dimanche 11 mars 2012

Back to the present
The Artist

Romance/Drame/Comédie/Très beau film sur la fin d'une époque

Réalisé par Michel Hazanavicius
Avec Jean Dujardin, Bérénice Bejo, John Goodman, James Cromwell, Penelope Ann Miller, Missi Pyle, Beth Grant, Joel Murray, Malcolm McDowell...

Long-métrage Français
Durée: 01h40mn
Année de production: 2011
Distributeur: Warner Bros. France

Date de sortie sur nos écrans: 12 octobre 2011
Date de reprise sur nos écrans: 25 janvier 2012


Bande annonce:


Ce que j'en ai pensé: Michel Hazanivicius nous offre un très beau film avec 'The Artist'. J'ai été impressionnée par l'inventivité de sa mise en scène. 



Il réussit, sans l'aide de la parole, a faire passer des messages et à expliquer ou exprimer très clairement l'état d'esprit (désarroi, coup de foudre, peine, désespoir, déception, espoir, fierté, amusement, tristesse...) de ses personnages.  J'ai adoré par exemple que les titres à la une des cinémas dans la rue soulignent la positionnement d'un personnage dans l'intrigue à ce moment là ('The Lonely Star', 'Guardian Angel'...).



A mon avis, limiter 'The Artist' a un hommage au film muet serait dommage. Oui, bien sûr, le fait qu'il soit pratiquement entièrement muet et en noir et blanc, au delà d'un pari risqué, est un hommage évident au cinéma d'avant 1927. Mais je pense que l'aspect film muet est plus ici un outil pour raconter l'histoire qu'un but ultime. D'abord le film n'est pas totalement muet. Et puis, quel meilleur moyen de faire sentir au spectateur la fin de l'époque du film muet et l'arrivée du film parlant que de mettre les personnages dans une situation de film muet et d'introduire le son à des moments bien choisis? J'ai trouvé ce traitement très malin.

'The Artist' ne se résume pas à la très belle réalisation de Michel Hazanavicius. Ces interprètes sont aussi une part importante de sa réussite. Jean Dujardin, qui interprète la star déchue George Valentin, et Bérénice Bejo, qui interprète la star montante Peppy Miller, sont superbes tous les deux. Leur histoire d'amour est le fil conducteur du scénario. 






J'ai trouvé Jean Dujardin, particulièrement bon quand son personnage doit affronter le fait qu'il ne sera plus une star s'il n'accepte pas l'arrivée du cinéma parlant. Dans les moments graves, son interprétation est très touchante.





Le rôle du producteur Al Zimmer va comme un gant à John Goodman. Il incarne parfaitement ce personnage, c'est un vrai plaisir pour le spectateur.


Le personnage de George Valentin est très attaché à un petit chien du nom de Uggy, en plus d'être mignon, il amène humour et légèreté dans les scènes.


Pour parfaire l'ensemble, Ludovic Bource a créé pour l'occasion une ravissante musique qui accompagne les images pendant tout le film (ou presque), dont voici un extrait ci-dessous.



Michel Hazanavicius est parvenu à faire un film pleinement original, qui traite son histoire et ses thèmes intelligemment, avec des interprètes magnifiques. Je comprends le succès du film maintenant que je l'ai vu. 'The Artist' est un peu un ovni cinématographique. C'est surtout une très belle réussite.



Autre post du blog lié à 'The Artist': http://minu.me/60gn

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire