blog lié à 'Prometheus': http://minu.me/6egr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire