dimanche 3 juillet 2011

Back to the present
Exposition INVADER 1000

Street Art

Du 7 juin au 2 juillet 2011 à La Générale

Lien vers la page de l'exposition sur le site de La Générale http://tinyurl.com/6hdw8m4
Site pour en savoir plus sur Invader et son art http://www.space-invaders.com/


Vous le connaissez sûrement, pas lui personnellement bien sûr (son identité reste secrète), mais ses mosaïques. Vous en avez forcément croisée une un jour au détour d'une ballade à Paris ou ailleurs. 

Invader est un artiste qui fait du "Street Art". Son art est dans la rue, partagé par tous. Il a décidé en 1998 d'envahir le monde, en commençant par Paris, en posant ici et là sur les murs des villes et monuments du monde entier des mosaïques de personnages de jeu vidéo.
Le plus célèbre est le vaisseau pixelisé tiré du jeu Japonais créé en 1978: 'Space Invaders'.


Au delà de l'idée géniale et du fait que les mosaïques sont belles et esthétiques, c'est surtout la longévité du projet qui m'épate et le fait qu'il envahisse vraiment le monde!!! Il prend le risque de voir son art détruit ou copié, mais ses mosaïques restent en place et son travail est respecté. 

Son art parle aux gens, il réunit, fait sourire, interpelle, fédère. Lors de la visite de l’exposition, j'ai croisé des personnes de tout âge. Cela fait plus de 10 ans qu'il partage ses créations avec nous, il fait partie de notre quotidien.

A l'occasion du millième Space Invader posé à Paris (ce ne sera pas le dernier...), La Générale a organisé une exposition que j'ai trouvé extra. Je vous propose de visiter cette expo "Invader 1000" au travers de mes photos si vous n'avez pas eu l'opportunité de la découvrir.

Lieu: La Générale, 14 avenue Parmentier, 75011 Paris


Nom de l'expositon: Invader 1000


Nom de l'artiste exposé: Invader

Dès l'entrée de l'exposition, le ton est donné: 'Enter the game'. Entrez dans le jeu. On entre sur un tapis de carrés de mosaïque, matériau de travail de l'artiste, entouré de centaines de mini space invaders qui tournent sur des murs de tôles. C'est la lumière sur la boule réfléchissante qui opère.





Dès le début, il est là. La star de l'expo c'est lui, Invader 1000!



Première "salle", on est accueilli par un scooter et un réfrigérateur archi stickés. Pas de doute, cette exposition s'annonce originale, interactive et multi-support, bref à l'image de l'artiste qu'elle présente!





La mise en scène nous met dans l'ambiance...





Le numéro du journal Libération, dans lequel Invader a envahi les A, est collé sur le mur derrière la table de l’accueil.



Il y a des distributeurs de stickers 'spanini' à coller dans le livret de l’exposition vendu à l'entrée. Les stickers représentent des photos des mosaïques posées dans la rue, des œuvres exposées, des phrases de l'artiste...



Invader fait aussi des gaufriers...



 ...comme l'expo est bien pensée, on peut déguster une gaufre...



... et je peux témoigner, elle était très bonne :-)


Déjà un clin d'œil, un Space Invader se cache dans l'image ci-dessous, le voyez-vous?


Regardez bien sur la droite au milieu de la photo. 
Ci-dessous en gros plan:


Toujours dans cette 'salle', on nous fait une proposition étrange mais qui ne nous est pas inconnue...



Derrière les portes noires, dans une petite salle, un mini documentaire est projeté. Il montre comment Invader prépare ses œuvres et fait ses mises en place. On entre dans son monde nocturne, impressionnant...




Continuons notre chemin en nous dirigeant vers l'énorme rubik's cube.


On fait le tour du cube et à l'intérieur, on découvre les œuvres 'Rubik'.

"Carrées comme un pixel ou comme la face d'un cube, les pochettes de disques constituent le sujet de cette série. C'est un hommage rendu à ces images iconiques mais aussi à la musique elle-même." (Source: Catalogue de l'expositon 'Invader 1000')



Et oui, c'est génial! De près et à l'œil nu, on ne distingue pas ce qui est exposé. Il faut utiliser un portable ou un appareil photo pour distinguer l'image, j'adore!






En route vers la Speed Balls machine.


"Imaginez une multitude de balles rebondissantes colorées propulsées à haute vitesse par de puissants moteurs industriels. Seules d'épaisses vitres transparentes vous protègent de ce chaos incessant et hypnothique. Vous êtes en face de la speed balls machine." (Source: Catalogue de l'expositon 'Invader 1000')



Pour continuer, suivons les flèches.


Au détour du rubik's cube, on tombe sur 'Revs et Cost'.

"Dans les années 90, REVS et COST ont recouvert les rues de New York de milliers de photocopies arborant des slogans comme "REVS TAXI DRIVER" ou "COST FUCKED MADONNA". Peu de gens les connaissent mais ils font partie des pionniers de ce qui allait devenir le mouvement street art. COST s'est fait arrêter et condamner et REVS continue à travailler dans l'espace public en se tenant à l'écart du circuit commercial et des galeries. Cette photo [la photo montre les deux hommes dans la même posture que celle représentée dans la sculpture (NDLR)] est une des rares images où ils apparaissent. J'ai voulu leur rendre hommage en réalisant une sculpture de ce portrait à taille réelle." (Source: Catalogue de l'expositon 'Invader 1000')



L'exposition continue à l'étage, prenons le couloir qui mène à l'escalier en colimaçon.

Sur le chemin, il y a un panneau de signalisation transformé à la sauce Invader, un canapé tout stické et d'autres 'Rubiks'!




Nous voici en haut de l'escalier...


Belle vue vers l'extérieur!


Le drapeau qui flotte au vent semble nous dire 'Attention, zone rebelle'.


On se retourne pour faire face à la mosaïque des mosaïques (vous allez comprendre...)



C'est une mosaïque de centaines de photos des petites œuvres d'Invader exposées dans les rues et sur les monuments. Elles ne sont pas toutes là, mais c'est tout de même un sacré échantillon. 
Zoomons un peu pour distinguer plus de détails:






Sur la gauche, un grand plan de l'invasion de Paris est voisin d'une photo de la mosaïque posée près de la Tour  Eiffel. Devant ces derniers, il y a un entassement sous verre des 'R_Invaders Sneakers' usées par l'artiste au cours de ses sorties nocturnes. 
(cliquez sur ce lien pour voir les 'R_Invaders Sneakers' dans la Space Shop http://www.space-invaders.com/laspaceshop/?page=47&categorie=11



A cet étage, un petit pont permet de rejoindre l'intérieur du rubik's cube, mais cette fois au niveau supérieur, permettant de voir le mur de 'Rubiks' d'en haut. Quelques 'Rubiks' supplémentaires sont accrochés dans cette partie haute.




Retour face à la mosaïque, à droite, sur le mur, les plans d'invasion de certaines villes sont collés sur le mur (vous noterez l'emploi d'un vocabulaire plutôt militaire).






Notre visite touche à sa fin. Nous reprenons l'escalier pour redescendre vers la sortie:


En bas près de 'Revs et Cost', nous croisons un feu de signalisation un peu particulier que j'avais loupé en passant.


Nous revoilà à notre point de départ. Un dernier coup d'œil sur Invader 1000...


... et nous sommes dans la rue.

Même si l'exposition est terminée, les œuvres d'Invader, elles, sont toujours présentes. C'est dans la rue que son art vit, vibre et évolue. D'ailleurs comme un dernier clin d'œil, en allant vers le métro Voltaire à la sortie de l'exposition, j'ai croisé un drôle de personnage.


L'invasion continue... Merci Invader :-)

1 commentaire:

  1. J'adore, merci pour cette visite que tout le monde ne pourra malheureusement pas faire !!!

    RépondreSupprimer