vendredi 13 mai 2011

Back to the present
Priest 3D

Aventure/Epouvante-horreur/Science-fiction sympathique

Réalisé par Scott Charles Stewart
Avec Paul Bettany, Karl Urban, Cam Gigandet, Maggie Q, Lily Collins, Brad Dourif, Stephen Moyer, Christopher Plummer...

Avertissement: 

des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Long-métrage Américain
Durée : 01h27min
Année de production : 2011
Distributeur : Sony Pictures Releasing France

Date de sortie sur les écrans U.S.: 13 mai 2011
Date de sortie sur nos écrans: 11 mai 2011 (déjà dans les salles)


Résumé emprunté à Allociné (www.allocine.fr): Dans un monde ravagé par des siècles de guerre entre l'homme et les vampires, un prêtre guerrier se retourne contre l'église afin de traquer une bande de vampires meurtriers qui ont kidnappé sa nièce.

Bande annonce (VO)



Ce que j'en ai pensé: J'attendais ce film depuis longtemps et avec impatience car j'apprécie ce type de film ainsi que l'acteur principal Paul Bettany. Par contre, j'étais persuadée que le film serait très mauvais pour la simple raison que le réalisateur, Scott Charles Stewart,
a déjà réalisé "Légion - L'Armée des Anges" (sorti au cinéma en France le 24/03/2010) avec, pour acteur principal, Paul Bettany. "Légion" m'a terriblement désappointée. Donc même réalisateur, même acteur, j'avais des doutes...
Entendons-nous bien, il s'agit là d'une catégorie de films spécifiques dans la veine de "Constantine" ou encore "Underworld". Si vous détestez ces films, "Priest" ne fera pas exception à la règle.
Pour ceux qui, comme moi, aiment les films mélangeant aventure, science-fiction et épouvante, je dois dire que "Priest" est à mon avis plutôt une bonne surprise.
Il faut savoir que "Priest" est adapté d'un Manhwa (Frère du Manga au Japon et du Manhua en Chine, le Manhwa est le nom coréen pour la bande dessinée) du même nom en seize volumes, créé par Min-Woo Hyung, dessinateur et scénariste Coréen.

Je n'ai malheureusement pas lu ce Manhwa, je n'ai donc pas de bases de comparaison pour savoir si le film est fidèle ou non à l'ambiance, aux personnages et à l'histoire de la bande dessinée. Par contre, ce qui est sûr c'est que le réalisateur n'a sûrement pas raconté les 16 volumes en 1h27m et vu la fin du film, même si celui-ci raconte une histoire complète, une suite est envisageable.
En tous cas, les effets spéciaux et la mise en scène sont réussis. Les décors sont impressionnants et j'ai adoré la couleur bleu-gris présente pendant tout le film et qui colle très bien à l'ambiance post-apocalyptique ("Priest" se déroule dans le futur).

La 3D est agréable (elle n'est pas indispensable), elle est bienvenue dans certaines scènes où elle souligne les effets spéciaux. J'ai trouvé le film très soigné visuellement.
Paul Bettany (qui joue "Priest") est maintenant un habitué de ce genre de rôle (qui ne sont d'ailleurs pas vraiment ceux où on l'attendrait le plus vu sa filmographie). Il assure totalement la prestance, la présence et le physique de son personnage.





Karl Urban (le "bad guy" du film) est très bon en méchant dépourvu d'humanité.

Cam Gigandet (qui interprète "Hicks") assure en petit jeune qui cherche à s'imposer parmi des guerriers expérimentés.


Maggie Q (la "Prêtresse") apporte vraiment de l'épaisseur à son rôle (et du coup de la crédibilité à l'ensemble) et forme un bon duo avec Paul Bettany.


Bref les acteurs sont à la hauteur.
Les thèmes abordés sont nombreux: la dystopie (récit de fiction peignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur et contre l'avènement de laquelle l'auteur/réalisateur entend mettre en garde le lecteur/spectateur), le sacrifice, le choix de vie, la survie, le mensonge, la soumission, la peur, l'amour...
Certes, "Priest" reste un divertissement sans prétention, mais tous ces thèmes traités même brièvement en si peu de temps le rendent intéressant.
Les vampires représentent le mal absolu face aux hommes et donnent l'occasion de mettre en scène quelques combats et de provoquer quelques sursauts dans l'audience. De plus, ils représentent le fil conducteur pouvant mener à une suite éventuelle.

Au final, ce sont surtout les dialogues qui m'ont déçue, principalement les petites répliques courtes très banales et un peu idiotes. C'est dommage, parce que dans l'ensemble "Priest" m'a fait passer un bon moment et franchement dans son genre, il est très honorable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire