jeudi 18 novembre 2010

Back to the present
RUBBER

Catégorie: ovni, sous catégorie: comédie, épouvante-horreur 

Réalisé par Quentin Dupieux 
Avec Stephen Spinella, Roxane Mesquida, Jack Plotnick, Wings Hauser, Tara Jean O'Brien, Haley Ramm, Daniel Quinn, Pete Dicecco...

Long-métrage Français (Et oui malgré le titre et le lieu de tournage, cocorico, il est Français) tourné en 14 jours
Durée : 01h25min
Année de production : 2010
Distributeur : UFO Distribution

Sortie sur nos écrans: 10 novembre 2010 , déjà dans les salles, dépêchez-vous!

Website du film: http://www.rubberfilm.com/


Résumé emprunté sur le site du film: Dans le désert californien, des spectateurs incrédules assistent aux aventures d'un pneu tueur et télépathe, mystérieusement attiré par une jolie jeune fille. Une enquête commence.

Bande annonce (VO)


J'ai reçu un petit colis dans ma boîte aux lettres, suite à un concours, qui venait de Canalplus.fr, il contenait:

- deux invitations pour aller voir "Rubber"

- une affiche du film

- un goodie à l'effigie de la star du film

Du coup, je suis allée voir "Rubber" au cinéma.

Ce que j'en ai pensé: "Rubber" est un ovni distribué par la société UFO (cherchez l'erreur). Le moins que je puisse en dire c'est qu'il ne ressemble à rien d'autre, il est original. Il m'a fait pensé à "The Hitcher" pour les aspects routes désertiques et tueur psychopathe. Mais le personnage central est un pneu... c'est pas commun. 


Aussi loufoque que cela puisse paraître, cela fonctionne. J'ai suivi les scènes du pneu fou parfois en riant, parfois en étant intriguée et parfois en me demandant un peu ce que je faisais là. Le scénario (oui, il y a une histoire, pas épaisse mais bien présente) fait heureusement intervenir des personnages bien réels, pas forcément sains d'esprit et qui intéragissent parfois avec le pneu (souvent très brèvement d'ailleurs). 




Personnellement j'ai préféré les scènes avec les acteurs qui pour certaines sont totalement déjantées et très drôles. Ma préférence va au cultissime monologue du début. 


Dans ce monologue, gentiment le réalisateur via l'acteur (ci-dessus) nous prévient: son film est absurde et ce n'est pas la peine de se poser des questions car à toute question commençant par "Why?" vous obtiendrez "No reason" en réponse. Pourquoi un pneu? Pas de raison. Pourquoi il fait exploser les têtes? Pas de raison. Pourquoi il tombe amoureux d'une femme et pas d'une pneue? Pas de raison. etc, etc, etc. 

Donc j'ai accepté le postulat du pneu psychopate (pourquoi pas après tout) et j'ai observé comment le réalisateur fait vivre sa "chose" et par quel subterfuge il lui permet de tuer tout ce qu'il rencontre. C'est assez bien fait. 

J'ai tout de même trouvé parfois des longueurs et des redondances mais dans l'ensemble le film capte assez bien l'attention. 

Mais "Rubber" est un film bizarre. Si vous aimez les films indépendants qui sont à mille lieues des sentiers battus, que l'absurde ne vous effraye pas et qu'en regardant la bande annonce vous vous dites "Tiens, ça doit être fun", alors "Rubber" roulera sûrement dans le bon sens pour vous. Et si vous y allez, restez assis pour le générique de fin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire